Comment bloguent-ils ?

Rencontres sur les carnets de recherche en sciences humaines et sociales

Autour de la plateforme Hypothèses.org – 1er-2 décembre 2011, à Lyon

Depuis quelques années, les acteurs de la recherche en sciences humaines se sont approprié les outils du Web 2.0 : signets partagés, réseaux sociaux, plateformes de partage de contenus. Parmi eux, le blog est souvent utilisé comme un moyen simple et efficace de communication sur l’actualité de la recherche. Les chercheurs bien sûr, mais aussi les documentalistes et bibliothécaires, les éditeurs, sans oublier les doctorants, sont de plus en plus nombreux à tenir un « carnet de recherche » sur lequel ils publient notes de lecture, annonces de publication, courtes analyses, brefs comptes-rendus de recherches en cours ou réflexions personnelles.
Lorsqu’on parcourt les nombreux carnets de recherche qui existent dans toutes les disciplines, sur la plateforme Hypothèses.org ou ailleurs, c’est véritablement la « recherche en train de se faire » qui se donne à voir aux spécialistes comme au large public.
« Comment bloguent-ils ? » C’est la question qui sera explorée les 1er et 2 décembre 2011 au cours d’un événement organisé à Lyon par l’Institut des Sciences de l’Homme, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, l’URFIST de Lyon et le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo). Trois moments forts ponctueront cette manifestation autour des carnets de recherche en sciences humaines et sociales.

Table ronde

Une table-ronde, animée par Pierre Mounier, directeur-adjoint du Cléo et co-animateur de la plateforme Hypothèses.org, permettra à plusieurs auteurs de carnets de recherche de rendre compte de leurs expériences :

  • Eric Verdeil, chercheur au laboratoire Environnement Ville Société, CNRS-Université de Lyon et animateur du blog Rumor
  • Frédérique Giraud, doctorante au Centre Max Weber et animatrice du blog Sociovoce
  • Pierre Mercklé, maître de conférences à l’ENS Lyon et membre du Centre Max Weber, animateur du blog quanti et du portail liens socios
  • Françoise Acquier, documentaliste au Centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain et animatrice du blog le Cresson veille

La table-ronde sera suivie d’un moment convivial, un « Apéro carnets » au cours duquel les carnetiers et lecteurs lyonnais d’Hypotheses.org, passionnés et curieux des blogs scientifiques sont invités à se retrouver autour d’un verre pour échanger idées et expériences autour de ces nouvelles pratiques de communication scientifique ; parce que le blog est une conversation… et pas seulement en ligne.

Formation

Le 2 décembre, une formation « Ouvrir un carnet de recherches sur Hypothèses.org » est proposée à tous ceux qui souhaitent apprendre à publier des billets sur un carnet de recherche, personnaliser son apparence, intégrer des informations complémentaires, insérer des vidéos, classer les billets, gérer une équipe de plusieurs contributeurs… et connaître toutes les astuces pour tirer le meilleur parti de son carnet de recherche sur Hypothèses.org.

Informations pratiques

Il est possible de participer à une, deux ou à ces trois rencontres.

  • Table ronde « Comment bloguent-ils ? » : 1er décembre 2011, de 17h à 18h30
    – Institut des Sciences de l’Homme, 14 avenue Berthelot, Lyon 7e (salle Marc Bloch) : plan d’accès
  • Apéro carnet, de 18h45 à 20h
    – Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 5 rue Raulin, Lyon 7e (hall de la bibliothèque) : plan d’accès
  • Formation « Ouvrir un carnet de recherches sur Hypothèses.org » – 2 décembre 2011, de 9h30 à 17h
    – URFIST de Lyon, BU Sciences, Campus de la Doua, Villeurbanne (salle de formation 006) – Informations et inscriptions : Tél. 04 72 44 80 86 ou http://urfist.univ-lyon1.fr

Lire un article scientifique : critères de choix

C. Tenopir et al., Perceived value of scholarly article, Learned publishing, april 2011, pp. 123-132

Comment les chercheurs sélectionnent-ils les articles qu’ils lisent ? Quels sont les critères qui président leur choix ?

L’article propose les résultats d’une enquête menée sur ce thème :  445 réponses de chercheurs, émanant de 12 pays (en majorité d’Amérique du nord) et de disciplines variées  : 28% en sciences sociales, 19% en sciences, 17% santé/médecine et 16% sciences humaines.

