Lire un article scientifique : critères de choix

C. Tenopir et al., Perceived value of scholarly article, Learned publishing, april 2011, pp. 123-132

Comment les chercheurs sélectionnent-ils les articles qu’ils lisent ? Quels sont les critères qui président leur choix ?

L’article propose les résultats d’une enquête menée sur ce thème :  445 réponses de chercheurs, émanant de 12 pays (en majorité d’Amérique du nord) et de disciplines variées  : 28% en sciences sociales, 19% en sciences, 17% santé/médecine et 16% sciences humaines.

Il  leur était demandé de classer par ordre d’importance 7 critères :

  • sujet de l’article,
  • l’importance de la revue,
  • la réputation du ou des auteurs,
  • l’affiliation institutionnelle du ou des auteurs,
  • le type de l’éditeur de l’article : société savante, éditeur commercial, …
  • l’accessibilité en ligne,
  • la source de l’article (revues à comité de lecture, article non publié, etc.).

Pas de scoop : l’étude montre que ce qui compte, hormis le sujet, c’est  la réputation de l’auteur, le fait que la revue soit à comité de lecture et qu’il n’y ait pas de coût financier pour le lecteur.

Les auteurs soulignent que le système de peer review et la réputation du titre de la revue comptent autant pour l’auteur que pour le lecteur.

Les implications qu’ils en tirent pour :

– les éditeurs : la réputation d’un auteur est difficile à apprécier lorsque un chercheur lit un article qui sort de sa discipline. Les éditeurs ont un rôle à jouer en proposant des indicateurs qui permettent au lecteur de juger (citent en exemple les statistiques de consultation proposées sur les titres de PLOS : un exemple ici. Ce serait intéressant de savoir si cela suffit et l’on connait les stratégies de détournement).

– pour les bibliothécaires : connaître ces éléments de jugement est important dans l’élaboration de matériels pédagogiques à destination des étudiants, en les aidant à repérer les indices leur permettant de juger de l’importance d’une revue par ex.

Le rapport est disponible là : http://www.publishingresearch.net/documents/PRCReportTenopiretalJan2011.pdf

Quand les bibliothèques deviennent libraires …

… ou imprimeurs.

Les bibliothèques explorent de nombreuses pistes pour proposer de nouveaux services aux usagers et se positionner dans le contexte numérique. Parmi celles-ci figure l’impression de livres à la demande. Les derniers numéros de Library Hi Tech et de Interlending & document supply proposent plusieurs articles traitant des dispositifs d’impression d’ouvrages à la demande installés dans les bibliothèques.

La  baisse généralisée des budgets d’acquisition et l’accès récent à un catalogue de plusieurs millions d’ouvrages  sous forme numérique met la pression. Et quand la technologie offre une solution, l’Espresso Book Machine (demo sur youtube), pourquoi pas.

Cette solution pose plusieurs questions :

  • les collections ont été jusqu’à présent élaborées en anticipant les besoins des usagers (achat au cas-où/just-in-case) mais cela est valable pour des fonds imprimés. Avec l’impression à la demande on passe à l’achat juste-à-temps/just-in-time : terme utilisé en gestion pour supprimer les problèmes de stock (la collection papier ne serait donc envisagée que comme un stock). L’auteur de l’article sur l’expérience de la bibliothèque Marriott (Utah university) explique que leur politique documentaire s’est orientée vers l’achat de e-books et l’achat de titres se fait à partir des  demandes des usagers, l’utilisation de l’Espresso book machine est donc conçue comme un service et un outil de développement de collection.
  • que faire de l’exemplaire imprimé à la demande : le prêter puis l’intégrer à la collection ? le vendre ? Cette seconde option semble être celle mise en avant par la bibliothèque Marriott (voir les tarifs)  pour commercialiser notamment les fonds rares numérisés de l’institution et les ouvrages épuisés des presses universitaires (qui sont intégrées dans l’organigramme de la bibliothèque).
  • est-ce une alternative au prêt inter-bibliothèque ? l’auteur de l’article publié dans Interlending & document supply conclut par un « probablement non » étant donné le prix d’investissement de la machine et les droits d’auteur.

