Les SHS « dans la toile des médias sociaux » ?

Date 29 juillet 2011

Les 27 et 28 juin derniers s’est tenu à Paris le colloque international « Dans la toile des médias sociaux : nouveau moyens de communication et de publication pour les sciences humaines et sociales » (le programme est ici) organisé par l’Institut Historique Allemand (G. Gersmann, M. König) en collaboration avec le Centre pour l’édition électronique ouverte (P. Mounier).  Ces journées ont eu pour objectif de réfléchir aux effets des médias sociaux sur la culture scientifique actuelle.

 En attendant la mise en ligne des podcasts des différentes  interventions sur le carnet de recherche de l’IHA, ce billet propose un aperçu des interventions qui ont retenu mon attention lors de la journée du 28 juin.

 Les présentations (en allemand et français avec traduction simultanée) se sont articulées autour de quatre volets : Nouveaux moyens de publication et de communication dans les SHS ; les publications scientifiques et le web 2.0 ; les médias sociaux à l’université ;  les effets des médias sociaux sur notre culture scientifique actuelle.

 Comment définir les réseaux sociaux ? Quelle valeur ajoutée représentent-ils pour les universitaires ? Voici les questions posées en ouverture par Marieke König. Alors que les médias sociaux accélèrent la communication et augmentent la productivité, le travail de recherche réalisé via ces outils (ex : blogging scientifique) n’est pas reconnu dans le milieu de la recherche. Le défi pour les scientifiques est alors de se positionner par rapport à ces médias.

 Pierre Mounier a ensuite présenté brièvement l’émergence des réseaux sociaux scientifiques et la façon d’envisager leur développement (voir ici).

Nouveaux moyens de publication et de communication : Facebook, Twitter, Flickr etc. dans les SHS

Dans son intervention « Social network sites – une tendance pour les sciences ?», René König s’est intéressé aux questions des usages et des pratiques des réseaux sociaux par la communauté scientifique.  Il revient sur la notion de réseau social et montre la multiplicité de l’offre existante. Il rappelle que le « profil » est l’élément central et le dénominateur commun des médias sociaux. Il montre que toute une série de fonction des médias sociaux peut être utilisée pour le travail de recherche et correspond aux activités de production, de communication, de collaboration et de diffusion du chercheur. Il note que 23% de scientifiques « utilisent » des réseaux sociaux scientifiques tels que academia.edu/ ou researchgate.net, mais précise que le nombre d’inscrits n’est pas forcément significatif. En effet, en pratique la plupart des utilisateurs sont inscrits dans un souci « d’auto-marketing », mais seule une minorité est vraiment active. Actuellement, si l’implication des chercheurs dans les réseaux sociaux n’est pas encore une tendance très développée, et ce pour plusieurs raisons : manque de temps, pas d’incitation au niveau institutionnel, problème de confidentialité, etc…la jeune génération représente un potentiel important.

La présentation du projet photosNormandie  par Patrick Pecatte  a ensuite illustré l’utilisation de la plateforme Flickr dans un contexte d’archives iconographiques (voir sa présentation). Il s’agit d’une collection de photos libres de droit sur la bataille de Normandie dont l’intérêt est de faire appel à des spécialistes et amateurs afin  d’enrichir la qualité des descriptions  et de proposer  des corrections aux légendes. Dans ce contexte, les fonctionnalités de la plateforme Flickr sont utilisées pour améliorer l’indexation du fonds, et participent au processus de redocumentarisation de ce corpus.

Les publications scientifiques et le web 2.0 …ou le « culte du fragment »

Dans la deuxième session de la journée consacrée aux publications scientifiques, Lilian Landes a présenté la plateforme Recensio.net. Il s’agit d’une plateforme de recensions pour la recherche historique européenne, ouverte depuis début janvier 2011. Cette plateforme regroupe des comptes rendus critiques publiés dans des revues scientifiques d’histoire internationale. On y trouve à la fois des comptes rendus déjà parus sur support papier mais également des textes électroniques natifs. Dans le principe du libre accès, tous les contenus sont accessibles gratuitement sans limite de durée. La plateforme s’inscrit également dans une optique web 2.0, et permet aux chercheurs de publier les principales thèses développées dans leurs travaux. Ces textes peuvent ensuite être commentés par des internautes et donnent lieu à des « recensions innovantes » permettant la discussion autour des différentes publications. Les commentaires sont filtrés par un modérateur.

