Comment bloguent-ils ?

Rencontres sur les carnets de recherche en sciences humaines et sociales

Autour de la plateforme Hypothèses.org – 1er-2 décembre 2011, à Lyon

Depuis quelques années, les acteurs de la recherche en sciences humaines se sont approprié les outils du Web 2.0 : signets partagés, réseaux sociaux, plateformes de partage de contenus. Parmi eux, le blog est souvent utilisé comme un moyen simple et efficace de communication sur l’actualité de la recherche. Les chercheurs bien sûr, mais aussi les documentalistes et bibliothécaires, les éditeurs, sans oublier les doctorants, sont de plus en plus nombreux à tenir un « carnet de recherche » sur lequel ils publient notes de lecture, annonces de publication, courtes analyses, brefs comptes-rendus de recherches en cours ou réflexions personnelles.
Lorsqu’on parcourt les nombreux carnets de recherche qui existent dans toutes les disciplines, sur la plateforme Hypothèses.org ou ailleurs, c’est véritablement la « recherche en train de se faire » qui se donne à voir aux spécialistes comme au large public.
« Comment bloguent-ils ? » C’est la question qui sera explorée les 1er et 2 décembre 2011 au cours d’un événement organisé à Lyon par l’Institut des Sciences de l’Homme, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, l’URFIST de Lyon et le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo). Trois moments forts ponctueront cette manifestation autour des carnets de recherche en sciences humaines et sociales.

Table ronde

Une table-ronde, animée par Pierre Mounier, directeur-adjoint du Cléo et co-animateur de la plateforme Hypothèses.org, permettra à plusieurs auteurs de carnets de recherche de rendre compte de leurs expériences :

  • Eric Verdeil, chercheur au laboratoire Environnement Ville Société, CNRS-Université de Lyon et animateur du blog Rumor
  • Frédérique Giraud, doctorante au Centre Max Weber et animatrice du blog Sociovoce
  • Pierre Mercklé, maître de conférences à l’ENS Lyon et membre du Centre Max Weber, animateur du blog quanti et du portail liens socios
  • Françoise Acquier, documentaliste au Centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain et animatrice du blog le Cresson veille

La table-ronde sera suivie d’un moment convivial, un « Apéro carnets » au cours duquel les carnetiers et lecteurs lyonnais d’Hypotheses.org, passionnés et curieux des blogs scientifiques sont invités à se retrouver autour d’un verre pour échanger idées et expériences autour de ces nouvelles pratiques de communication scientifique ; parce que le blog est une conversation… et pas seulement en ligne.

Formation

Le 2 décembre, une formation « Ouvrir un carnet de recherches sur Hypothèses.org » est proposée à tous ceux qui souhaitent apprendre à publier des billets sur un carnet de recherche, personnaliser son apparence, intégrer des informations complémentaires, insérer des vidéos, classer les billets, gérer une équipe de plusieurs contributeurs… et connaître toutes les astuces pour tirer le meilleur parti de son carnet de recherche sur Hypothèses.org.

Informations pratiques

Il est possible de participer à une, deux ou à ces trois rencontres.

  • Table ronde « Comment bloguent-ils ? » : 1er décembre 2011, de 17h à 18h30
    – Institut des Sciences de l’Homme, 14 avenue Berthelot, Lyon 7e (salle Marc Bloch) : plan d’accès
  • Apéro carnet, de 18h45 à 20h
    – Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 5 rue Raulin, Lyon 7e (hall de la bibliothèque) : plan d’accès
  • Formation « Ouvrir un carnet de recherches sur Hypothèses.org » – 2 décembre 2011, de 9h30 à 17h
    – URFIST de Lyon, BU Sciences, Campus de la Doua, Villeurbanne (salle de formation 006) – Informations et inscriptions : Tél. 04 72 44 80 86 ou http://urfist.univ-lyon1.fr

Partage de données scientifiques : le Polar Data Catalogue

F. Millerand, Le partage des données scientifiques à l’ère de l’e-science : l’instrumentation des pratiques au sein d’un collectif multidisciplinaire, Terrains & travaux, 2011, n°18, p. 215-237

Pour qui s’intéresse à l’e-science, cet article présente les résultats préliminaires d’une recherche empirique ethnographique réalisée au sein d’une communauté scientifique qui développe une insfrastructure numérique pour la publication et le partage de données de recherche. L’objectif de la recherche est de « saisir les modalités de développement de l’infrastructure et la manière dont ses usages modifient les pratiques de recherches ».  L’auteur s’est plus particulièrement intéressé à « l’activité pratique de publication des métadonnées par les chercheurs ».

Le réseau ArcticNet rassemble des chercheurs en science de la nature (à 80%),  ainsi que des chercheurs en sciences de la santé (10%)  et en sciences sociales (10%). L’auteur relève des différences dans le rapport que les chercheurs ont avec les données : la confidentialité est ainsi mise en avant pour les données en sciences sociales et en sciences de la santé, un fort sentiment de propriété des données domine chez les anthropologues ou dès lors que le recueil des données a été long et laborieux.

Les principaux handicaps au partage des données :

  • risque que les données publiées soient mal réutilisées parce que mal interprétées (et donc mal documentées),
  •  lourdeur de la tâche en terme de temps et d’expertise requise pour décrire les jeux de données.

« Publier des données n’est pas une opération banale mais une activité qui requiert du temps et une certaine expertise. Il faut, d’une part, s’assurer qu’elles soient de bonne qualité et d’autre part, les décrire avec précision de façon à ce qu’elles soient interprétées correctement, et donc réutilisées de façon appropriée ».

L’auteur observe également que les chercheurs sont amenés à porter un autre regard sur leurs données :

  • Les données scientifiques ont un contenu informationnel qu’il s’agit de décrire et structurer. Il apparaît nécessaire de former les chercheurs et les personnels de recherche à la production des documentations des données : apprendre à formater ses données d’une certaine manière, en fonction d’une certaine norme.
  • Les données ainsi partagées changent de statut : elles évoluent vers un statut de ressource commune pour la communauté ou le domaine scientifique.

A noter aussi que ces tâches de saisie sont le plus souvent perçues comme purement techniques et de second ordre et dévolues au personnel de recherche et étudiants.