My publication is rich

L. Breure et al., Rich internet publications : « show what you tell », Journal of digital information, 2011, vol 12(1)

Les auteurs proposent une réflexion sur l’évolution de l’article scientifique qui se trouve bousculé par les potentialités des applications web : le texte est enrichi de matériels supplémentaires (accès aux données, interactivité, visualisation). Ces enrichissements vont au-delà d’une simple illustration et mettent l’accent sur l’utilisation d’outils multimédia et des techniques comme le moyen principal de l’analyse et la présentation.

L’expression  rich internet publications – calquée sur rich internet applications – est utilisée par les auteurs pour qualifier ce nouveau type de production scientifique ; ils en proposent quelques caractéristiques classées selon le schéma ci-dessous :

Les auteurs relèvent que  « dans le  type I, la structure linéaire du texte reste dominante tandis que le  type II se rapproche d’une application web » (effectivement on s’éloigne bien de l’article).

Parmi les nombreuses questions qui se posent,  j’ai relevé celles-ci  :

  • l’écriture de ce genre de publications : les scientifiques auront besoin d’être formé à « l’écriture visuelle » et aux outils qui le permettent,
  • l’impact sur la lecture : le comportement du lecteur est inévitablement modifié,
  • la préservation : elle se complexifie avec  l’hétérogénéite des parties qui composent la publi.

Le risque est aussi la « privatisation » des données de la recherche au profit des éditeurs qui auront les moyens de mettre en oeuvre l’archivage.

A noter que la plupart des exemples sont issus des SHS (géographie, archéologie, histoire …)  : c’est plutôt intéressant (et surtout ça change).

Koha à l’ISH et l’Ifpo : retour sur le projet de réinformatisation

2009 : lancement de la phase préparatoire du projet de réinformatisation Koha pour les bibliothèques de l’ISH et de l’Ifpo.
2011 : Smultidoc (le catalogue bibliographique commun de l’ISH et du réseau Langues asiatiques) est rejoint par Koha Ifpo en ligne et en production.

Entre ces deux dates se sont échelonnées de nombreuses étapes de préparation, de test et de mise en œuvre au sein de l’équipe projet ISH, chez Tamil, notre prestataire de service, et dans les bibliothèques. Aujourd’hui si une étape de taille, celle de la migration des données et de la mise en production des deux systèmes, a été franchie, l’aventure Koha à l’ISH n’est pas terminée. Mais peut-être peut-on jeter un regard en arrière sur ce qui a déjà été entrepris et réalisé. Il ne s’agit pas d’un retour d’expérience à proprement parler, mais de livrer quelques réflexions sur le projet sous forme de billets.

Pour commencer, exposons brièvement quelques éléments du contexte et des objectifs de ce projet conjoint.

DEUX RÉSEAUX DE BIBLIOTHÈQUES D’ÉTUDES ET DE RECHERCHE

Smultidoc est le catalogue bibliographique commun de l’ISH. En 2009, Smultidoc tourne sous le système Loris (Ever), il est alimenté par un réseau constitué de 7 bibliothèques de laboratoires partenaires, et contient plus de 135000 notices au format Unimarc, avec une forte proportion de notices de dépouillement (articles, dossiers…) et de littérature grise, caractéristiques des bibliothèques de recherche en SHS.

A l’Ifpo, même type de ressources (y compris des cartes), même configuration en réseau de 9 bibliothèques réparties sur 4 sites dans 3 pays. En 2009, celles-ci fonctionnent de manière indépendante, les normes de saisies sont distinctes, les systèmes informatiques déconnectés les uns des autres. La mise en place d’un outil commun est vue comme l’occasion de renforcer le réseau existant.

GÉRER DES RESSOURCES EN ÉCRITURES NON LATINES

Outre le type de documents décrits (étude et recherche), une autre particularité des deux catalogues est de décrire nombre de documents en écritures non latines: asiatiques (chinois, japonais, vietnamien, langues du sud-est asiatique comme le thai ou le khmer…) et arabe.
Premier constat: si les écritures asiatiques sont plutôt bien prises en charge par les systèmes actuels, on n’observe pas encore les mêmes performances pour l’arabe. Ceci fera l’objet d’un billet à part entière.

PARTAGER ET LARGEMENT SIGNALER SES DONNEES

z39.50, OAI-PMH, transferts Sudoc, 3 moyens offerts directement ou indirectement par Koha pour exposer, exploiter, partager les données, et ainsi mieux répondre aux besoins en terme de catalogage, de recherche fédérée, de visibilité.
Toutes ces solutions sont vues comme des moyens techniques supplémentaires d’inscrire les bibliothèques dans les réseaux documentaires, thématiques, régionaux. La mise en place de Koha et de ses fonctionnalités noyaux est cruciale, mais l’après mise en place et l’exploitation des fonctionnalités « avancées » donnent une finalité plus large au projet.

Voici donc exposés les principaux points qui nous ont convaincus de lancer un projet commun pour en capitaliser l’expérience, en mutualiser la gestion, les spécifications et les investissements.

Le périmètre des besoins se trouvait ainsi délimité. Pouvait alors démarrer l’étude approfondie des besoins et la rédaction du cahier des charges.

CAHIER DES CHARGES, GESTION DE PROJETS, BALANÇOIRES

Dans notre cas, la phase de préparation du cahier des charges a porté moins sur la partie fonctionnelle du système Koha (déjà très complet à l’époque) que sur la partie de migration des données. Dans une certaine mesure, cela reflète le fonctionnement des bibliothèques d’étude et de recherche en SHS, peut-être moins contraint que celui d’une BU ou d’une BM mais exigeant en revanche un soin tout particulier dans la reprise des données.