Dans son intervention intitulée « Liquid publication : les publications scientifiques à la rencontre du Web » Gloria Orrigi a présenté le site www.interdisciplines.org, portail de conférences virtuelles en sciences humaines, qui permet d’organiser des colloques et d’animer des débats virtuels en libre accès. Ce site s’inscrit dans le projet ambitieux LiquidPublications dont l’objectif est d’exploiter les nouvelles technologies pour créer une nouvelle façon de produire la connaissance scientifique et valoriser l’activité du chercheur.  

A travers la présentation du projet Archivalia, premier blog d’histoire en allemand, Klaus Graf prône le format court et l’utilisation du blog scientifique comme support de diffusion des résultats de la recherche. Le blogging scientifique permet d’attirer l’attention sur des thèmes marginaux. Selon lui, la question de la garantie de la qualité scientifique n’est pas inhérente au support utilisé.

Les médias sociaux à l’université 

La troisième session a abordé la question des medias sociaux à l’université. Devant  l’émergence des médias sociaux dans la vie des étudiants et des enseignants chercheurs,  le monde universitaire doit se positionner par rapport aux usages des technologies numériques et des réseaux sociaux.

Marko Demantovsky s’est d’abord intéressé au e-learning en Allemagne et plus particulièrement aux avantages et inconvénients de l’environnement numérique d’apprentissage. D’un point de vue économique, les universités poussent à la création de plateforme de e-learning. Du point de vue de l’enseignement, les médias numériques ne se sont pas imposés face au média traditionnel représenté par l’enseignant. L’usage des dispositifs numériques d’enseignement doivent rester des outils, des supports pour l’apprentissage et ne peuvent supplanter l’efficacité d’un enseignement en présentiel, et la performance communicative de l’enseignant.

La présentation du réseau social de l’université Paris-Descartes : les carnets2Descartes par Sophie Mahéo a permis de montrer comment la dynamique communautaire du réseau social peut être mise en valeur et être institutionnalisée. Ouverts aux étudiants, enseignants-chercheurs et au personnel de l’université, les Carnets 2 Descartes sont à la fois un espace d’expression et d’échanges, un outil pédagogique et une vitrine des compétences des membres de l’université. La réussite du réseau repose sur la confiance et l’engagement. L’accent est mis sur la place essentielle du community manager dont le rôle est d’animer, accompagner, et former les utilisateurs.

Dans son intervention intitulée « Braconner en SHS : quand les digital natives bousculent les frontières institutionnelles » Antoine Blanchard a démontré à travers l’exemple d’initiatives en marge de l’institution académique comment des « jeunes » familiers des nouveaux usages du numérique peuvent réinvestir le champ des SHS sur le web. Il montre qu’il peut y avoir une prise de parole sur l’étude des sciences en dehors de l’institution, mais pose la question de la reconnaissance de ces projets dans le monde académique.

Enfin, André Gunthert a partagé son expérience du travail collaboratif via la plateforme culturevisuelle.org qui est à la fois un espace de publication piloté par un comité éditorial, une communauté académique et un projet de recherche. Il souligne notamment le déficit de formation à la culture collective en SHS. La culture du partage ne va pas de soi dans la recherche française, qui s’inscrit plutôt du côté d’une culture du résultat.  L’usage des médias sociaux dans la recherche peut faire évoluer ces pratiques, mais encore faudrait-il que le blogging soit reconnu comme une activité scientifique par les instances d’évaluation.

Conclusion

Si le colloque a permis de mettre en lumière des initiatives intéressantes d’utilisation des médias sociaux dans la recherche en SHS,  il a fait apparaître des points essentiels  :

  • On note le rôle clé du community manager ou de la personne en charge de l’animation de la communauté, ou de la modération du site ;
  • Les différents médias sont des outils chronophages pour le chercheur ;
  • La motivation est également un élément important pour développer l'implication des chercheurs ;
  • Nécessité de former aux outils pour une utilisation  professionnelle et raisonnée des médias sociaux.

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utilisez ces balises :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">