Les auteurs seraient-ils la proie de certains éditeurs ?

Oui si l’on en croit cet article du Charleston advisor, qui qualifie de prédateurs un type particulier d’éditeurs  (Predatory open-access scholarly publishers ,  april 2010 + mise à jour july 2010 (http://charleston.publisher.ingentaconnect.com/content/charleston/chadv/2010/00000011/00000004/art00005)

Une industrie insoupçonnée : celle de start-up qui exploitent le filon du modèle auteur-payeur en créant des revues soit-disant scientifiques en open-access (open-access financé par l’auteur). L’auteur de l’article en a reperé quelques uns, avec des stratégies marketing bien rodées : call for papers, invitation par mail à participer au comité éditorial. Il semble que peu de revues dans le lot aient de comité de lecture, certains titres n’ont que 2 ou 3 articles par numéros, voire aucun. L’auteur note que les revues ont un numéro issn (par curiosité je suis allée en vérifier quelques uns au hasard sur le registre de l’ISSN et j’ai découvert ainsi la notion de « free issn » ???). Tout cela contribue, selon l’auteur,  à l’abondance de publications scientifiques puisque ces sites sont référencés dans les moteurs de recherche, avec l’afflux de publications qu’on peut supposer de mauvaise qualité.

Les sites mentionnés dans l’article : Medwell, OMICS, Academic journal, Academic journals Inc, ANSINetwork, Dove press, Insight knowledge, Knowledgia review, Libertas academia, Science publications, Scientific journal international.

Tous ces sites ne sont peut-être pas à mettre dans le même panier, puisque certains titres sont indexés par exemple dans Pubmed ou Scopus. Ce qui est troublant c’est le mélange sur un même site de titres qui correspondent aux critères de qualité et d’autres qui s’en affranchissent.