Résultats de l’enquête de la Commission Européenne sur l’information scientifique à l’ère numérique

Date 10 février 2012 |

De juillet à septembre 2011, La Commission Européenne a réalisé une enquête en ligne portant sur l’accès à l’information scientifique à l’ère électronique : accès aux publications scientifiques, aux données de la recherche, et préservation de l’information.

Les résultats de cette enquête sont publiés dans un rapport disponible ici, et s’appuient sur 1140 réponses émanant de 42 pays (129 réponses pour la France). A 37,6%, ce sont des chercheurs qui ont répondu. Viennent ensuite, dans les catégories proposées, des citoyens (27,5%), des membres d’instituts de recherche ou d’université (8,4%), de bibliothèques (7,3%), des éditeurs (6,4%), des membres d’organisations internationales (4,3%), d’organismes finançant la recherche (1%) et enfin des membres de gouvernements de niveau national, régional ou local (0,8%).
Une très  large majorité s’accorde sur le fait que les coûts élevés des abonnements aux revues et les budgets limités des bibliothèques constituent un frein à l’accès à l’IST. Une combinaison d’auto-archivage et de publication en libre accès représente la voie privilégiée que les politiques de recherche devraient encourager.
Les chiffres des réponses sont imposants concernant les obstacles pour l’accès aux données de la recherche : 86% des réponses pointent le manque de moyen pour développer et maintenir les infrastructures nécessaires, 80% le manque de crédits alloués aux chercheurs pour les mettre à disposition, et 79% l’insuffisance de politiques/stratégies au niveau national comme régional.
L’ incertitude quant à savoir qui est responsable de la préservation de l’IST amène 80% des réponses, suivie à 78% par la qualité et l’ interopérabilité des archives.
Il y a un très large consensus (90% de réponses) sur le principe que les publications et les données  issues de recherches financées sur fonds publics devraient être en libre accès. On peut relever aussi une forte attente pour une politique – et des moyens – au niveau européen sur ces questions.
Enfin, en filigrane, je n’ai pu m’empêcher de relever les réponses parfois en décalage des éditeurs (6,4% des répondants) : par exemple, la majorité des répondants de cette catégorie ne pensent pas qu’il y a de problème pour l’accès aux publications scientifiques et que le principal obstacle  est  …  le budget limité des bibliothèques.

Twitter, twimpact factor et citation

Date 4 janvier 2012 |

G. Eysenbach, Can tweets predict citations ? Metrics of social impact base on Twitter and correlation with traditional metrics of scientific impact, J. Med. Internet Res., 2011, 13(4)

Sur la base d’un corpus d’articles publiés dans le Journal of Medical internet research,  l’auteur teste Twitter comme source de données pour évaluer l’impact d’un article scientifique.

L’objectif de l’étude : explorer le contenu et les caractéristiques des tweets qui mentionnent un article et le timing par rapport à la date de parution ; identifier les indicateurs appropriés pour décrire la propagation de nouvelles traces à travers les réseaux de médias sociaux ; explorer les liens avec les mesures d’impact traditionnelles.

La revue  comptabilise les tweets depuis 2008 et propose en page d’accueil le top des articles les plus tweetés,  avec mention du nombre de tweets reçus  (parmi lesquels d’ailleurs l’article faisant l’objet de ce billet et qui a reçu plus de 500 tweets). Elle dispose aussi d’un compte twitter (dont les tweets sont comptabilisés dans l’étude).

Entre juillet 2008 et novembre 2011, 4208 tweets ont été comptabilisés qui citent 286 articles différents ; entre juillet 2009 et juin 2010, l’étude recense 55 articles qui ont été  tweetés 21.2 fois en moyenne dans les 356 jours après la publication et 13.9 fois en moyenne dans les 7 jours après parution. Mais la majorité des tweets sont envoyés le jour même de la parution (au moins par la revue elle-même) ou le lendemain. Dix jours après, le taux des tweets décline rapidement.

L’auteur baptise cet indicateur  « twimpact factor » qu’il définit comme le nombre cumulé de tweets dans les n jours après publication (tw7 = nombre cumulé de tweets dans les 7 jours après publication par ex). La période de 7 jours semble être le chiffre adéquat pour mesurer l’impact immédiat.

Les statistiques démontreraient une corrélation significative entre le nombre de tweets et les citations. Les chiffres sont plus significatifs si l’on se base sur Google Scholar que sur Scopus.

Comme tout indicateur, l’auteur  relève qu’il faut prendre quelques précautions dans son utilisation : un article sur les réseaux sociaux aura plus de probabilité d’être tweeté qu’un article de biologie moléculaire par ex. Le nombre de tweets n’est pas fonction seulement de la valeur scientifique de l’article mais est plutôt influencé par des facteurs liés à la revue et à ses techniques de marketing, ainsi qu’à la communauté construite autour du titre(adepte des réseaux sociaux ou des nouvelles technologies notamment).

Comment bloguent-ils ?

Date 3 novembre 2011 |

Rencontres sur les carnets de recherche en sciences humaines et sociales

Autour de la plateforme Hypothèses.org – 1er-2 décembre 2011, à Lyon

Depuis quelques années, les acteurs de la recherche en sciences humaines se sont approprié les outils du Web 2.0 : signets partagés, réseaux sociaux, plateformes de partage de contenus. Parmi eux, le blog est souvent utilisé comme un moyen simple et efficace de communication sur l’actualité de la recherche. Les chercheurs bien sûr, mais aussi les documentalistes et bibliothécaires, les éditeurs, sans oublier les doctorants, sont de plus en plus nombreux à tenir un « carnet de recherche » sur lequel ils publient notes de lecture, annonces de publication, courtes analyses, brefs comptes-rendus de recherches en cours ou réflexions personnelles.
Lorsqu’on parcourt les nombreux carnets de recherche qui existent dans toutes les disciplines, sur la plateforme Hypothèses.org ou ailleurs, c’est véritablement la « recherche en train de se faire » qui se donne à voir aux spécialistes comme au large public.
« Comment bloguent-ils ? » C’est la question qui sera explorée les 1er et 2 décembre 2011 au cours d’un événement organisé à Lyon par l’Institut des Sciences de l’Homme, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, l’URFIST de Lyon et le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo). Trois moments forts ponctueront cette manifestation autour des carnets de recherche en sciences humaines et sociales.

Table ronde

Une table-ronde, animée par Pierre Mounier, directeur-adjoint du Cléo et co-animateur de la plateforme Hypothèses.org, permettra à plusieurs auteurs de carnets de recherche de rendre compte de leurs expériences :

  • Eric Verdeil, chercheur au laboratoire Environnement Ville Société, CNRS-Université de Lyon et animateur du blog Rumor
  • Frédérique Giraud, doctorante au Centre Max Weber et animatrice du blog Sociovoce
  • Pierre Mercklé, maître de conférences à l’ENS Lyon et membre du Centre Max Weber, animateur du blog quanti et du portail liens socios
  • Françoise Acquier, documentaliste au Centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain et animatrice du blog le Cresson veille

La table-ronde sera suivie d’un moment convivial, un « Apéro carnets » au cours duquel les carnetiers et lecteurs lyonnais d’Hypotheses.org, passionnés et curieux des blogs scientifiques sont invités à se retrouver autour d’un verre pour échanger idées et expériences autour de ces nouvelles pratiques de communication scientifique ; parce que le blog est une conversation… et pas seulement en ligne.

