Partage de données scientifiques : le Polar Data Catalogue

Date 27 septembre 2011

F. Millerand, Le partage des données scientifiques à l’ère de l’e-science : l’instrumentation des pratiques au sein d’un collectif multidisciplinaire, Terrains & travaux, 2011, n°18, p. 215-237

Pour qui s’intéresse à l’e-science, cet article présente les résultats préliminaires d’une recherche empirique ethnographique réalisée au sein d’une communauté scientifique qui développe une insfrastructure numérique pour la publication et le partage de données de recherche. L’objectif de la recherche est de « saisir les modalités de développement de l’infrastructure et la manière dont ses usages modifient les pratiques de recherches ».  L’auteur s’est plus particulièrement intéressé à « l’activité pratique de publication des métadonnées par les chercheurs ».

Le réseau ArcticNet rassemble des chercheurs en science de la nature (à 80%),  ainsi que des chercheurs en sciences de la santé (10%)  et en sciences sociales (10%). L’auteur relève des différences dans le rapport que les chercheurs ont avec les données : la confidentialité est ainsi mise en avant pour les données en sciences sociales et en sciences de la santé, un fort sentiment de propriété des données domine chez les anthropologues ou dès lors que le recueil des données a été long et laborieux.

Les principaux handicaps au partage des données :

  • risque que les données publiées soient mal réutilisées parce que mal interprétées (et donc mal documentées),
  •  lourdeur de la tâche en terme de temps et d’expertise requise pour décrire les jeux de données.

« Publier des données n’est pas une opération banale mais une activité qui requiert du temps et une certaine expertise. Il faut, d’une part, s’assurer qu’elles soient de bonne qualité et d’autre part, les décrire avec précision de façon à ce qu’elles soient interprétées correctement, et donc réutilisées de façon appropriée ».

L’auteur observe également que les chercheurs sont amenés à porter un autre regard sur leurs données :

  • Les données scientifiques ont un contenu informationnel qu’il s’agit de décrire et structurer. Il apparaît nécessaire de former les chercheurs et les personnels de recherche à la production des documentations des données : apprendre à formater ses données d’une certaine manière, en fonction d’une certaine norme.
  • Les données ainsi partagées changent de statut : elles évoluent vers un statut de ressource commune pour la communauté ou le domaine scientifique.

A noter aussi que ces tâches de saisie sont le plus souvent perçues comme purement techniques et de second ordre et dévolues au personnel de recherche et étudiants.

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utilisez ces balises :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">