Science 2.0

J-C. Burgelman et al., Science 2.0 (change will happen …), FirstMonday, july 2010

http://firstmonday.org/htbin/cgiwrap/bin/ojs/index.php/fm/article/view/2961/2573

Petit exercice de prospective pour les auteurs qui examinent 3 grandes tendances de l’utilisation du web qui peuvent influer sur la science (telle qu’elle pourrait être dans 20 ans).

  • l’explosion de contenus générés par les utilisateurs, avec comme conséquence la prolifération des auteurs. C’est de plus en plus le lectorat, et non plus l’éditeur, qui décide de l’intérêt de ce qui est publié.
  • la fragmentation de la production scientifique : l’article scientifique apparaît de moins en moins comme la seule formalisation visible des résultats (diffusion de résultats intermédiaires ou de productions moins normalisées ou formalisée, blog, notes de recherche, …).
  • augmentation de données disponibles. Les auteurs voient émerger un modèle de recherche scientifique basé plus sur la corrélation (data mining, utilisation de macro-bases de données) que sur l’expérimentation traditionnelle.*

Ce que j’ai retenu : face à l’abondance, l’usager a besoin de filtres et sur le web, le filtre c’est l’audience, la réputation. Un bon communicant est celui qui utilise au mieux les règles du référencement : les chercheurs devront de plus en plus avoir cette compétence de communicant.

A méditer : « Dans tout système classé par rang(rank), la valeur de la Nième position sera de 1/N. Pour tout ce qui est classé – salaire, liens, trafic – la valeur de la deuxième place sera la moitié de celle de la première place, et la dixième place sera un dixième de la première place. »

* sur la science de données, voir compte-rendu d’Internet actu sur la conférence Lift France : http://www.internetactu.net/2010/07/12/la-nouvelle-science-des-donnees/

Les journalistes s’approprient aussi cette profusion de données disponibles et l’on parle aussi de journalisme de données : http://www.internetactu.net/2010/07/09/journaliste-de-donnees-data-as-storytelling/

Pourquoi Google scholar demande-t’il parfois des sous ?

S. Warren et K. Duckett, « Why does Google scholar sometimes ask for money ? » Engaging science students in scholarly communication and the economics of information, Journal of library administration, 50(4), 2010

http://www.informaworld.com/smpp/content~db=all~content=a921460715~frm=abslink

Les auteurs décrivent une démarche de sensibilisation au contexte économique de l’information scientifique destinée aux étudiants. L’objectif est de les aider à améliorer l’utilisation des outils et ressources, et, accessoirement, leur faire comprendre le rôle du porte-monnaie de la bibliothèque (merci qui ?).

Les points clé de cette démarche :

  • l’information scientifique est un marché,
  • chaque article est unique, c’est-à-dire qu’il reflète une recherche unique,
  • le web invisible existe ou comment fonctionne un moteur de recherche,
  • trouver l’information ne signifie pas automatiquement y accéder gratuitement (d’où le titre de l’article).

Bases de données payantes contre moteurs de recherche

X. Chen, The declining value of subscription-based abstracting and indexing services in the new knowledge dissemination area, Serials review, 2010, Volume 36, Issue 2, June 2010, Pages 79-85

http://dx.doi.org/10.1016/j.serrev.2010.02.010

Si les journaux scientifiques proposent gratuitement sur internet les sommaires,  les résumés, des mots-clés, des services d’alertes, des fils rss, bref tout contenu repérable par les moteurs de recherche,  les bibliothécaires peuvent légitimement s’interroger sur l’utilité de continuer à s’abonner à prix élevés à des bases de données commerciales.

L’auteur de l’article mène une étude sur l’offre  des journaux : sur la liste de  614 titres obtenue par tirage aléatoire dans les listes de l’ISI web of science,  94.4% proposent les sommaires sur internet,  et Google Scholar retrouve 99% de ces contenus. Il cite une étude de Meier et Conkling (2008) selon laquelle Google scholar couvre 90% de Compendex pour la littérature publiée après 1990 mais la couverture est moins bonne pour les articles d’avant 1990.

Plus intéressant, certaines bases de données commerciales et bouquet de revues présentent gratuitement l’accès à leurs données via Scholar google (CSA Illumina, HeinOnline, JSTOR par ex.) : même si l’usager lambda ne peut utiliser directement les bases de données depuis le site des éditeurs de ces bases, Google Scholar peut, lui, en extraire des données bibliographiques.

L’auteur calcule une moyenne de 28 ans de sommaires en ligne, avec un record  pour l’European journal of organic chemistry qui propose ses sommaires depuis 1832 (177 ans !). Cependant, cette moyenne est un peu biaisée puisque l’auteur ne se base que sur les sites des revues, certaines revues ont en effet leurs archives disponibles sur un autre site (comme JSTOR par exemple).

Google Scholar a aussi accès au texte intégral pour certains éditeurs :  il teste une recherche avec une phrase complète issue d’un texte et Google Scholar retourne la référence de l’article. J’ai fait un test également en prenant une partie de phrase d’un article et, effectivement, Google Scholar renvoie la référence de l’article.