Le site du constructeur recense 41 institutions qui se sont équipées de cette machine  : 8 sont localisées dans des bibliothèques dont 4 dans des bibliothèques universitaires. La bibliothèque de l’université du Michigan propose un FAQ très intéressant sur le service proposé par cette machine :  on peut en saluer la transparence et la pédagogie.

Les usagers d’une bibliothèque universitaire

M. Roselli et M. Perrenoud, Du lecteur à l’usager : ethnographie d’une bibliothèque universitaire, Presses universitaires du Mirail, 2010

Deux chercheurs en sociologie livrent dans cet ouvrage les résultats d’une enquête menée auprès des usagers du SCD Toulouse-Le Mirail, bibliothèque de SHS : 170 heures d’observation et 60 entretiens, qui se sont déroulés d’octobre 2006 à mai 2008.

Comment les usagers se déplacent-ils dans les locaux, où s’installent-ils, quels usages font-ils des fonds papiers, des ressources en ligne, ont-ils recours aux personnels, etc ?  Cette approche a permis de s’intéresser aux utilisateurs invisibles dans les statistiques des bibliothèques parce que non inscrits ou non emprunteurs.

Les auteurs brossent une typologie issue des pratiques et dégagent 5 profils-type illustrés de portraits :

–         les usagers de la BU comme salle d’étude travaillent essentiellement sur les cours, des photocopies et leurs propres ouvrages,

–         les errants de l’université de masse se caractérisent par un manque de motivation et une faible confiance dans ce qu’ils ont entrepris,

–         les usagers faisant preuve de bonne volonté culturelle et scolaire,

–         les internautes, eux, jonglent entre usage scolaire et privé de l’outil internet : ils adoptent la même logique de navigation et d’exploration pour la recherche d’information que pour la recherche de documentation,

–         les autonomes ont des pratiques avancées et régulières en recherche documentaire et représentent le groupe le moins nombreux.

Parce qu’il représente le public des centres de documentation des labos, c’est surtout ce dernier profil qui m’a intéressée : il est en effet  composé pour l’essentiel de chercheurs et enseignants-chercheurs.

J’y ai noté la crispation autour du nombre de livres empruntables et la durée d’emprunt (c’est incontestablement une des forces des centres de doc des labos d’offrir beaucoup de souplesse sur ce point-là). Les auteurs ont aussi relevé l’ambiguité entre expertise de la littérature  scientifique et maîtrise des outils documentaires :  « les ressources numériques ont contribué à répandre dans la communauté des chercheurs une habitude de recherche documentaire à distance, plus immédiate et confortable bien que complexe… Cette situation a renforcé chez eux la croyance en une maîtrise spontanée des codes et outils de la recherche documentaire.» (Qu’on ne s’étonne donc pas que les compétences des documentalistes ne soient pas reconnues.)

Pour en revenir aux usagers d’une manière générale, ceux qui planchent sur les indicateurs de performances devraient s’intéresser à ce paradoxe relevé par les auteurs : sont considérés comme lecteurs actifs ceux qui empruntent et donc, pèsent dans les statistiques de prêts mais la plupart du temps, ces lecteurs ne passent à la BU que pour emprunter, leurs recherches documentaires ayant été faites en amont. Ceux que les auteurs nomment les séjourneurs ne sont pas considérés comme actifs bien qu’ils occupent l’espace, les outils, et sollicitent parfois les bibliothécaires.

Les auteurs soulignent l’importance des formations à l’offre des  collections imprimées et numériques : « les étudiants n’ont pas de pré-socialisation à la bibliothèque et surement pas aux ressources numériques comme outils pour le travail d’étude. »

Pour finir sur une note positive : « on s’aperçoit que, contrairement aux discours alarmistes sur la fin de la lecture, le texte numérique crée de nouvelles façons de faire avec les textes et ouvre la gamme des modalités de lecture. »

Voir aussi la recension parue dans La Vie des idées

Dépôts sur Hal-SHS : le cap des 29 000 est franchi

Depuis cette semaine, Hal-SHS, l’archive ouverte dédiée aux sciences humaines et sociales créée en 2005, a dépassé le cap des 29 000 dépôts en texte intégral.