La phase d’étude des besoins et de rédaction du cahier des charges a pris environ 6 mois. Étude de la littérature et des bonnes pratiques en la matière, échanges (notamment au sein du groupe de travail sur les SIGB Libres), inspiration puisée dans les projets précédents ou similaires, prise en compte des contraintes réglementaires, de nombreux aspects entrent en ligne de compte dans l’élaboration de ce document.
Au final, deux versions du cahier des charges se sont succédées. La première « idéaliste », faisant état de toutes les demandes, a servi pour prendre les marques, déterminer ce qui était réalisable ou non, et à quel coût. La seconde version « réaliste », resserrée autour des demandes auxquelles Koha pouvait véritablement répondre, a définitivement servi de cadre pour le déroulement ultérieur du projet.

Personne ne l’ignore, l’exercice du cahier des charges est périlleux car c’est sur ce document clé, présenté comme référence à toutes les parties concernées de près ou de loin, base de travail et de dialogue, que se batit le projet. Paradoxalement, conçu pour être informatif et sans ambiguïté, le cahier des charges reflète toujours une (plus ou moins grande) part de la subjectivité de son/ses auteurs et est entièrement soumis à celle de ses lecteurs, avec l’incidence que l’on sait sur la suite du projet.

(pas de source identifiée pour ce schéma)
Notre projet s’est-il déroulé ainsi ? Mener un projet open source change-t-il la donne ? On tentera d’apporter une réponse nuancée dans les prochains billets.

A LIRE

L’article de Collignon et Schöpfel, avec une belle bibliographie
Collignon A., Schöpfel J., « Informatique documentaire : le cahier des charges sous toutes les coutures », dans Archimag Guide Pratique « Manager et développer son service infodoc » (2007) 34-42, 93. Disponible en ligne: http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00238533/fr/ (cité le 21 avril 2011).

30 000 dépôts Hal-SHS et combien de langues ?

Depuis le 12 avril, le compteur des dépôts Hal-SHS a franchi le cap des 30 000. On ne refera pas ici le coup de la page écran avec le chiffre rond (mais sachez qu’on l’a guettée et qu’on l’a eue !). Par contre, profitons de l’occasion pour une autre petite incursion dans les statistiques pour voir en quelles langues les documents sont rédigés.

On recense 31 langues pour les dépôts en texte intégral (52 langues si l’on ajoute les notices sans texte). Les textes sont très majoritairement en français (70 %) et l’anglais représente 25%.Pour les 5% restants, on distinguera l’espagnol (774 dépôts) puis le portugais et le basque (123 et 121 dépôts).

Pour la suite :

  • Allemand : 93
  • Italien : 89
  • Danois : 25
  • Chinois : 17
  • Arabe : 14
  • Roumain : 11

Moins de 10 : Albanais, Breton, Catalan, Coréen, Espéranto, Finnois, Flamand, Galicien, Grec,  Hongrois, Indonésien, Japonais, Néerlandais, Norvégien, Polonais, Russe, Suédois, Tchèque, Turc, Vietnamien

(les stats portent sur 29552 dépôts. Merci Estelle et Sitthida)

Lire un article scientifique : critères de choix

C. Tenopir et al., Perceived value of scholarly article, Learned publishing, april 2011, pp. 123-132

Comment les chercheurs sélectionnent-ils les articles qu’ils lisent ? Quels sont les critères qui président leur choix ?

L’article propose les résultats d’une enquête menée sur ce thème :  445 réponses de chercheurs, émanant de 12 pays (en majorité d’Amérique du nord) et de disciplines variées  : 28% en sciences sociales, 19% en sciences, 17% santé/médecine et 16% sciences humaines.

Il  leur était demandé de classer par ordre d’importance 7 critères :

  • sujet de l’article,
  • l’importance de la revue,
  • la réputation du ou des auteurs,
  • l’affiliation institutionnelle du ou des auteurs,
  • le type de l’éditeur de l’article : société savante, éditeur commercial, …
  • l’accessibilité en ligne,
  • la source de l’article (revues à comité de lecture, article non publié, etc.).

Pas de scoop : l’étude montre que ce qui compte, hormis le sujet, c’est  la réputation de l’auteur, le fait que la revue soit à comité de lecture et qu’il n’y ait pas de coût financier pour le lecteur.

Les auteurs soulignent que le système de peer review et la réputation du titre de la revue comptent autant pour l’auteur que pour le lecteur.

Les implications qu’ils en tirent pour :

– les éditeurs : la réputation d’un auteur est difficile à apprécier lorsque un chercheur lit un article qui sort de sa discipline. Les éditeurs ont un rôle à jouer en proposant des indicateurs qui permettent au lecteur de juger (citent en exemple les statistiques de consultation proposées sur les titres de PLOS : un exemple ici. Ce serait intéressant de savoir si cela suffit et l’on connait les stratégies de détournement).

– pour les bibliothécaires : connaître ces éléments de jugement est important dans l’élaboration de matériels pédagogiques à destination des étudiants, en les aidant à repérer les indices leur permettant de juger de l’importance d’une revue par ex.

Le rapport est disponible là : http://www.publishingresearch.net/documents/PRCReportTenopiretalJan2011.pdf