Il  leur était demandé de classer par ordre d’importance 7 critères :

  • sujet de l’article,
  • l’importance de la revue,
  • la réputation du ou des auteurs,
  • l’affiliation institutionnelle du ou des auteurs,
  • le type de l’éditeur de l’article : société savante, éditeur commercial, …
  • l’accessibilité en ligne,
  • la source de l’article (revues à comité de lecture, article non publié, etc.).

Pas de scoop : l’étude montre que ce qui compte, hormis le sujet, c’est  la réputation de l’auteur, le fait que la revue soit à comité de lecture et qu’il n’y ait pas de coût financier pour le lecteur.

Les auteurs soulignent que le système de peer review et la réputation du titre de la revue comptent autant pour l’auteur que pour le lecteur.

Les implications qu’ils en tirent pour :

– les éditeurs : la réputation d’un auteur est difficile à apprécier lorsque un chercheur lit un article qui sort de sa discipline. Les éditeurs ont un rôle à jouer en proposant des indicateurs qui permettent au lecteur de juger (citent en exemple les statistiques de consultation proposées sur les titres de PLOS : un exemple ici. Ce serait intéressant de savoir si cela suffit et l’on connait les stratégies de détournement).

– pour les bibliothécaires : connaître ces éléments de jugement est important dans l’élaboration de matériels pédagogiques à destination des étudiants, en les aidant à repérer les indices leur permettant de juger de l’importance d’une revue par ex.

Le rapport est disponible là : http://www.publishingresearch.net/documents/PRCReportTenopiretalJan2011.pdf

Les usagers d’une bibliothèque universitaire

M. Roselli et M. Perrenoud, Du lecteur à l’usager : ethnographie d’une bibliothèque universitaire, Presses universitaires du Mirail, 2010

Deux chercheurs en sociologie livrent dans cet ouvrage les résultats d’une enquête menée auprès des usagers du SCD Toulouse-Le Mirail, bibliothèque de SHS : 170 heures d’observation et 60 entretiens, qui se sont déroulés d’octobre 2006 à mai 2008.

Comment les usagers se déplacent-ils dans les locaux, où s’installent-ils, quels usages font-ils des fonds papiers, des ressources en ligne, ont-ils recours aux personnels, etc ?  Cette approche a permis de s’intéresser aux utilisateurs invisibles dans les statistiques des bibliothèques parce que non inscrits ou non emprunteurs.

Les auteurs brossent une typologie issue des pratiques et dégagent 5 profils-type illustrés de portraits :

–         les usagers de la BU comme salle d’étude travaillent essentiellement sur les cours, des photocopies et leurs propres ouvrages,

–         les errants de l’université de masse se caractérisent par un manque de motivation et une faible confiance dans ce qu’ils ont entrepris,

–         les usagers faisant preuve de bonne volonté culturelle et scolaire,

–         les internautes, eux, jonglent entre usage scolaire et privé de l’outil internet : ils adoptent la même logique de navigation et d’exploration pour la recherche d’information que pour la recherche de documentation,

–         les autonomes ont des pratiques avancées et régulières en recherche documentaire et représentent le groupe le moins nombreux.

Parce qu’il représente le public des centres de documentation des labos, c’est surtout ce dernier profil qui m’a intéressée : il est en effet  composé pour l’essentiel de chercheurs et enseignants-chercheurs.

J’y ai noté la crispation autour du nombre de livres empruntables et la durée d’emprunt (c’est incontestablement une des forces des centres de doc des labos d’offrir beaucoup de souplesse sur ce point-là). Les auteurs ont aussi relevé l’ambiguité entre expertise de la littérature  scientifique et maîtrise des outils documentaires :  « les ressources numériques ont contribué à répandre dans la communauté des chercheurs une habitude de recherche documentaire à distance, plus immédiate et confortable bien que complexe… Cette situation a renforcé chez eux la croyance en une maîtrise spontanée des codes et outils de la recherche documentaire.» (Qu’on ne s’étonne donc pas que les compétences des documentalistes ne soient pas reconnues.)

