Résultats de l’enquête de la Commission Européenne sur l’information scientifique à l’ère numérique

De juillet à septembre 2011, La Commission Européenne a réalisé une enquête en ligne portant sur l’accès à l’information scientifique à l’ère électronique : accès aux publications scientifiques, aux données de la recherche, et préservation de l’information.

Les résultats de cette enquête sont publiés dans un rapport disponible ici, et s’appuient sur 1140 réponses émanant de 42 pays (129 réponses pour la France). A 37,6%, ce sont des chercheurs qui ont répondu. Viennent ensuite, dans les catégories proposées, des citoyens (27,5%), des membres d’instituts de recherche ou d’université (8,4%), de bibliothèques (7,3%), des éditeurs (6,4%), des membres d’organisations internationales (4,3%), d’organismes finançant la recherche (1%) et enfin des membres de gouvernements de niveau national, régional ou local (0,8%).
Une très  large majorité s’accorde sur le fait que les coûts élevés des abonnements aux revues et les budgets limités des bibliothèques constituent un frein à l’accès à l’IST. Une combinaison d’auto-archivage et de publication en libre accès représente la voie privilégiée que les politiques de recherche devraient encourager.
Les chiffres des réponses sont imposants concernant les obstacles pour l’accès aux données de la recherche : 86% des réponses pointent le manque de moyen pour développer et maintenir les infrastructures nécessaires, 80% le manque de crédits alloués aux chercheurs pour les mettre à disposition, et 79% l’insuffisance de politiques/stratégies au niveau national comme régional.
L’ incertitude quant à savoir qui est responsable de la préservation de l’IST amène 80% des réponses, suivie à 78% par la qualité et l’ interopérabilité des archives.
Il y a un très large consensus (90% de réponses) sur le principe que les publications et les données  issues de recherches financées sur fonds publics devraient être en libre accès. On peut relever aussi une forte attente pour une politique – et des moyens – au niveau européen sur ces questions.
Enfin, en filigrane, je n’ai pu m’empêcher de relever les réponses parfois en décalage des éditeurs (6,4% des répondants) : par exemple, la majorité des répondants de cette catégorie ne pensent pas qu’il y a de problème pour l’accès aux publications scientifiques et que le principal obstacle  est  …  le budget limité des bibliothèques.

30 000 dépôts Hal-SHS et combien de langues ?

Depuis le 12 avril, le compteur des dépôts Hal-SHS a franchi le cap des 30 000. On ne refera pas ici le coup de la page écran avec le chiffre rond (mais sachez qu’on l’a guettée et qu’on l’a eue !). Par contre, profitons de l’occasion pour une autre petite incursion dans les statistiques pour voir en quelles langues les documents sont rédigés.

On recense 31 langues pour les dépôts en texte intégral (52 langues si l’on ajoute les notices sans texte). Les textes sont très majoritairement en français (70 %) et l’anglais représente 25%.Pour les 5% restants, on distinguera l’espagnol (774 dépôts) puis le portugais et le basque (123 et 121 dépôts).

Pour la suite :

  • Allemand : 93
  • Italien : 89
  • Danois : 25
  • Chinois : 17
  • Arabe : 14
  • Roumain : 11

Moins de 10 : Albanais, Breton, Catalan, Coréen, Espéranto, Finnois, Flamand, Galicien, Grec,  Hongrois, Indonésien, Japonais, Néerlandais, Norvégien, Polonais, Russe, Suédois, Tchèque, Turc, Vietnamien

(les stats portent sur 29552 dépôts. Merci Estelle et Sitthida)

Dépôts sur Hal-SHS : le cap des 29 000 est franchi

Depuis cette semaine, Hal-SHS, l’archive ouverte dédiée aux sciences humaines et sociales créée en 2005, a dépassé le cap des 29 000 dépôts en texte intégral.

Et j’ai chopé la page écran avec le chiffre rond !