Et j’ai chopé la page écran avec le chiffre rond !

Ce chiffre correspond aux dépôts avec le texte intégral effectués depuis Hal-SHS, et à ceux réalisés depuis Hal générique et le portail des thèses TEL dès lors qu’une discipline SHS est choisie. Il comprend aussi les dépôts d’Archivesic.

En fouinant un peu dans les statistiques, on peut voir que le trio de tête des disciplines qui déposent le plus sont l’économie et finances, la linguistique et les sciences de l’éducation. Et que, sans (grande) surprise, les plus gros contributeurs sont des ITA, documentalistes pour la plupart, chargés notamment de la valorisation des publis de leur labo, d’une collection de working papers ou plus récemment, d’actes de congrès. Cependant, l’auto-archivage est majoritaire – très légèrement mais c’est important de le noter.

Du côté de la consultation (consultation des fichiers déposés), le trio de tête des disciplines, en-dehors des consultations des sciences de l’information avec Archivesic,  sont la sociologie, l’économie et finances et l’histoire.

Si l’on s’intéresse maintenant aux 25 dépôts les plus consultés, on y trouve en majorité des thèses et les sciences de l’éducation sont bien représentées. Deux ouvrages sont présents dans cette liste :  l’un date de 1985 et est épuisé (6819 téléchargements). On peut supposer que la diffusion du second a été réduite : monographie dans une collection de labo, titre non trouvé dans Electre et 8 localisations dans le Sudoc mais il a été téléchargé 2648 fois. Le point commun toutefois entre ces deux ouvrages est que chacun des chapitres qui les composent fait l’objet d’un fichier déposé  : ce qui doit gonfler les chiffres des téléchargements pour une seule notice. Mais malgré cela, le dépôt en archive ouvertes d’ouvrages épuisés ou à faible diffusion offre manifestement une deuxième vie !

J’ai fait une petite recherche (merci Google) sur les auteurs de ces 25 dépôts. Sans aller très loin dans les pages de résultats du moteur de recherche, on s’aperçoit que 6 ont un lien avec une notice Wikipedia : notice à leur nom, présence de leur publi dans une notice, un auteur est membre de Wikimedia.  4 sont cités sur le site web de France Culture (intervention dans une émission par exemple) et 2 animent un blog. A noter que dans cette short-list un des auteurs apparaît 5 fois ! et, devinez quoi,  il a un blog 🙂

Métaphorisons

J. Giesecke, Finding the right metaphor: restructuring, realigning, and repackaging today’s research libraries, Journal of library administration, 2011, 51(1), pp. 54-65

L’article explore la littérature en sciences de l’information à la recherche des métaphores liées aux bibliothèques et bibliothécaires. L’intérêt n’est pas seulement qu’historique : l’image véhicule en effet beaucoup d’idées et influence la perception que les usagers et les décideurs ont des bibliothèques et des bibliothécaires. L’auteur souligne qu’il faudrait en trouver de nouvelles  pour renforcer leur visibilité et mettre en valeur les évolutions et nouveaux rôles qu’elles comptent  remplir. Le but est aussi d’aider les professionnels à investir de nouvelles activités.

La métaphore la plus tenace est celle de l’entrepôt de livres.  Les plus récentes sont certainement celles qui utilisent « 2.0 » ou le préfixe E-à toutes les sauces.

Celle qui me plaît bien est celle de la bibliothèque comme écosystème qui favorise la biodiversité : elle englobe « plusieurs espèces » qui interagissent (usagers, bibliothécaires et autres professionnels, …). « Dans cet écosystème, coopération et co-évolution sont la clé pour la survie de la bibliothèque, plus que la compétition. »

Les bibliothèques de l’université du Nebraska-Lincoln (où travaille l’auteur) en ont utilisé plusieurs pour « entrer en résonance » avec les attentes de leurs utilisateurs. Pour qualifier leur méta-catalogue par exemple, ils se servent d’un « Google meets Amazon.com » surprenant ( mais en allant sur leur site,  je ne l’ai pas trouvée).