Pour en revenir aux usagers d’une manière générale, ceux qui planchent sur les indicateurs de performances devraient s’intéresser à ce paradoxe relevé par les auteurs : sont considérés comme lecteurs actifs ceux qui empruntent et donc, pèsent dans les statistiques de prêts mais la plupart du temps, ces lecteurs ne passent à la BU que pour emprunter, leurs recherches documentaires ayant été faites en amont. Ceux que les auteurs nomment les séjourneurs ne sont pas considérés comme actifs bien qu’ils occupent l’espace, les outils, et sollicitent parfois les bibliothécaires.

Les auteurs soulignent l’importance des formations à l’offre des  collections imprimées et numériques : « les étudiants n’ont pas de pré-socialisation à la bibliothèque et surement pas aux ressources numériques comme outils pour le travail d’étude. »

Pour finir sur une note positive : « on s’aperçoit que, contrairement aux discours alarmistes sur la fin de la lecture, le texte numérique crée de nouvelles façons de faire avec les textes et ouvre la gamme des modalités de lecture. »

Voir aussi la recension parue dans La Vie des idées

De l’utilisation des journaux électroniques par les chercheurs anglais

Le RIN (Research Information Network) a publié en janvier la seconde partie d’une étude sur l’utilisation des journaux électroniques par les chercheurs anglais, menée entre mars 2008 et mars 2010. Un article publié dans Learned Publishing en janvier reprend aussi les éléments de ce rapport : E-journals, researchers – and the new librarians.

L’étude a pour objectif de  repérer les changements de pratiques et de comportements induits par l’accès aux journaux en ligne.

Les données regroupent des résultats d’ enquêtes et d’ interviews menées auprès des membres de 8 universités et d’ un centre de recherche britanniques et regroupant 6 disciplines (biologie, chimie, sciences de la terre et de l’environnement, économie, histoire et physique). L’analyse  des logs sur les sites d’éditeurs (Elsevier et Oxford Journals) complètent l’ensemble.

Ce que j’ai retenu :

Les chercheurs accèdent aux sites des éditeurs en passant par les bases de données ou des moteurs de recherche :  le Web of Science est cité le plus souvent, suivi par  Google/ Google Scholar,  Pubmed. JSTOR est la plate-forme la plus citée pour l’histoire.  Les recommandations faites par les collègues et les alertes sont aussi citées comme points d’accès. Les sites des éditeurs ne sont utilisés que pour lire ou télécharger les articles.

On note une évolution des pratiques de citations entre 1990 et 2007 : le nombre moyen de références citées augmente,  61% en chimie par exemple. Il n’y a qu’en  histoire où le nombre moyen reste stable. L’éventail des sources s’élargit aussi.  Selon les données de l’étude, les chercheurs anglais citent plus de références que leurs homologues.

Les historiens se distinguent aussi par le temps de lecture : ils passent plus de temps en ligne par session, probablement parce qu’il leur est plus difficile de repérer ce qui est pertinent pour leur recherche (l’info n’est pas dans le résumé par exemple). 40% des chercheurs disent ne pas avoir lu en entier le dernier article important qu’ils ont consulté et un tiers reviennent plusieurs fois sur le même article. J’ai relevé une phrase intéressante dans l’article de Learned publishing : « lire ne devrait pas être associé seulement à la consommation du texte intégral de l’article ». Les auteurs de l’article  utilisent l’expression  « power browsing »(que je ne sais pas traduire) qui serait une  « lecture stratégique » par la recherche d’éléments-clés. Ce type de lecture a certainement toujours existé mais la performance est accrue par la mise en ligne. (D’ailleurs, existe-t-il des études menées sur la façon dont les chercheurs lisaient – ou même lisent – leurs articles papier ?).

Les  journaux électroniques jouent un rôle déterminant pas seulement pour  la recherche mais aussi pour l’enseignement et l’apprentissage.

Les « new librarians » du titre de l’article de Learned Publishing sont les passerelles (Web of science, Google et Cie) qualifiées ainsi parce qu’elles font le lien entre l’éditeur et le lecteur. Les bibliothécaires sont cependant cités en tant que tels dans le rapport pour le rôle de formateurs aux ressources électroniques qu’ils jouent auprès des étudiants (ouf !).

Quelques chiffres aussi :

L’usage se concentre sur un petit nombre de titres : 5% des titres représentent entre un tiers et la moitié des pages vues.

L’âge moyen d’un article varie énormément d’une discipline à l’autre : 859 jours en sciences de la vie (soient moins de 2.5 ans)  et 1552 en économie (un peu plus de 4 ans).