Formation

Le 2 décembre, une formation « Ouvrir un carnet de recherches sur Hypothèses.org » est proposée à tous ceux qui souhaitent apprendre à publier des billets sur un carnet de recherche, personnaliser son apparence, intégrer des informations complémentaires, insérer des vidéos, classer les billets, gérer une équipe de plusieurs contributeurs… et connaître toutes les astuces pour tirer le meilleur parti de son carnet de recherche sur Hypothèses.org.

Informations pratiques

Il est possible de participer à une, deux ou à ces trois rencontres.

  • Table ronde « Comment bloguent-ils ? » : 1er décembre 2011, de 17h à 18h30
    - Institut des Sciences de l’Homme, 14 avenue Berthelot, Lyon 7e (salle Marc Bloch) : plan d’accès
  • Apéro carnet, de 18h45 à 20h
    - Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 5 rue Raulin, Lyon 7e (hall de la bibliothèque) : plan d’accès
  • Formation « Ouvrir un carnet de recherches sur Hypothèses.org » – 2 décembre 2011, de 9h30 à 17h
    - URFIST de Lyon, BU Sciences, Campus de la Doua, Villeurbanne (salle de formation 006) – Informations et inscriptions : Tél. 04 72 44 80 86 ou http://urfist.univ-lyon1.fr

Affiche

Partage de données scientifiques : le Polar Data Catalogue

Date 27 septembre 2011 |

F. Millerand, Le partage des données scientifiques à l’ère de l’e-science : l’instrumentation des pratiques au sein d’un collectif multidisciplinaire, Terrains & travaux, 2011, n°18, p. 215-237

Pour qui s’intéresse à l’e-science, cet article présente les résultats préliminaires d’une recherche empirique ethnographique réalisée au sein d’une communauté scientifique qui développe une insfrastructure numérique pour la publication et le partage de données de recherche. L’objectif de la recherche est de « saisir les modalités de développement de l’infrastructure et la manière dont ses usages modifient les pratiques de recherches ».  L’auteur s’est plus particulièrement intéressé à « l’activité pratique de publication des métadonnées par les chercheurs ».

Le réseau ArcticNet rassemble des chercheurs en science de la nature (à 80%),  ainsi que des chercheurs en sciences de la santé (10%)  et en sciences sociales (10%). L’auteur relève des différences dans le rapport que les chercheurs ont avec les données : la confidentialité est ainsi mise en avant pour les données en sciences sociales et en sciences de la santé, un fort sentiment de propriété des données domine chez les anthropologues ou dès lors que le recueil des données a été long et laborieux.

Les principaux handicaps au partage des données :

  • risque que les données publiées soient mal réutilisées parce que mal interprétées (et donc mal documentées),
  •  lourdeur de la tâche en terme de temps et d’expertise requise pour décrire les jeux de données.

« Publier des données n’est pas une opération banale mais une activité qui requiert du temps et une certaine expertise. Il faut, d’une part, s’assurer qu’elles soient de bonne qualité et d’autre part, les décrire avec précision de façon à ce qu’elles soient interprétées correctement, et donc réutilisées de façon appropriée ».

L’auteur observe également que les chercheurs sont amenés à porter un autre regard sur leurs données :

  • Les données scientifiques ont un contenu informationnel qu’il s’agit de décrire et structurer. Il apparaît nécessaire de former les chercheurs et les personnels de recherche à la production des documentations des données : apprendre à formater ses données d’une certaine manière, en fonction d’une certaine norme.
  • Les données ainsi partagées changent de statut : elles évoluent vers un statut de ressource commune pour la communauté ou le domaine scientifique.

A noter aussi que ces tâches de saisie sont le plus souvent perçues comme purement techniques et de second ordre et dévolues au personnel de recherche et étudiants.

 

Wikipedia dans les articles de revues SHS françaises

Date 14 septembre 2011 |

Pour faire suite au commentaire laissé sur le billet concernant Wikipedia et son impact dans les publications scientifiques , je me suis un peu plus penchée sur la production SHS française (j’aurais dû y penser … merci pour la suggestion) en consultant les portails de revues Cairn et Revues.org qui concentrent une bonne partie de la production française.

Il ne s’agit pas d’une étude approfondie mais le résultat d’interrogations effectuées sur les deux plate-formes à l’aide du formulaire de recherche avancée (le 12 septembre 2011). La recherche a été limitée aux revues. Revues.org proposant un filtre sur le type de document, seuls les articles ont été choisis.

Sur les 2 portails, les mentions de Wikipedia dans le texte intégral sont plus nombreuses que dans les bibliographies :


Certains articles comprennent une  sitographie à la suite de la biblio, qui sont amalgamées lors de l’interrogation : il y a donc une proportion de références à Wikipedia qui apparaissent en tant que sites et non comme références biblio.

Cairn propose une répartition par discipline et voici ce que cela donne, sachant qu’une revue peut être classée dans plusieurs disciplines :

A noter aussi que seuls 8 articles sur Cairn comportent le terme Wikipedia dans le  titre (1ère mention en 2006) et aucun sur Revues.org.

Quelques points que j’ai pu remarquer : les références aux articles de Wikipedia apparaissent assez souvent dans les  notes, parfois en mention légale pour une illustration (cartes par ex.). J’ai rencontré au moins par deux fois le cas où l’auteur de l’article disait rectifier une erreur relevée sur Wikipedia.

Alors, taboue-pas taboue l’utilisation de Wikipedia ?

 

 

 

 

Deux études sur les revues en libre accès

Date 6 septembre 2011 |

Deux articles récents à signaler sur les revues scientifiques en libre accès :

CROISSANCE FORTE

Tout d’abord, une étude1 sur l’essor des revues en libre accès de 1993 à 2009 parue dans PloS ONE  qui se base à la fois sur le nombre des revues elles-mêmes et sur celui des articles produits.

L’analyse s’applique à toute revue scientifique, peer reviewed, dont le contenu est immédiatement en libre accès et active à un moment donné au cours des années 1993 à 2009. A partir des données du Directory of Open Access Journals (DOAJ)  croisées avec celles de Scopus et de l’ISI, les auteurs obtiennent un échantillon de :

-        44 « large journals » : titres qui publient plus de 200 articles annuellement, indexés dans Scopus ou l’ISI,

-        519 titres de moyenne ou petite importance qui produisent des volumes moins importants d’articles annuellement ou absents des bases de l’ISI ou dans Scopus,

-        303 titres « pionniers » ainsi qualifiés parce qu’actifs avant 2000.

Selon leurs calculs, les auteurs estiment que, pour l’année 2000, 19 500 articles et 740 revues ont été publiés en libre accès et, pour 2009,  191 850 articles et 4769 titres. Soit une croissance annuelle moyenne de 30% pour les articles et 18% pour le nombre de revues (à comparer à une croissance annuelle estimée de 3.5% pour les revues en général).

Sur l’échantillon, 62% des titres de moyenne ou petite importance étaient en open access (OA) dès l’origine, 60% des « large journals » sont des titres avec abonnements convertis à l’OA. Il existe également quelques cas de revues qui sont passés du libre accès à la vente par abonnement.

Les auteurs proposent un découpage en trois périodes :

1993-1999 : années pionnières. Les revues OA sont fondées presque exclusivement par des chercheurs ou des groupes de chercheurs. Le modèle économique est basé sur une main d’œuvre bénévole combinée à la possibilité d’utiliser gratuitement les serveurs web d’une université.