(J’ai cherché un peu ce qu’il y avait en français sur le même thème mais n’ai rien trouvé à part une communication de 1996 intitulée « Métaphores et recherche d’information » )

De l’utilisation des journaux électroniques par les chercheurs anglais

Le RIN (Research Information Network) a publié en janvier la seconde partie d’une étude sur l’utilisation des journaux électroniques par les chercheurs anglais, menée entre mars 2008 et mars 2010. Un article publié dans Learned Publishing en janvier reprend aussi les éléments de ce rapport : E-journals, researchers – and the new librarians.

L’étude a pour objectif de  repérer les changements de pratiques et de comportements induits par l’accès aux journaux en ligne.

Les données regroupent des résultats d’ enquêtes et d’ interviews menées auprès des membres de 8 universités et d’ un centre de recherche britanniques et regroupant 6 disciplines (biologie, chimie, sciences de la terre et de l’environnement, économie, histoire et physique). L’analyse  des logs sur les sites d’éditeurs (Elsevier et Oxford Journals) complètent l’ensemble.

Ce que j’ai retenu :

Les chercheurs accèdent aux sites des éditeurs en passant par les bases de données ou des moteurs de recherche :  le Web of Science est cité le plus souvent, suivi par  Google/ Google Scholar,  Pubmed. JSTOR est la plate-forme la plus citée pour l’histoire.  Les recommandations faites par les collègues et les alertes sont aussi citées comme points d’accès. Les sites des éditeurs ne sont utilisés que pour lire ou télécharger les articles.

On note une évolution des pratiques de citations entre 1990 et 2007 : le nombre moyen de références citées augmente,  61% en chimie par exemple. Il n’y a qu’en  histoire où le nombre moyen reste stable. L’éventail des sources s’élargit aussi.  Selon les données de l’étude, les chercheurs anglais citent plus de références que leurs homologues.

Les historiens se distinguent aussi par le temps de lecture : ils passent plus de temps en ligne par session, probablement parce qu’il leur est plus difficile de repérer ce qui est pertinent pour leur recherche (l’info n’est pas dans le résumé par exemple). 40% des chercheurs disent ne pas avoir lu en entier le dernier article important qu’ils ont consulté et un tiers reviennent plusieurs fois sur le même article. J’ai relevé une phrase intéressante dans l’article de Learned publishing : « lire ne devrait pas être associé seulement à la consommation du texte intégral de l’article ». Les auteurs de l’article  utilisent l’expression  « power browsing »(que je ne sais pas traduire) qui serait une  « lecture stratégique » par la recherche d’éléments-clés. Ce type de lecture a certainement toujours existé mais la performance est accrue par la mise en ligne. (D’ailleurs, existe-t-il des études menées sur la façon dont les chercheurs lisaient – ou même lisent – leurs articles papier ?).

Les  journaux électroniques jouent un rôle déterminant pas seulement pour  la recherche mais aussi pour l’enseignement et l’apprentissage.

Les « new librarians » du titre de l’article de Learned Publishing sont les passerelles (Web of science, Google et Cie) qualifiées ainsi parce qu’elles font le lien entre l’éditeur et le lecteur. Les bibliothécaires sont cependant cités en tant que tels dans le rapport pour le rôle de formateurs aux ressources électroniques qu’ils jouent auprès des étudiants (ouf !).

Quelques chiffres aussi :

L’usage se concentre sur un petit nombre de titres : 5% des titres représentent entre un tiers et la moitié des pages vues.

L’âge moyen d’un article varie énormément d’une discipline à l’autre : 859 jours en sciences de la vie (soient moins de 2.5 ans)  et 1552 en économie (un peu plus de 4 ans).

Articles scientifiques à louer pour 24 h

Le Nature Publishing Group (NPG) a annoncé début janvier qu’il proposait l’accès de 5 de ses titres sur la plate-forme DeepDyve.

