Quand les bibliothèques deviennent libraires …

… ou imprimeurs.

Les bibliothèques explorent de nombreuses pistes pour proposer de nouveaux services aux usagers et se positionner dans le contexte numérique. Parmi celles-ci figure l’impression de livres à la demande. Les derniers numéros de Library Hi Tech et de Interlending & document supply proposent plusieurs articles traitant des dispositifs d’impression d’ouvrages à la demande installés dans les bibliothèques.

La  baisse généralisée des budgets d’acquisition et l’accès récent à un catalogue de plusieurs millions d’ouvrages  sous forme numérique met la pression. Et quand la technologie offre une solution, l’Espresso Book Machine (demo sur youtube), pourquoi pas.

Cette solution pose plusieurs questions :

  • les collections ont été jusqu’à présent élaborées en anticipant les besoins des usagers (achat au cas-où/just-in-case) mais cela est valable pour des fonds imprimés. Avec l’impression à la demande on passe à l’achat juste-à-temps/just-in-time : terme utilisé en gestion pour supprimer les problèmes de stock (la collection papier ne serait donc envisagée que comme un stock). L’auteur de l’article sur l’expérience de la bibliothèque Marriott (Utah university) explique que leur politique documentaire s’est orientée vers l’achat de e-books et l’achat de titres se fait à partir des  demandes des usagers, l’utilisation de l’Espresso book machine est donc conçue comme un service et un outil de développement de collection.
  • que faire de l’exemplaire imprimé à la demande : le prêter puis l’intégrer à la collection ? le vendre ? Cette seconde option semble être celle mise en avant par la bibliothèque Marriott (voir les tarifs)  pour commercialiser notamment les fonds rares numérisés de l’institution et les ouvrages épuisés des presses universitaires (qui sont intégrées dans l’organigramme de la bibliothèque).
  • est-ce une alternative au prêt inter-bibliothèque ? l’auteur de l’article publié dans Interlending & document supply conclut par un « probablement non » étant donné le prix d’investissement de la machine et les droits d’auteur.

Le site du constructeur recense 41 institutions qui se sont équipées de cette machine  : 8 sont localisées dans des bibliothèques dont 4 dans des bibliothèques universitaires. La bibliothèque de l’université du Michigan propose un FAQ très intéressant sur le service proposé par cette machine :  on peut en saluer la transparence et la pédagogie.

Pas si intuitif que ça le livre numérique apparemment

S.A. Berg et al., Not on the same page : undergraduates’ information retrieval in electronic and print books, The journal of academic librarianship, 36(6), pp. 518-525

Une étude qui compare la façon dont les étudiants utilisent le livre numérique et le livre papier : les participants  doivent rechercher 8 informations dans une liste d’ouvrages, moitié sous format papier, moitié sous format électronique.

Alors qu’ils ont une stratégie de recherche plutôt bien rodée et linéaire avec le livre papier qui leur est familier, le livre électronique est moins intuitif : points d’entrée dans le texte pas repérables immédiatement (index, table des matières par ex.), abandon d’une stratégie dès qu’un obstacle est rencontré.

Les attentes  sont modelées à la fois sur les facilités offertes par le support papier et sur les fonctionnalités offertes habituellement sur les sites web, Google livres y compris (eh oui, encore et toujours !). Les auteurs notent l’absence de convention de présentations communes aux e-books qui, de fait, peut en desservir l’appropriation.

Suggestion aux bibliothécaires : ne pas hésiter à proposer des formations à l’utilisation des livres numériques.