2000-2004 : années d’innovation où l’on voit l’émergence d’autres modèles économiques : modèle auteur-payeur lancé par BioMedCentral par ex. Pendant cette période, on assiste à la numérisation de titres établis, à la naissance de portails comme Scielo (Amérique latine) ou J-Stage (Japon). A partir de 2004, les grands éditeurs testent le modèle hybride (par ex. Springer Open Choice). Le mouvement du libre accès commence à être visible (déclaration du Budapest par ex).

2005-2009 : années de consolidation. Le mouvement s’élargit et s’installe : création du DOAJ ou de l’Open access scholarly publishers association notamment.

REPRESENTATIVITE DANS LES BASES BIBLIOGRAPHIQUES A AMELIORER

Le deuxième article intéressant à signaler  analyse la représentativité des revues et articles en libre accès dans 11 bases de données bibliographiques : ABC-CLIO, Biological abstracts, EBSCO Academic search complete, EconLit, Inspec, ProQuest Research Library, PsycINFO, PubMed, Web of Science, Wilson OmniFile et DOAJ.

L’échantillon de 663 titres est élaboré sur la base de 4 critères : un ou plusieurs articles publiés en 2008 ou 2009 et disponible(s) en avril 2009, refeered, pleinement OA, en anglais (même si la revue publie des articles dans d’autres langues) et se limite à 6 disciplines : biologie, informatique, economie, histoire, medecine, psychologie.

Les bases thématiques se révèlent les plus performantes mais on observe de grandes variations selon les disciplines : l’histoire est la plus mal servie (2.8% de l’échantillon). PsycINFO et EconLit couvrent environ 23% de la littérature publiée dans des revues en libre accès. PubMed et Biological abstracts couvrent 60% dans leurs domaines. Pubmed est d’ailleurs la seule base qui signale que l’article est en OA. Le cas Pubmed est intéressant parce qu’il s’agit d’une base non commerciale et sa bonne couverture de la littérature en libre accès est peut-être à mettre en lien avec le soutien au mouvement OA du National Institutes of Health.

En ce qui concerne les bases multidisciplinaires, ce sont  le Web of Science et Ebsco Academic Search Complete qui obtiennent les meilleurs chiffres : aux alentours de 20% de l’échantillon.

Les auteurs ont repéré 6 caractéristiques optimisant les chances pour une revue d’être indexée dans les bases : être classée en biologie,  écrite en anglais,  publiée par un gros éditeur OA, avoir sorti son premier numéro OA entre 2000 et 2004, faire payer à ses auteurs au moins 1000$ l’article et/ou avoir un facteur d’impact supérieur à 2.0.

Par contre, si votre revue est classée en informatique, histoire ou psychologie, ou qu’elle est éditée par une université africaine, asiatique ou d’Amérique du sud, ce n’est pas la peine de rêver. Idem si elle n’est pas écrite en anglais ou qu’elle n’a pas de facteur d’impact.

(Je me souviens d’ailleurs que C. Kosmopoulos avait relevé le chiffre de 5% de titres en OA dans JournalBase dans sa présentation lors des journées sur l’évaluation des productions scientifiques.)

Reste que 45% de l’échantillon n’est indexé dans aucune des bases étudiées.

références :

1 M. Laakso et al., The development of open access journal publishing from 1993 to 2009, PloS ONE, june 2011, vol 6(6)
2 W. H. Walters, A.C. Linvill, Bibliographic index coverage of open-access journals in six subject areas, Journal of the American society for information science and technology, 2011, 62(8), pp. 1614-1628

Wikipedia et son impact dans les publications scientifiques

Date 9 août 2011 |

Taemin Kim Park, The visibility of Wikipedia in scholarly publications, First Monday, 16(8), august 2011

Dix ans après son lancement, l’encyclopédie en ligne collaborative Wikipedia a-t-elle un impact sur la recherche académique ? Malgré les controverses dont elle fait l’objet, il semble que l’utilisation par la communauté scientifique soit en pleine expansion et cet article propose de le tester. L’auteur a réuni un corpus de publications à partir de Scopus et du Web of Science et a sondé la visibilité de l’encyclopédie :

  • en tant que thème de recherche (interrogation sur champ titre ou topic),
  • en tant que citation (interrogation sur champ references).

Malgré toutes les réserves soulevées par l’auteur sur la couverture des bases utilisées, le tableau ci-dessous résume bien le propos :

La progression de son utilisation est évidente, et est plus visible à travers les citations qu’en tant que thème de recherche.

En tête des disciplines qui font le plus de recherches sur Wikipedia, on trouve  l’informatique, les sciences de l’information, les mathématiques. Ce sont aussi l’informatique et les sciences de l’information qui citent le plus des articles de Wikipedia , suivies des sciences sociales.

Par contre, rien n’est dit sur le contenu des recherches portant sur Wikipedia : une typologie aurait été intéressante mais on peut s’en faire une idée sur la page Wikipedia : academic studies of wikipedia.

Même remarque concernant la façon dont sont utilisés les articles dans les bibliographies. Mais Wikipedia a pensé à ça aussi  avec la page Wikipedia as an academic source (non mise à jour).

Un très très rapide sondage effectué sur Sciencedirect portant sur les publis qui ont l’occurrence  « wikipedia » dans les références (mais pas dans les champs  titres, abstract et mot-clés)  montre que les articles de Wikipedia sont utilisés pour préciser un terme : c’est bien sûr le cas en informatique, domaine où l’encyclopédie est très performante, mais pas uniquement : je suis tombée, par exemple, sur un article de médecine qui recourt à deux articles wikipédiens portant sur des pratiques sportives, le skysurfing et le base jumping  (article sur les traumatismes pour les curieux qui voudraient comprendre le lien). L’encyclopédie se révèle aussi bien utile pour des événements historiques récents (élections, séismes).

A noter que Wikimedia lance cet été un concours de visualisation de données :  WikiViz 2011: Visualizing the impact of Wikipedia. A suivre …

 

Les SHS « dans la toile des médias sociaux » ?

Date 29 juillet 2011 |

Les 27 et 28 juin derniers s’est tenu à Paris le colloque international « Dans la toile des médias sociaux : nouveau moyens de communication et de publication pour les sciences humaines et sociales » (le programme est ici) organisé par l’Institut Historique Allemand (G. Gersmann, M. König) en collaboration avec le Centre pour l’édition électronique ouverte (P. Mounier).  Ces journées ont eu pour objectif de réfléchir aux effets des médias sociaux sur la culture scientifique actuelle.

 En attendant la mise en ligne des podcasts des différentes  interventions sur le carnet de recherche de l’IHA, ce billet propose un aperçu des interventions qui ont retenu mon attention lors de la journée du 28 juin.

 Les présentations (en allemand et français avec traduction simultanée) se sont articulées autour de quatre volets : Nouveaux moyens de publication et de communication dans les SHS ; les publications scientifiques et le web 2.0 ; les médias sociaux à l’université ;  les effets des médias sociaux sur notre culture scientifique actuelle.