Le principe de cette plate-forme repose sur la location d’articles pour une durée de 24h et en lecture seulement,  on ne peut ni télécharger, ni imprimer l’article.  Le prix annoncé en page d’accueil est de 0.99$ mais il s’agit d’un prix minimum. Les articles de NPG par exemple se louent 3.99$, ceux de Blackwell 9.99$. On peut aussi signer pour la location de 10 articles par mois  lisibles pour une durée de 7 jours ou 25 articles par mois sans durée limitée (ça ressemblerait presque à un abonnement, non ?).

L’objectif des créateurs de cette plate-forme créée en 2005 est de toucher un marché de lecteurs qui,  n’étant  pas affiliés à des institutions de recherche ou universitaires, n’ont pas accès aux abonnements. Le marché des mobiles est peut-être aussi visé si l’on reprend ce que dit le communiqué de presse de NPG : « nous anticipons une demande croissante pour la navigation peu coûteuse et la prévisualisation des articles, en particulier avec l’adoption rapide d’ appareils mobiles ». Les éditeurs doivent certainement trouver leur compte à tester ce modèle : ils y sont presque tous comme Elsevier, Wiley-Blackwell, Sage, Routledge … mais pas pour leur collection complète : 25 titres d’Elsevier par exemple. Et la plupart n’autorise que le « preview only », c’est à dire que seule la première page est visible ! Difficile de connaître la proportion d’articles « louables ».

Le feuilletage par thèmes permet de voir que les SHS sont présentes : un rapide sondage montre qu’il s’agit pour beaucoup de titres de Sage et de Taylor & Francis mais qui ne sont qu’en « preview only ».

Une enquête sur les utilisateurs de dépôts institutionnels

Beth St. Jean  and al., Unheard Voices: Institutional Repository End-Users, College &  research Libraries, January 2011, 72:21-42

L’article fait état d’une enquête realisée en 2008 auprès d’utilisateurs non contributeurs de dépôts institutionnels. L’échantillon est réduit (20 interviewes) : les auteurs relèvent d’ailleurs la difficulté de repérer ce type d’utilisateurs qui « arrivent » sur les dépôts via les moteurs de recherche. Ce qui se traduit aussi quand on cherche des enquêtes similaires dans la littérature : je n’en ai repéré aucune dans la bibliographie de Ch. Bailey par exemple. Une revue de la littérature proposée en janvier 2010 dans la New review of academic librarianship souligne aussi le peu d’informations disponibles sur ce type d’utilisateurs.

Ce qui est apprécié par les personnes interviewées : l’accès aux pré-publications et à la littérature grise (surtout les thèses) et, plus typique du caractère institutionnel du dépôt, l’accès à un seul endroit de toutes les publis d’un auteur ou d’une université.

Les auteurs relèvent le besoin de clarté sur les critères d’acceptation des documents dans l’archive (sélection, peer-review). Les utilisateurs supposent en effet que la réputation de l’université s’applique uniformément à tous les travaux contenus dans le dépôt, les auteurs recommandent donc que les critères d’acceptation soient clairement affichés.

Ils recommandent également aux « managers » des dépôts de s’intéresser à ce type d’utilisateurs : la perception qu’ils ont de l’archive, leurs motivations pour l’utiliser et comment ils l’utilisent, afin d’adapter les services.

Le processus de peer review rendu public

Depuis 2 ans, l’EMBO journal (publié par l’European Molecular Biology Organization) propose l’accès, pour chacun des articles publiés, aux courriers échangés entre les reviewers et les auteurs, rendant ainsi transparent le processus de peer review. Cette transparence est étendue depuis décembre 2010 à 3 autres titres:  EMBO reports, Molecular systems et EMBO molecular medicine.

L’éditeur, Bernd Pulverer, signe un article dans Nature qui fait le point sur l’expérience avec l’EMBO journal (Transparency showcases strength of peer review, Nature, vol 468, 4 november 2010, pp. 29-31) : cette politique de transparence n’a pas influé sur le nombre de soumissions d’articles qui reste  constant, ni sur  la qualité des rapports des référents ou les réponses des auteurs. Environ 1/10ème des lecteurs d’un article accède à ces  informations supplémentaires.

