Résultats de l’enquête de la Commission Européenne sur l’information scientifique à l’ère numérique

De juillet à septembre 2011, La Commission Européenne a réalisé une enquête en ligne portant sur l’accès à l’information scientifique à l’ère électronique : accès aux publications scientifiques, aux données de la recherche, et préservation de l’information.

Les résultats de cette enquête sont publiés dans un rapport disponible ici, et s’appuient sur 1140 réponses émanant de 42 pays (129 réponses pour la France). A 37,6%, ce sont des chercheurs qui ont répondu. Viennent ensuite, dans les catégories proposées, des citoyens (27,5%), des membres d’instituts de recherche ou d’université (8,4%), de bibliothèques (7,3%), des éditeurs (6,4%), des membres d’organisations internationales (4,3%), d’organismes finançant la recherche (1%) et enfin des membres de gouvernements de niveau national, régional ou local (0,8%).
Une très  large majorité s’accorde sur le fait que les coûts élevés des abonnements aux revues et les budgets limités des bibliothèques constituent un frein à l’accès à l’IST. Une combinaison d’auto-archivage et de publication en libre accès représente la voie privilégiée que les politiques de recherche devraient encourager.
Les chiffres des réponses sont imposants concernant les obstacles pour l’accès aux données de la recherche : 86% des réponses pointent le manque de moyen pour développer et maintenir les infrastructures nécessaires, 80% le manque de crédits alloués aux chercheurs pour les mettre à disposition, et 79% l’insuffisance de politiques/stratégies au niveau national comme régional.
L’ incertitude quant à savoir qui est responsable de la préservation de l’IST amène 80% des réponses, suivie à 78% par la qualité et l’ interopérabilité des archives.
Il y a un très large consensus (90% de réponses) sur le principe que les publications et les données  issues de recherches financées sur fonds publics devraient être en libre accès. On peut relever aussi une forte attente pour une politique – et des moyens – au niveau européen sur ces questions.
Enfin, en filigrane, je n’ai pu m’empêcher de relever les réponses parfois en décalage des éditeurs (6,4% des répondants) : par exemple, la majorité des répondants de cette catégorie ne pensent pas qu’il y a de problème pour l’accès aux publications scientifiques et que le principal obstacle  est  …  le budget limité des bibliothèques.

Deux études sur les revues en libre accès

Deux articles récents à signaler sur les revues scientifiques en libre accès :

CROISSANCE FORTE

Tout d’abord, une étude1 sur l’essor des revues en libre accès de 1993 à 2009 parue dans PloS ONE  qui se base à la fois sur le nombre des revues elles-mêmes et sur celui des articles produits.

L’analyse s’applique à toute revue scientifique, peer reviewed, dont le contenu est immédiatement en libre accès et active à un moment donné au cours des années 1993 à 2009. A partir des données du Directory of Open Access Journals (DOAJ)  croisées avec celles de Scopus et de l’ISI, les auteurs obtiennent un échantillon de :

–        44 « large journals » : titres qui publient plus de 200 articles annuellement, indexés dans Scopus ou l’ISI,

–        519 titres de moyenne ou petite importance qui produisent des volumes moins importants d’articles annuellement ou absents des bases de l’ISI ou dans Scopus,

–        303 titres « pionniers » ainsi qualifiés parce qu’actifs avant 2000.

Selon leurs calculs, les auteurs estiment que, pour l’année 2000, 19 500 articles et 740 revues ont été publiés en libre accès et, pour 2009,  191 850 articles et 4769 titres. Soit une croissance annuelle moyenne de 30% pour les articles et 18% pour le nombre de revues (à comparer à une croissance annuelle estimée de 3.5% pour les revues en général).

Sur l’échantillon, 62% des titres de moyenne ou petite importance étaient en open access (OA) dès l’origine, 60% des « large journals » sont des titres avec abonnements convertis à l’OA. Il existe également quelques cas de revues qui sont passés du libre accès à la vente par abonnement.