 Comment définir les réseaux sociaux ? Quelle valeur ajoutée représentent-ils pour les universitaires ? Voici les questions posées en ouverture par Marieke König. Alors que les médias sociaux accélèrent la communication et augmentent la productivité, le travail de recherche réalisé via ces outils (ex : blogging scientifique) n’est pas reconnu dans le milieu de la recherche. Le défi pour les scientifiques est alors de se positionner par rapport à ces médias.

 Pierre Mounier a ensuite présenté brièvement l’émergence des réseaux sociaux scientifiques et la façon d’envisager leur développement (voir ici).

Nouveaux moyens de publication et de communication : Facebook, Twitter, Flickr etc. dans les SHS

Dans son intervention « Social network sites – une tendance pour les sciences ?», René König s’est intéressé aux questions des usages et des pratiques des réseaux sociaux par la communauté scientifique.  Il revient sur la notion de réseau social et montre la multiplicité de l’offre existante. Il rappelle que le « profil » est l’élément central et le dénominateur commun des médias sociaux. Il montre que toute une série de fonction des médias sociaux peut être utilisée pour le travail de recherche et correspond aux activités de production, de communication, de collaboration et de diffusion du chercheur. Il note que 23% de scientifiques « utilisent » des réseaux sociaux scientifiques tels que academia.edu/ ou researchgate.net, mais précise que le nombre d’inscrits n’est pas forcément significatif. En effet, en pratique la plupart des utilisateurs sont inscrits dans un souci « d’auto-marketing », mais seule une minorité est vraiment active. Actuellement, si l’implication des chercheurs dans les réseaux sociaux n’est pas encore une tendance très développée, et ce pour plusieurs raisons : manque de temps, pas d’incitation au niveau institutionnel, problème de confidentialité, etc…la jeune génération représente un potentiel important.

La présentation du projet photosNormandie  par Patrick Pecatte  a ensuite illustré l’utilisation de la plateforme Flickr dans un contexte d’archives iconographiques (voir sa présentation). Il s’agit d’une collection de photos libres de droit sur la bataille de Normandie dont l’intérêt est de faire appel à des spécialistes et amateurs afin  d’enrichir la qualité des descriptions  et de proposer  des corrections aux légendes. Dans ce contexte, les fonctionnalités de la plateforme Flickr sont utilisées pour améliorer l’indexation du fonds, et participent au processus de redocumentarisation de ce corpus.

Les publications scientifiques et le web 2.0 …ou le « culte du fragment »

Dans la deuxième session de la journée consacrée aux publications scientifiques, Lilian Landes a présenté la plateforme Recensio.net. Il s’agit d’une plateforme de recensions pour la recherche historique européenne, ouverte depuis début janvier 2011. Cette plateforme regroupe des comptes rendus critiques publiés dans des revues scientifiques d’histoire internationale. On y trouve à la fois des comptes rendus déjà parus sur support papier mais également des textes électroniques natifs. Dans le principe du libre accès, tous les contenus sont accessibles gratuitement sans limite de durée. La plateforme s’inscrit également dans une optique web 2.0, et permet aux chercheurs de publier les principales thèses développées dans leurs travaux. Ces textes peuvent ensuite être commentés par des internautes et donnent lieu à des « recensions innovantes » permettant la discussion autour des différentes publications. Les commentaires sont filtrés par un modérateur.

Dans son intervention intitulée « Liquid publication : les publications scientifiques à la rencontre du Web » Gloria Orrigi a présenté le site www.interdisciplines.org, portail de conférences virtuelles en sciences humaines, qui permet d’organiser des colloques et d’animer des débats virtuels en libre accès. Ce site s’inscrit dans le projet ambitieux LiquidPublications dont l’objectif est d’exploiter les nouvelles technologies pour créer une nouvelle façon de produire la connaissance scientifique et valoriser l’activité du chercheur.  

A travers la présentation du projet Archivalia, premier blog d’histoire en allemand, Klaus Graf prône le format court et l’utilisation du blog scientifique comme support de diffusion des résultats de la recherche. Le blogging scientifique permet d’attirer l’attention sur des thèmes marginaux. Selon lui, la question de la garantie de la qualité scientifique n’est pas inhérente au support utilisé.

Les médias sociaux à l’université 

La troisième session a abordé la question des medias sociaux à l’université. Devant  l’émergence des médias sociaux dans la vie des étudiants et des enseignants chercheurs,  le monde universitaire doit se positionner par rapport aux usages des technologies numériques et des réseaux sociaux.

Marko Demantovsky s’est d’abord intéressé au e-learning en Allemagne et plus particulièrement aux avantages et inconvénients de l’environnement numérique d’apprentissage. D’un point de vue économique, les universités poussent à la création de plateforme de e-learning. Du point de vue de l’enseignement, les médias numériques ne se sont pas imposés face au média traditionnel représenté par l’enseignant. L’usage des dispositifs numériques d’enseignement doivent rester des outils, des supports pour l’apprentissage et ne peuvent supplanter l’efficacité d’un enseignement en présentiel, et la performance communicative de l’enseignant.

La présentation du réseau social de l’université Paris-Descartes : les carnets2Descartes par Sophie Mahéo a permis de montrer comment la dynamique communautaire du réseau social peut être mise en valeur et être institutionnalisée. Ouverts aux étudiants, enseignants-chercheurs et au personnel de l’université, les Carnets 2 Descartes sont à la fois un espace d’expression et d’échanges, un outil pédagogique et une vitrine des compétences des membres de l’université. La réussite du réseau repose sur la confiance et l’engagement. L’accent est mis sur la place essentielle du community manager dont le rôle est d’animer, accompagner, et former les utilisateurs.

Dans son intervention intitulée « Braconner en SHS : quand les digital natives bousculent les frontières institutionnelles » Antoine Blanchard a démontré à travers l’exemple d’initiatives en marge de l’institution académique comment des « jeunes » familiers des nouveaux usages du numérique peuvent réinvestir le champ des SHS sur le web. Il montre qu’il peut y avoir une prise de parole sur l’étude des sciences en dehors de l’institution, mais pose la question de la reconnaissance de ces projets dans le monde académique.

Enfin, André Gunthert a partagé son expérience du travail collaboratif via la plateforme culturevisuelle.org qui est à la fois un espace de publication piloté par un comité éditorial, une communauté académique et un projet de recherche. Il souligne notamment le déficit de formation à la culture collective en SHS. La culture du partage ne va pas de soi dans la recherche française, qui s’inscrit plutôt du côté d’une culture du résultat.  L’usage des médias sociaux dans la recherche peut faire évoluer ces pratiques, mais encore faudrait-il que le blogging soit reconnu comme une activité scientifique par les instances d’évaluation.

Conclusion

Si le colloque a permis de mettre en lumière des initiatives intéressantes d’utilisation des médias sociaux dans la recherche en SHS,  il a fait apparaître des points essentiels  :

  • On note le rôle clé du community manager ou de la personne en charge de l’animation de la communauté, ou de la modération du site ;
  • Les différents médias sont des outils chronophages pour le chercheur ;
  • La motivation est également un élément important pour développer l’implication des chercheurs ;
  • Nécessité de former aux outils pour une utilisation  professionnelle et raisonnée des médias sociaux.

 

De l’évaluation des productions scientifiques en SHS

Date 27 juin 2011 |

Les 8 et 9 juin derniers, j’ai assisté au colloque qu’organisait l’INSHS sur l’évaluation des productions scientifiques (programme et présentation disponibles ici). On y a évidemment beaucoup parlé de bibliométrie, notamment de ses limites et des risques que cela engendre lorsqu’elle est utilisée dans le contexte d’une évaluation stratégique. Ce point est particulièrement crucial pour des disciplines en déficit de représentativité dans les outils utilisés ou par l’absence d’outil de mesure, pour les ouvrages  par ex.