Il souligne le côté pédagogique pour les jeunes chercheurs. Tout un chacun peut d’ailleurs se faire une idée (par exemple : http://www.nature.com/emboj/journal/vaop/ncurrent/extref/emboj2010315s2.pdf) même si on ne comprend rien (!). Il signe aussi un édito sur ce sujet dans un des derniers numéros du journal intitulé une boîte noire transparente.

J’ai trouvé intéressant aussi la démarche qui consiste à analyser dans quelles revues les manuscrits rejetés par l’EMBO journal en 2007 étaient éventuellement publiés, et apprécié surtout que les résultats soient disponibles : http://www.nature.com/emboj/about/emboj_rejects_2007.html

Pas si intuitif que ça le livre numérique apparemment

S.A. Berg et al., Not on the same page : undergraduates’ information retrieval in electronic and print books, The journal of academic librarianship, 36(6), pp. 518-525

Une étude qui compare la façon dont les étudiants utilisent le livre numérique et le livre papier : les participants  doivent rechercher 8 informations dans une liste d’ouvrages, moitié sous format papier, moitié sous format électronique.

Alors qu’ils ont une stratégie de recherche plutôt bien rodée et linéaire avec le livre papier qui leur est familier, le livre électronique est moins intuitif : points d’entrée dans le texte pas repérables immédiatement (index, table des matières par ex.), abandon d’une stratégie dès qu’un obstacle est rencontré.

Les attentes  sont modelées à la fois sur les facilités offertes par le support papier et sur les fonctionnalités offertes habituellement sur les sites web, Google livres y compris (eh oui, encore et toujours !). Les auteurs notent l’absence de convention de présentations communes aux e-books qui, de fait, peut en desservir l’appropriation.

Suggestion aux bibliothécaires : ne pas hésiter à proposer des formations à l’utilisation des livres numériques.

De quelques tendances sur le marché de la publication de revues scientifiques

A. Phillips, Blog to the future ? Journals publishing in the twenty-first century, Journal of Scholarly Publishing, vol 42(1), october 2010, pp. 16-30

L’article donne quelques chiffres intéressants sur le marché des  publications scientifiques :

– 1925 nouveaux titres de revues en STM ont été lancés entre 2000 et 2004, parmi lesquels 1850 sont toujours  actifs en 2007. De 2005 à mai 2007, ce sont 1256 nouveaux titres qui sont apparus, toujours en STM.

– le prix moyen d’un article téléchargé sur Elsevier est de 2$.

– le taux d’acceptation est de 11% pour les revues en SHS et de 42% pour celles en STM.

– on estime à 1% les articles publiés sous le modèle auteur-payant, 6% en libre-accès après embargo.

Les SHS représentent un secteur attractif pour lancer de nouveaux titres, alors que d’autres domaines sont relativement saturés (médecine et science). L’auteur reprend aussi une remarque issue d’un rapport du Research Information Network  qui a relevé que, dans le domaine des SHS, « la hausse du nombre des revues est plus étroitement associée à un environnement où on met davantage l’accent sur la mesure et l’évaluation de la recherche et de ses résultats. »

(L’auteur a co-dirigé l’ouvrage The future of the academic journal, Chandos, 2009)

Google Livres et le futur des bibliothèques numériques

C’est le titre d’un ouvrage signé Alain Jacquesson, paru aux Editions du cercle de la librairie cette année.  Le sous-titre en résume l’objectif : historique du projet, techniques documentaires, alternatives et controverses.

http://editionsducercledelalibrairie.com/detail.asp?Ean=%209782765409809

Lecture vraiment très intéressante, notamment l’historique consacré aux stratégies de Google pour approcher les grandes bibliothèques américaines – dont on retiendra surtout le culte du secret – et la montée en puissance du projet, y compris l’accord avec WorlCat que j’ai découvert. L’ouvrage propose aussi une grande partie qui fait le point et résume les controverses juridiques, commerciales, culturelles.

Voir aussi la note de lecture signée Michèle Battisti dans le n°2010/3 de la revue Documentaliste/Sciences de l’information.