Les auteurs proposent un découpage en trois périodes :

1993-1999 : années pionnières. Les revues OA sont fondées presque exclusivement par des chercheurs ou des groupes de chercheurs. Le modèle économique est basé sur une main d’œuvre bénévole combinée à la possibilité d’utiliser gratuitement les serveurs web d’une université.

2000-2004 : années d’innovation où l’on voit l’émergence d’autres modèles économiques : modèle auteur-payeur lancé par BioMedCentral par ex. Pendant cette période, on assiste à la numérisation de titres établis, à la naissance de portails comme Scielo (Amérique latine) ou J-Stage (Japon). A partir de 2004, les grands éditeurs testent le modèle hybride (par ex. Springer Open Choice). Le mouvement du libre accès commence à être visible (déclaration du Budapest par ex).

2005-2009 : années de consolidation. Le mouvement s’élargit et s’installe : création du DOAJ ou de l’Open access scholarly publishers association notamment.

REPRESENTATIVITE DANS LES BASES BIBLIOGRAPHIQUES A AMELIORER

Le deuxième article intéressant à signaler  analyse la représentativité des revues et articles en libre accès dans 11 bases de données bibliographiques : ABC-CLIO, Biological abstracts, EBSCO Academic search complete, EconLit, Inspec, ProQuest Research Library, PsycINFO, PubMed, Web of Science, Wilson OmniFile et DOAJ.

L’échantillon de 663 titres est élaboré sur la base de 4 critères : un ou plusieurs articles publiés en 2008 ou 2009 et disponible(s) en avril 2009, refeered, pleinement OA, en anglais (même si la revue publie des articles dans d’autres langues) et se limite à 6 disciplines : biologie, informatique, economie, histoire, medecine, psychologie.

Les bases thématiques se révèlent les plus performantes mais on observe de grandes variations selon les disciplines : l’histoire est la plus mal servie (2.8% de l’échantillon). PsycINFO et EconLit couvrent environ 23% de la littérature publiée dans des revues en libre accès. PubMed et Biological abstracts couvrent 60% dans leurs domaines. Pubmed est d’ailleurs la seule base qui signale que l’article est en OA. Le cas Pubmed est intéressant parce qu’il s’agit d’une base non commerciale et sa bonne couverture de la littérature en libre accès est peut-être à mettre en lien avec le soutien au mouvement OA du National Institutes of Health.

En ce qui concerne les bases multidisciplinaires, ce sont  le Web of Science et Ebsco Academic Search Complete qui obtiennent les meilleurs chiffres : aux alentours de 20% de l’échantillon.

Les auteurs ont repéré 6 caractéristiques optimisant les chances pour une revue d’être indexée dans les bases : être classée en biologie,  écrite en anglais,  publiée par un gros éditeur OA, avoir sorti son premier numéro OA entre 2000 et 2004, faire payer à ses auteurs au moins 1000$ l’article et/ou avoir un facteur d’impact supérieur à 2.0.

Par contre, si votre revue est classée en informatique, histoire ou psychologie, ou qu’elle est éditée par une université africaine, asiatique ou d’Amérique du sud, ce n’est pas la peine de rêver. Idem si elle n’est pas écrite en anglais ou qu’elle n’a pas de facteur d’impact.

(Je me souviens d’ailleurs que C. Kosmopoulos avait relevé le chiffre de 5% de titres en OA dans JournalBase dans sa présentation lors des journées sur l’évaluation des productions scientifiques.)

Reste que 45% de l’échantillon n’est indexé dans aucune des bases étudiées.

références :

1 M. Laakso et al., The development of open access journal publishing from 1993 to 2009, PloS ONE, june 2011, vol 6(6)
2 W. H. Walters, A.C. Linvill, Bibliographic index coverage of open-access journals in six subject areas, Journal of the American society for information science and technology, 2011, 62(8), pp. 1614-1628