Le manque de visibilité des productions SHS dans les index de citations est illustrée par JournalBase, gros travail de recensement des revues construit à partir des données du Web of Science (Thomson Reuters), de Scopus (Elsevier), des listes d’autorité ERIH (Europe) et AERES (France), et désormais interrogeable via une plate-forme : http://journalbase.cnrs.fr/. L’analyse du contenu montre que, sur les 10756 titres répertoriés, moins de 10% (9,6%)  sont présents dans les 4 listes soient 1033 titres : un large spectre est donc non représenté. Ce sont les listes de l’AERES qui comprennent le plus de revues alors que celles de l’ERIH semblent plus homogènes sur le plan de la répartition géographique. Les revues françaises sont  clairement sous-représentées dans les index de citation.

A noter que les listes ERIH ont été incorporées dans Scopus, doublant ainsi le nombre de titres en SHS dans cette base.

A propos des listes ERIH, le classement en ABC, (très mal) vécu comme hiérarchique, a été relooké en :

  • NAT : publications européennes reconnues par les pairs, citées régulièrement
  • INT : publications internationales. La catégorie est subdivisée en  :

INT 1 : haute visibilité, influente, citées régulièrement

INT2 : visibilité significative

  • W : nouvelles revues

(traduction en français par mes soins, n’hésitez pas à aller voir la présentation).

Intéressant aussi de savoir que l’histoire, la linguistique et la littérature sont assez mal couvertes par ces listes.

Pour les listes AERES, il est question d’une refonte méthodologique des indicateurs, pour les revues mais aussi pour les actes de colloque et les ouvrages. Parmi les critères qui peuvent être pertinents pour évaluer une revue, on peut noter la présence en ligne, l’existence de résumés en anglais, la diversité des auteurs.

Le libre accès est présenté comme offrant la possibilité d’une évaluation au niveau article : les stats de téléchargement peuvent donner un indicateur, à condition que cela soit accessible bien sûr (et pas trafiqué, ce qui, à mon avis, est moins sûr, il existe des stratégies qui peuvent biaiser les données).

Autre approche pour affiner les indicateurs :  aller au-delà de la seule publication et recenser toutes les activités du chercheur. C’est ce que propose l’outil RIBAC «formulaire normalisé très complet, descriptif de l’activité des chercheurs en sciences humaines et sociales. Les chercheurs le complètent en ligne, via le web avec un accès sécurisé. Les informations recueillies sont gérées dans une base de données et permettent la construction d’indicateurs sur l’ensemble des activités des chercheurs (publications, enseignement, thématiques de recherche, participations aux congrès, programmes de recherche, outils employés, activités éditoriales, activités d’administration, de transfert et de valorisation, en bref, toute action de recherche, d’enseignement et de transmission de la culture scientifique).  Cet outil constitue également un outil personnel pour le chercheur pour gérer, diffuser et capitaliser ses activités et publications. ».

La prépondérance de l’anglais a été aussi très souvent pointée/déplorée : elle entraine une sur-valorisation des publications anglo-saxonnes, au détriment des revues qui ne publient pas en anglais. A terme, c’est la « biodiversité » des revues qui est menacée (le terme a été employé). Pour info : 14 langues ont été répertoriées dans l’enquête RIBAC 2009 (voir aussi billet sur ce blog sur les langues des publis dans Hal-SHS).

D ’une manière générale, il apparaît essentiel aux yeux de tous que les indicateurs ne doivent pas être séparés des arguments qui ont conduits à les attribuer.

 

 

 

Symposium Koha 2011 : deux journées avec de tout, pour tous

Date 17 juin 2011 |

(màj 24/06/2011 : les podcasts sont en ligne ici)

Le Symposium Koha 2011 (voir détails ici et ) s’est tenu à Lyon les 26 et 27 mai derniers à l’Université Lumière Lyon 2, sur le site des Berges du Rhône. Chapeau bas à l’équipe organisatrice, composée de membres du SCD Lyon 2 et de l’association KohaLa.

Le programme très riche et modulaire a permis aux quelques 150 participants de composer ces 2 journées à la carte. Parmi les nombreuses conférences, ateliers et autres retours d’expérience, chacun pouvait ainsi trouver son compte: nouveaux entrants, intérmédiaires ou vétérans, de profil technique, gestionnaire ou non.

Je me suis personnellement concocté un programme correspondant à mon profil de gestionnaire/administrateur en fin de projet de réinformatisation (quand les opérations d’envergure sont passées et qu’il reste maintenant à raffiner). Ce billet donne un coup de projecteur sur des interventions qui m’ont particulièrement marquée et donnera peut-être l’envie d’une séance de rattrapage quand les vidéos et supports seront mis en ligne.

Le libre, kézako?

Pas spécifiquement consacrée à Koha, la conférence « L’open source et open data: le socle de la documentation de l’avenir » constituait une bonne entrée en matière, bien que probablement plus utile aux néophytes du mouvement qu’aux convertis. Vincent Mabillot y exposait de manière synthétique le contexte d’apparition du libre, les plus, les moins, les clés et les enjeux, et plus généralement la philosophie et un certain état d’esprit du libre.

Koha a 10 ans, et ce n’est pas fini!

« Je fais régulièrement cette présentation de Koha. Qui ne la connait pas encore? », c’est à peu près par cette question que Paul Poulain a démarré son intervention « Histoire de Koha, presentation de la 3.4 ». Le nombre de mains qui se sont levées (dont la mienne) a pourtant prouvé la pertinence d’une telle présentation et révèle peut-être l’arrivée continue de nouveaux entrants ou d’entrants potentiels.

Ce sont ainsi 10 ans d’évolutions du logiciel et de la communauté qui ont été retracés. Je reste très impressionnée par le processus qualité engagé, gage de véritable consolidation des activités et de stabilité. C’était aussi l’occasion de rappeler le nouveau mode de sortie périodique au rythme d’une version tous les 6 mois et de reprendre conscience du succès mondial de Koha, parfois à grande échelle, comme le prouve l’organisation de la KohaCon 2011 à Thane, en Inde.

A titre personnel, en France, rien qu’entre 2009 et aujourd’hui, il me semble que le paysage a bien changé aussi: nouveaux acteurs, extension du périmètre d’application, enrichissement en un progiciel complet.

Plus concernée dans mon travail avec Koha par les question de multilinguisme et d’ergonomie, je ne développerai pas ici les nouvelles fonctionnalités proposées par la version 3.4.

Lors de cette présentation, on aura toutefois noté l’intérêt aigu de la communauté pour tout nouveau développement, toute nouvelle fonctionnalité et son prompt reversement dans la version communautaire. Ceci fait ressortir un point abordé plusieurs fois lors de ces journées: le fort besoin d’affichage ou de coordination des projets et la plus ou moins bonne volonté qui accompagne cette démarche (signalement des développements, coopération, implication dans la communauté internationale).

En plus de l’usage de l’anglais, présenté comme un obstacle, on peut aussi s’interroger sur le caractère de la communauté des utilisateurs qui semblent encore privilégier la représentation à l’implication individuelle (transition toute faite avec la table ronde qui a suivi, voir ci-dessous).

