Le processus de peer review rendu public

Depuis 2 ans, l’EMBO journal (publié par l’European Molecular Biology Organization) propose l’accès, pour chacun des articles publiés, aux courriers échangés entre les reviewers et les auteurs, rendant ainsi transparent le processus de peer review. Cette transparence est étendue depuis décembre 2010 à 3 autres titres:  EMBO reports, Molecular systems et EMBO molecular medicine.

L’éditeur, Bernd Pulverer, signe un article dans Nature qui fait le point sur l’expérience avec l’EMBO journal (Transparency showcases strength of peer review, Nature, vol 468, 4 november 2010, pp. 29-31) : cette politique de transparence n’a pas influé sur le nombre de soumissions d’articles qui reste  constant, ni sur  la qualité des rapports des référents ou les réponses des auteurs. Environ 1/10ème des lecteurs d’un article accède à ces  informations supplémentaires.

Il souligne le côté pédagogique pour les jeunes chercheurs. Tout un chacun peut d’ailleurs se faire une idée (par exemple : http://www.nature.com/emboj/journal/vaop/ncurrent/extref/emboj2010315s2.pdf) même si on ne comprend rien (!). Il signe aussi un édito sur ce sujet dans un des derniers numéros du journal intitulé une boîte noire transparente.

J’ai trouvé intéressant aussi la démarche qui consiste à analyser dans quelles revues les manuscrits rejetés par l’EMBO journal en 2007 étaient éventuellement publiés, et apprécié surtout que les résultats soient disponibles : http://www.nature.com/emboj/about/emboj_rejects_2007.html

Où il est question de peer review

Plusieurs articles cet été 2010 sur le système de peer review :

Un dossier dans le numéro d’août de la revue The scientist avec un titre qui donne le ton  « Peer review rejected ».  L’article signé Jef Akst (I hate your paper, http://www.the-scientist.com/2010/8/1/36/1) est intéressant à double titre parce qu’il recense les critiques du système et cite des solutions innovantes apportées par certains journaux.

  • critique n°1 : influence des motifs personnels du reviewer. Les solutions : éliminer l’anonymat (Biology Direct, BMJ, BMC) ; ouvrir le peer review tout en maintenant le processus traditionnel (Atmospheric chemistry and physics); juger un article sur sa solidité scientifique uniquement et non sur son impact ou sa portée (PLoS ONE).
  • critique n°2 : délais trop longs. Les solutions : réduire le délai de publication à quelques jours (PLoS Currents influenza) ; publier l’article révisé sans passer une seconde fois le processus de peer review (Journal of Biology) ; publier des first drafts (European geosciences union journals).
  • critique n°3 : trop d’articles à reviewer. Le solutions : réutiliser les reviews des journaux qui ont rejeté le manuscrit (Neuroscience peer review consortium) ; attendre des volontaires (Chemical physics letters) ; récompenser les efforts des reviewers (Biology direct, BMC, Frontiers, ACP).

Elsevier, quant à lui, teste pendant 3 mois avec la revue Chemical physics letters un système de peer review : des chercheurs reperés par Elsevier ont la possibilité de récupérer le texte intégral d’un article soumis en s’engageant a fournir dans un delai donné leurs commentaires (formulaire a compléter). Ce système s’applique en même temps que le processus classique et sera utilisé en aide à la décision. L’objectif d’Elsevier est de voir si un tel système permettra de réduire les délais du processus de peer-review.http://www.elsevier.com/wps/find/P04.cws_home/peerchoice

Et les SHS dans tout ça ?

L’expérience d’Open peer review de la revue Shakespeare Quarterly a fait l’objet d’une certaine attention.  Le Chronicle of higher education par exemple, dans un article de Jennifer Howard de juillet (http://chronicle.com/article/Leading-Humanities-Journal/123696/ )décrit l’expérience menée par la revue  d’ouvrir largement aux commentaires les articles soumis (open peer review trial) pour un numéro consacré à Shakespeare et les nouveaux medias, expérience qui rencontre un certain succès.  L’article souligne que dans les sciences humaines, une tradition de « conversation »  permet de s’adapter à ce système d’échanges. Le projet est hébergé sur http://mediacommons.futureofthebook.org/mcpress/ShakespeareQuarterly_NewMedia/