Ce chiffre correspond aux dépôts avec le texte intégral effectués depuis Hal-SHS, et à ceux réalisés depuis Hal générique et le portail des thèses TEL dès lors qu’une discipline SHS est choisie. Il comprend aussi les dépôts d’Archivesic.

En fouinant un peu dans les statistiques, on peut voir que le trio de tête des disciplines qui déposent le plus sont l’économie et finances, la linguistique et les sciences de l’éducation. Et que, sans (grande) surprise, les plus gros contributeurs sont des ITA, documentalistes pour la plupart, chargés notamment de la valorisation des publis de leur labo, d’une collection de working papers ou plus récemment, d’actes de congrès. Cependant, l’auto-archivage est majoritaire – très légèrement mais c’est important de le noter.

Du côté de la consultation (consultation des fichiers déposés), le trio de tête des disciplines, en-dehors des consultations des sciences de l’information avec Archivesic,  sont la sociologie, l’économie et finances et l’histoire.

Si l’on s’intéresse maintenant aux 25 dépôts les plus consultés, on y trouve en majorité des thèses et les sciences de l’éducation sont bien représentées. Deux ouvrages sont présents dans cette liste :  l’un date de 1985 et est épuisé (6819 téléchargements). On peut supposer que la diffusion du second a été réduite : monographie dans une collection de labo, titre non trouvé dans Electre et 8 localisations dans le Sudoc mais il a été téléchargé 2648 fois. Le point commun toutefois entre ces deux ouvrages est que chacun des chapitres qui les composent fait l’objet d’un fichier déposé  : ce qui doit gonfler les chiffres des téléchargements pour une seule notice. Mais malgré cela, le dépôt en archive ouvertes d’ouvrages épuisés ou à faible diffusion offre manifestement une deuxième vie !

J’ai fait une petite recherche (merci Google) sur les auteurs de ces 25 dépôts. Sans aller très loin dans les pages de résultats du moteur de recherche, on s’aperçoit que 6 ont un lien avec une notice Wikipedia : notice à leur nom, présence de leur publi dans une notice, un auteur est membre de Wikimedia.  4 sont cités sur le site web de France Culture (intervention dans une émission par exemple) et 2 animent un blog. A noter que dans cette short-list un des auteurs apparaît 5 fois ! et, devinez quoi,  il a un blog 🙂

Une enquête sur les utilisateurs de dépôts institutionnels

Beth St. Jean  and al., Unheard Voices: Institutional Repository End-Users, College &  research Libraries, January 2011, 72:21-42

L’article fait état d’une enquête realisée en 2008 auprès d’utilisateurs non contributeurs de dépôts institutionnels. L’échantillon est réduit (20 interviewes) : les auteurs relèvent d’ailleurs la difficulté de repérer ce type d’utilisateurs qui « arrivent » sur les dépôts via les moteurs de recherche. Ce qui se traduit aussi quand on cherche des enquêtes similaires dans la littérature : je n’en ai repéré aucune dans la bibliographie de Ch. Bailey par exemple. Une revue de la littérature proposée en janvier 2010 dans la New review of academic librarianship souligne aussi le peu d’informations disponibles sur ce type d’utilisateurs.

Ce qui est apprécié par les personnes interviewées : l’accès aux pré-publications et à la littérature grise (surtout les thèses) et, plus typique du caractère institutionnel du dépôt, l’accès à un seul endroit de toutes les publis d’un auteur ou d’une université.

Les auteurs relèvent le besoin de clarté sur les critères d’acceptation des documents dans l’archive (sélection, peer-review). Les utilisateurs supposent en effet que la réputation de l’université s’applique uniformément à tous les travaux contenus dans le dépôt, les auteurs recommandent donc que les critères d’acceptation soient clairement affichés.

Ils recommandent également aux « managers » des dépôts de s’intéresser à ce type d’utilisateurs : la perception qu’ils ont de l’archive, leurs motivations pour l’utiliser et comment ils l’utilisent, afin d’adapter les services.