Le libre: nouvelles formes de relations entre acteurs

A voir absolument dès mise en ligne. Avec beaucoup de tact et d’élégance, François Elie a assuré l’animation de la table ronde « Travailler avec des professionnels du libre » et géré les échanges avec la salle. De nombreux thèmes ont été abordées, parmi lesquels:

  • Spécificités des marchés publics dans le cas de l’open source (fourniture de services et non plus de fournitures). Multiplicité des appels d’offre (ouverts, semi-ouverts, fermés). De bons repères ici.
  • Lors des commandes de développements, difficultés pour les donneurs d’ordre de formuler les clauses qui garantiront le reversement et l’enrichissement des versions communautaires. Difficultés possibles voire impossibilité pour les maîtres d’œuvre de tenir de tels engagements
  • Décalage entre communauté des utilisateurs et club utilisateur. Permanence des modes de fonctionnement de ce dernier. Comme Pascale Nalon le soulignait lors de l’ouverture, la frontière s’efface entre utilisateur métier et développeur, même si la barrière existe encore
  • Coopétition. Le terme qui caractérise un nouveau type de relations entre développeurs/prestataires de service. Beaucoup de réactions sur ce que recouvre cette notion.
  • Très intéressante considération finale sur l’offre SaaS (merci à Marlène pour l’acronyme correct) qui tend à se répandre: libre ou pas, le résultat semble le même, cela peut conduire au dévoiement du principe d’indépendance du libre

Utiliser Koha c’est bien, savoir ce qu’on fait avec et le quantifier c’est mieux

L’atelier « BIRT/Jasper report » aura particulièrement intéressé les gestionnaires, et tous les utilisateurs soucieux de produire des rapports réguliers, pointus et bien présentés.  On peut saluer la présentation impeccable de BIRT par Françoise Barré, en attendant impatiemment la mise en ligne de ses supports de tutoriel.

Quand Koha s’inscrit dans une démarche organisationnelle

Très enrichissante, la présentation de Jérôme Pouchol « Koha, outil au service du changement » a laissé entrevoir l’énorme travail de réflexion innovante et d’accompagnement qui peuvent (doivent?) être mis en œuvre, avec Koha vu à la fois comme une fin mais surtout un moyen dans l’application d’une nouvelle politique documentaire.

L’occasion de souligner, comme plus tôt dans la journée, l’implication des membres du personnel à tous les niveaux, par exemple par la création de référents thématiques et fonctionnels. On peut aussi citer leur très souvent nécessaire montée en compétence, et même de nouveaux modes de distribution des responsabilités, ce qui nécessite toutefois une très bonne définition des tâches et des rôles. Le fonctionnement en mode projet permanent et évolution perpétuelle m’a aussi semblé intéressant.

A citer en exemple en matière de conduite du changement peut-être?

Et enfin

A lire: le billet de Marlene’s corner, qui donne un point de vue alternatif sur le même programme.

La valorisation des activités des chargés de documentation : la discussion est ouverte !

Date 31 mai 2011 |

La MSH de Tours a accueilli les 16 et 17 mai 2011 la réunion métier des chargés de documentation des Maisons des Sciences de l’Homme (MSH), organisée sous l’égide du réseau national des MSH. Parmi les points à l’ordre du jour (refonte du site internet du réseau, …) figurait la question de la “valorisation des missions et activités des documentalistes”. Voici la présentation, volontairement très générale, à  partir de laquelle un débat a été lancé. Il nous a semblé intéressant d’ouvrir ici via ces Carnets encore plus largement la discussion, sous forme de commentaires de ce billet, par exemple…

Comment valoriser les missions et activités des documentalistes au sein des MSH et du réseau national des MSH

« Manque de reconnaissance », « malaise identitaire », « sentiment de déclassement »… la question de la valorisation (ou de la dé-valorisation) du métier de documentaliste semble se poser de manière récurrente, comme en attestent les enquêtes sur le « métier » qui sont périodiquement réalisées par les associations professionnelles[1]. Par ailleurs, et bien au-delà des domaines de compétences spécifiques du domaine de l’information-documentation, c’est l’ensemble des fonctions de médiation qui semblent désormais confrontées à la nécessité de prouver leur « valeur ajoutée ». Au sein de chacune de nos MSH et au sein du Réseau – organisations elles-mêmes placées dans une position de « médiation » – qu’est-il possible de faire pour la valorisation de notre profession ? Quelle marge de manœuvre avons-nous pour en rendre visibles ses rôle et apport spécifiques ? Afin de lancer la discussion, cette courte présentation rappellera quelques éléments d’explication et proposera quelques éclairages sur la notion même de « valeur ».

Tout semble en effet concourir à rendre très difficile toute appréciation de cette “valeur ajoutée”. Tout d’abord, la grande fragmentation de la profession rend toute communication à son sujet relativement malaisée. La grande diversité d’appellations existant pour désigner les métiers et les compétences  – du « documentaliste spécialisé en… » au « veilleur » et à « l’architecte de l’information », en passant par le « records manager », le « knowledge manager » ou le « gestionnaire de contenu »…
De fait, la difficulté tient principalement au fait que l’on ne sait jamais si l’on parle bien de la même chose. Peut-on même distinguer un « cœur de métier » et des fonctions périphériques ? S’agit-il de variantes d’un même métier ou au contraire de métiers distincts qui font appel à des compétences communes ? Contours flous, métier facilement confondu avec une multitude de métiers voisins… comment dans ces conditions communiquer efficacement et de manière fédératrice ?

Il faut admettre également que la perception subjective du métier de documentaliste par le grand public n’est généralement pas flatteuse. Son contenu est mal connu : l’activité semble perçue comme floue, abstraite, éloignée des réalités des organisations, souvent associée à l’idée d’un manque de réactivité et d’une insuffisante expertise des disciplines ou des thématiques traitées. Ce défaut d’attractivité conduit à s’interroger sur le positionnement des professionnels eux-mêmes. Ne peut-on pas en effet considérer que la présentation traditionnelle de notre rôle comme « rouage » au sein d’une chaîne de transmission de l’information et du savoir marque un positionnement orienté vers la technique, et surtout, en retrait. Comment être vraiment attractif si l’on ne se présente pas soi-même comme responsable de ses choix, porteur d’une vision stratégique et sachant dégager des marges de manœuvres…

Bien entendu, ces difficultés sont renforcées par les évolutions technologiques : généralisation du document numérique et de dé-multiplication des flux d’information. Les effets de la dématérialisation des documents accentuent le caractère abstrait, flou voire invisible d’une grande partie des activités de gestion de l’information et des connaissances. La place prépondérante de l’informatique dans certaines fonctions rend les frontières entre métiers encore plus poreuses. Mais c’est surtout en ce qui concerne l’accès aux contenus que la « révolution internet » représente un changement radical. En effet, pour accéder au document ou à l’information, la médiation du professionnel n’est plus indispensable. Les pratiques des acteurs sont devenues autonomes et nous obligent à nous repositionner sur d’autres types de médiation. En effet si elle reste bien un « plus », l’intervention du professionnel ne constitue plus un « passage obligé ». Pourquoi maintenir des fonctions de médiation coûteuses dès lors qu’on les perçoit comme inutiles ? Sauf à pouvoir en estimer la « valeur ajoutée »…