Extension du domaine de Google scholar

X. Chen, Google Scholar’s dramatic coverage improvement five years after debut Serials Review, 2010, in press

Dans un précédent article paru dans la même revue, X. Chen mettait en balance les bases de données bibliographiques payantes et les résultats des moteurs de recherche. Cette fois-ci, il examine la progression de Google Scholar dans sa couverture des données des publications scientifiques.

L’ étude montre que, 5 ans après ses débuts, Google Scholar est capable de récupérer toutes les données des sites (éditeurs, bases de données) auxquels il a accès (« is allowed to crawl »). Fiabilité donc même si on ne connaît pas exactement les limites de sa couverture. On apprend également que le moteur de recherche produit de bons résultats parce qu’il a des partenariats  (« databases Google Scholar partners with and has access to »).

L’auteur s’attarde aussi sur le dédoublonnage des réponses proposées par le moteur de recherche : là où Google propose toutes les références trouvées, Google Scholar n’en propose qu’une et avec apparemment une préférence pour la version gratuite du texte intégral.

Science 2.0

J-C. Burgelman et al., Science 2.0 (change will happen …), FirstMonday, july 2010

http://firstmonday.org/htbin/cgiwrap/bin/ojs/index.php/fm/article/view/2961/2573

Petit exercice de prospective pour les auteurs qui examinent 3 grandes tendances de l’utilisation du web qui peuvent influer sur la science (telle qu’elle pourrait être dans 20 ans).

  • l’explosion de contenus générés par les utilisateurs, avec comme conséquence la prolifération des auteurs. C’est de plus en plus le lectorat, et non plus l’éditeur, qui décide de l’intérêt de ce qui est publié.
  • la fragmentation de la production scientifique : l’article scientifique apparaît de moins en moins comme la seule formalisation visible des résultats (diffusion de résultats intermédiaires ou de productions moins normalisées ou formalisée, blog, notes de recherche, …).
  • augmentation de données disponibles. Les auteurs voient émerger un modèle de recherche scientifique basé plus sur la corrélation (data mining, utilisation de macro-bases de données) que sur l’expérimentation traditionnelle.*

Ce que j’ai retenu : face à l’abondance, l’usager a besoin de filtres et sur le web, le filtre c’est l’audience, la réputation. Un bon communicant est celui qui utilise au mieux les règles du référencement : les chercheurs devront de plus en plus avoir cette compétence de communicant.

A méditer : « Dans tout système classé par rang(rank), la valeur de la Nième position sera de 1/N. Pour tout ce qui est classé – salaire, liens, trafic – la valeur de la deuxième place sera la moitié de celle de la première place, et la dixième place sera un dixième de la première place. »

* sur la science de données, voir compte-rendu d’Internet actu sur la conférence Lift France : http://www.internetactu.net/2010/07/12/la-nouvelle-science-des-donnees/

Les journalistes s’approprient aussi cette profusion de données disponibles et l’on parle aussi de journalisme de données : http://www.internetactu.net/2010/07/09/journaliste-de-donnees-data-as-storytelling/

Partager ses données de recherche : oui, mais …

F. LeClere, Too many researchers are reluctant to share their data, The chronicle of higher education, 3/08/2010 (http://chronicle.com/article/Too-Many-Researchers-Are/123749)

et

M.H. Cragin et al, Data sharing, small science, and institutional repositories, All Hands meeting 2009 (pre-print version supposée de celle publiée dans Philosophical transactions of the Royal society, sept 13, 2010, 368(1926)(http://www.allhands.org.uk/2009/09/Cragin_UK_All-Hands_2009_final2.pdf

L’idée qui ressort de ces articles est la même : il y a consensus sur l’idée de partager ses données de recherche, mais très peu de chercheurs passent à la pratique. Outre le manque d’infrastructure, les deux principaux freins sont, d’une part, la crainte d’une mauvaise ré-utilisation/ré-interprétation de ces données risquant éventuellement de remettre en cause l’analyse du chercheur qui les a collectées et, d’autre part la crainte d’une non reconnaissance de paternité de ces données par ceux qui les réutilisent.

Le premier article ajoute aussi comme frein la protection de données personnelles des sujets en sciences sociales.