Pour explorer la notion de « valeur », nous pouvons nous référer aux écrits de Jean Michel[2], consultant spécialisé dans le domaine du management par la valeur. Il rappelle tout d’abord que la valeur, dans un contexte professionnel, est d’abord une relation entre un service proposé et un effort mis œuvre pour l’obtenir. Ce qui sous entend une démarche d’optimisation : il s’agit souvent en définitive de chercher à faire plus avec moins… La valeur est aussi différentielle : la valeur ajoutée s’estime en retranchant ce qui a été fait par rapport à ce qui aurait existé sans nous. Si on cherche à l’évaluer, c’est que l’on a une décision à prendre, comme par exemple une décision d’investissement, que l’on souhaite fonder sur elle. Cette comparaison entre ce que l’on investit (coût, temps, contraintes de toutes sortes) et ce que l’on espère gagner (argent, service rendu, reconnaissance symbolique) s’appuie donc nécessairement sur un système de valeurs, une hiérarchisation des préférences de celui qui décide. Elle peut se trouver au cœur de conflits d’intérêt, ou à l’inverse de convergences. C’est aussi un système complexe, multidimensionnel. Il n’y a jamais un seul avantage rapporté à un seul effort, mais des faisceaux de vecteurs, en interaction et en constante évolution. Subjective, l’appréciation de la valeur dépend aussi de l’acuité du regard de celui qui entend l’évaluer…

Ces quelques considérations qui, bien entendu, nécessiteraient d’être approfondies, pourront peut-être permettre d’éclairer un certain nombre d’actions ou d’initiatives qui contribuent à valoriser nos missions et activités. Nous pourrons évoquer les publications (présentations orales, communications, articles mais aussi billets de blogs, de « carnets de recherche » voire pages web personnelles), la participation aux réseaux professionnels et groupes de travail (Isidora, Renatis, Bap F, ADBS, Afnor), le dialogue avec les chercheurs dans le cadre de journées d’études, dans la réalisation de guides de bonnes pratiques[3] ou de « cas d’usages ».

 

1 Thiolon, Catherine, « L’image des métiers de l’I-D. Diagnostic et recommandations pour une communication active » in Documentaliste – Sciences de l’information, vol. 40, n° 6, 2003

Lebigre, Loïc, « L’enquête Métiers-Salaires 2010 de l’ADBS », in Documentaliste – Sciences de l’information, vol. 48, n°1, 2011

2 Michel, Jean, « Management par la Valeur, création de Valeur, chaîne de Valeur, … Parle-t-on de la même Valeur ? » in La valeur n° 90, 2001

3 Par exemple, deux journées d’étude seront organisées à Tours le 26 septembre 2011 et à Aix-en-Provence le 29 novembre 2011. Elles visent à permettre la rédaction collective d’un « Guide de bonnes pratiques de la diffusion des données de la recherche en sciences humaines et sociales : questions de droits et d’éthique ». Le projet est coordonné le Centre de ressources électroniques sur les villes (Crévilles) de la MSH de Tours, le Pôle image-son, pratiques du numérique de la MMSH d’Aix-en-Provence et la bibliothèque Éric-de-Dampierre du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative de la Maison René-Ginouvès (MAE) de Nanterre.

L’information perçue par les étudiants

Date 25 mai 2011 |

M. Gross, D. Latham, Experiences with and perceptions of information : a phenomenographic study of first-year college students, Library quarterly, 2011, vol 81(2), pp. 161-186

A travers l’analyse de 77 interviews menées auprès d’étudiants de première année, l’étude s’attache à montrer comment l’information est perçue et comment la conception de l’information masque et minimise le besoin pour les individus d’acquérir des compétences informationnelles.

Dans une recherche d’information,  le résultat prime sur le processus qui y aboutit. Les étudiants interviewés n’imaginent pas, en effet,  que le processus requiert des compétences particulières  nécessaires afin de trouver, évaluer et utiliser l’information.

Ces compétences sont définies dans des documents comme celui de l’Association of college and research libraries (ACRL), document traduit en français par un groupe de travail de la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ) : Norme sur les compétences informationnelles dans l’enseignement supérieur (août 2004). Ce document définit 5 principes énonçant que l’étudiant qui possède les compétences informationnelles :

  • détermine la nature et l’étendue de l’information dont il a besoin,
  • accède avec efficacité et efficience à l’information dont il a besoin,
  • évalue de façon critique tant l’information que les sources et intègre l’information sélectionnée à sa base de connaissances personnelles et à son système de valeurs,
  • utilise efficacement l’information, individuellement ou comme membre d’un groupe, en vue d’atteindre un objectif spécifique,
  • comprend plusieurs questions économiques, juridiques et sociales relatives à l’utilisation de l’information et il accède à l’information et l’utilise de façon éthique et conformément à la loi.

Le sujet « compétence informationnelle » se complique aussi parce que de nombreuses autres compétences (ordinateur, media, culturelles, visuelles, etc .) sont reconnues comme relevant des compétences informationnelles.

Les auteurs de l’article distinguent dans leur analyse la recherche d’information effectuée pour des motifs personnels (curiosité ou pour résoudre un problème) de celle réalisée dans le cadre des études (imposée, contrainte). Cependant dans les deux cas, les interviewés utilisent les moteurs de recherche et sollicitent l’aide de personnes (enseignant, bibliothécaires, amis, etc.). A noter qu’ils se voient comme pouvant fournir eux aussi de l’information.

Ils comprennent que la qualité de l’information doit être considérée mais ne s’en inquiètent pas plus que ça, d’autant plus si elle émane du monde académique.

Pour les bibliothécaires et documentalistes qui élaborent des formations à la recherche d’information, c’est intéressant de noter que les interviewés boudent le tutoriels en ligne et expriment une préférence pour les formations données par une personne. Les auteurs préconisent aussi l’élaboration de tests pour évaluer les compétences informationnelles de leur(s) public(s) pour adapter leurs programmes de formation.

My publication is rich

Date 29 avril 2011 |

L. Breure et al., Rich internet publications : « show what you tell », Journal of digital information, 2011, vol 12(1)

Les auteurs proposent une réflexion sur l’évolution de l’article scientifique qui se trouve bousculé par les potentialités des applications web : le texte est enrichi de matériels supplémentaires (accès aux données, interactivité, visualisation). Ces enrichissements vont au-delà d’une simple illustration et mettent l’accent sur l’utilisation d’outils multimédia et des techniques comme le moyen principal de l’analyse et la présentation.

L’expression  rich internet publications – calquée sur rich internet applications – est utilisée par les auteurs pour qualifier ce nouveau type de production scientifique ; ils en proposent quelques caractéristiques classées selon le schéma ci-dessous :

Les auteurs relèvent que  “dans le  type I, la structure linéaire du texte reste dominante tandis que le  type II se rapproche d’une application web” (effectivement on s’éloigne bien de l’article).

Parmi les nombreuses questions qui se posent,  j’ai relevé celles-ci  :

  • l’écriture de ce genre de publications : les scientifiques auront besoin d’être formé à “l’écriture visuelle” et aux outils qui le permettent,
  • l’impact sur la lecture : le comportement du lecteur est inévitablement modifié,
  • la préservation : elle se complexifie avec  l’hétérogénéite des parties qui composent la publi.

Le risque est aussi la “privatisation” des données de la recherche au profit des éditeurs qui auront les moyens de mettre en oeuvre l’archivage.

A noter que la plupart des exemples sont issus des SHS (géographie, archéologie, histoire …)  : c’est plutôt intéressant (et surtout ça change).

Koha à l’ISH et l’Ifpo : retour sur le projet de réinformatisation

Date 21 avril 2011 |

2009 : lancement de la phase préparatoire du projet de réinformatisation Koha pour les bibliothèques de l’ISH et de l’Ifpo.
2011 : Smultidoc (le catalogue bibliographique commun de l’ISH et du réseau Langues asiatiques) est rejoint par Koha Ifpo en ligne et en production.

Entre ces deux dates se sont échelonnées de nombreuses étapes de préparation, de test et de mise en œuvre au sein de l’équipe projet ISH, chez Tamil, notre prestataire de service, et dans les bibliothèques. Aujourd’hui si une étape de taille, celle de la migration des données et de la mise en production des deux systèmes, a été franchie, l’aventure Koha à l’ISH n’est pas terminée. Mais peut-être peut-on jeter un regard en arrière sur ce qui a déjà été entrepris et réalisé. Il ne s’agit pas d’un retour d’expérience à proprement parler, mais de livrer quelques réflexions sur le projet sous forme de billets.

Pour commencer, exposons brièvement quelques éléments du contexte et des objectifs de ce projet conjoint.

DEUX RÉSEAUX DE BIBLIOTHÈQUES D’ÉTUDES ET DE RECHERCHE

Smultidoc est le catalogue bibliographique commun de l’ISH. En 2009, Smultidoc tourne sous le système Loris (Ever), il est alimenté par un réseau constitué de 7 bibliothèques de laboratoires partenaires, et contient plus de 135000 notices au format Unimarc, avec une forte proportion de notices de dépouillement (articles, dossiers…) et de littérature grise, caractéristiques des bibliothèques de recherche en SHS.

A l’Ifpo, même type de ressources (y compris des cartes), même configuration en réseau de 9 bibliothèques réparties sur 4 sites dans 3 pays. En 2009, celles-ci fonctionnent de manière indépendante, les normes de saisies sont distinctes, les systèmes informatiques déconnectés les uns des autres. La mise en place d’un outil commun est vue comme l’occasion de renforcer le réseau existant.

GÉRER DES RESSOURCES EN ÉCRITURES NON LATINES

Outre le type de documents décrits (étude et recherche), une autre particularité des deux catalogues est de décrire nombre de documents en écritures non latines: asiatiques (chinois, japonais, vietnamien, langues du sud-est asiatique comme le thai ou le khmer…) et arabe.
Premier constat: si les écritures asiatiques sont plutôt bien prises en charge par les systèmes actuels, on n’observe pas encore les mêmes performances pour l’arabe. Ceci fera l’objet d’un billet à part entière.

PARTAGER ET LARGEMENT SIGNALER SES DONNEES

z39.50, OAI-PMH, transferts Sudoc, 3 moyens offerts directement ou indirectement par Koha pour exposer, exploiter, partager les données, et ainsi mieux répondre aux besoins en terme de catalogage, de recherche fédérée, de visibilité.
Toutes ces solutions sont vues comme des moyens techniques supplémentaires d’inscrire les bibliothèques dans les réseaux documentaires, thématiques, régionaux. La mise en place de Koha et de ses fonctionnalités noyaux est cruciale, mais l’après mise en place et l’exploitation des fonctionnalités “avancées” donnent une finalité plus large au projet.

Voici donc exposés les principaux points qui nous ont convaincus de lancer un projet commun pour en capitaliser l’expérience, en mutualiser la gestion, les spécifications et les investissements.

Le périmètre des besoins se trouvait ainsi délimité. Pouvait alors démarrer l’étude approfondie des besoins et la rédaction du cahier des charges.

CAHIER DES CHARGES, GESTION DE PROJETS, BALANÇOIRES

Dans notre cas, la phase de préparation du cahier des charges a porté moins sur la partie fonctionnelle du système Koha (déjà très complet à l’époque) que sur la partie de migration des données. Dans une certaine mesure, cela reflète le fonctionnement des bibliothèques d’étude et de recherche en SHS, peut-être moins contraint que celui d’une BU ou d’une BM mais exigeant en revanche un soin tout particulier dans la reprise des données.

La phase d’étude des besoins et de rédaction du cahier des charges a pris environ 6 mois. Étude de la littérature et des bonnes pratiques en la matière, échanges (notamment au sein du groupe de travail sur les SIGB Libres), inspiration puisée dans les projets précédents ou similaires, prise en compte des contraintes réglementaires, de nombreux aspects entrent en ligne de compte dans l’élaboration de ce document.
Au final, deux versions du cahier des charges se sont succédées. La première “idéaliste”, faisant état de toutes les demandes, a servi pour prendre les marques, déterminer ce qui était réalisable ou non, et à quel coût. La seconde version “réaliste”, resserrée autour des demandes auxquelles Koha pouvait véritablement répondre, a définitivement servi de cadre pour le déroulement ultérieur du projet.

Personne ne l’ignore, l’exercice du cahier des charges est périlleux car c’est sur ce document clé, présenté comme référence à toutes les parties concernées de près ou de loin, base de travail et de dialogue, que se batit le projet. Paradoxalement, conçu pour être informatif et sans ambiguïté, le cahier des charges reflète toujours une (plus ou moins grande) part de la subjectivité de son/ses auteurs et est entièrement soumis à celle de ses lecteurs, avec l’incidence que l’on sait sur la suite du projet.

(pas de source identifiée pour ce schéma)
Notre projet s’est-il déroulé ainsi ? Mener un projet open source change-t-il la donne ? On tentera d’apporter une réponse nuancée dans les prochains billets.

A LIRE

L’article de Collignon et Schöpfel, avec une belle bibliographie
Collignon A., Schöpfel J., “Informatique documentaire : le cahier des charges sous toutes les coutures”, dans Archimag Guide Pratique “Manager et développer son service infodoc” (2007) 34-42, 93. Disponible en ligne: http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00238533/fr/ (cité le 21 avril 2011).

30 000 dépôts Hal-SHS et combien de langues ?

Date 15 avril 2011 |

Depuis le 12 avril, le compteur des dépôts Hal-SHS a franchi le cap des 30 000. On ne refera pas ici le coup de la page écran avec le chiffre rond (mais sachez qu’on l’a guettée et qu’on l’a eue !). Par contre, profitons de l’occasion pour une autre petite incursion dans les statistiques pour voir en quelles langues les documents sont rédigés.

On recense 31 langues pour les dépôts en texte intégral (52 langues si l’on ajoute les notices sans texte). Les textes sont très majoritairement en français (70 %) et l’anglais représente 25%.Pour les 5% restants, on distinguera l’espagnol (774 dépôts) puis le portugais et le basque (123 et 121 dépôts).

Pour la suite :

  • Allemand : 93
  • Italien : 89
  • Danois : 25
  • Chinois : 17
  • Arabe : 14
  • Roumain : 11

Moins de 10 : Albanais, Breton, Catalan, Coréen, Espéranto, Finnois, Flamand, Galicien, Grec,  Hongrois, Indonésien, Japonais, Néerlandais, Norvégien, Polonais, Russe, Suédois, Tchèque, Turc, Vietnamien

(les stats portent sur 29552 dépôts. Merci Estelle et Sitthida)


Carnets de recherche