Dépôts sur Hal-SHS : le cap des 29 000 est franchi

Depuis cette semaine, Hal-SHS, l’archive ouverte dédiée aux sciences humaines et sociales créée en 2005, a dépassé le cap des 29 000 dépôts en texte intégral.

Et j’ai chopé la page écran avec le chiffre rond !

Ce chiffre correspond aux dépôts avec le texte intégral effectués depuis Hal-SHS, et à ceux réalisés depuis Hal générique et le portail des thèses TEL dès lors qu’une discipline SHS est choisie. Il comprend aussi les dépôts d’Archivesic.

En fouinant un peu dans les statistiques, on peut voir que le trio de tête des disciplines qui déposent le plus sont l’économie et finances, la linguistique et les sciences de l’éducation. Et que, sans (grande) surprise, les plus gros contributeurs sont des ITA, documentalistes pour la plupart, chargés notamment de la valorisation des publis de leur labo, d’une collection de working papers ou plus récemment, d’actes de congrès. Cependant, l’auto-archivage est majoritaire – très légèrement mais c’est important de le noter.

Du côté de la consultation (consultation des fichiers déposés), le trio de tête des disciplines, en-dehors des consultations des sciences de l’information avec Archivesic,  sont la sociologie, l’économie et finances et l’histoire.

Si l’on s’intéresse maintenant aux 25 dépôts les plus consultés, on y trouve en majorité des thèses et les sciences de l’éducation sont bien représentées. Deux ouvrages sont présents dans cette liste :  l’un date de 1985 et est épuisé (6819 téléchargements). On peut supposer que la diffusion du second a été réduite : monographie dans une collection de labo, titre non trouvé dans Electre et 8 localisations dans le Sudoc mais il a été téléchargé 2648 fois. Le point commun toutefois entre ces deux ouvrages est que chacun des chapitres qui les composent fait l’objet d’un fichier déposé  : ce qui doit gonfler les chiffres des téléchargements pour une seule notice. Mais malgré cela, le dépôt en archive ouvertes d’ouvrages épuisés ou à faible diffusion offre manifestement une deuxième vie !

J’ai fait une petite recherche (merci Google) sur les auteurs de ces 25 dépôts. Sans aller très loin dans les pages de résultats du moteur de recherche, on s’aperçoit que 6 ont un lien avec une notice Wikipedia : notice à leur nom, présence de leur publi dans une notice, un auteur est membre de Wikimedia.  4 sont cités sur le site web de France Culture (intervention dans une émission par exemple) et 2 animent un blog. A noter que dans cette short-list un des auteurs apparaît 5 fois ! et, devinez quoi,  il a un blog 🙂

Métaphorisons

J. Giesecke, Finding the right metaphor: restructuring, realigning, and repackaging today’s research libraries, Journal of library administration, 2011, 51(1), pp. 54-65

L’article explore la littérature en sciences de l’information à la recherche des métaphores liées aux bibliothèques et bibliothécaires. L’intérêt n’est pas seulement qu’historique : l’image véhicule en effet beaucoup d’idées et influence la perception que les usagers et les décideurs ont des bibliothèques et des bibliothécaires. L’auteur souligne qu’il faudrait en trouver de nouvelles  pour renforcer leur visibilité et mettre en valeur les évolutions et nouveaux rôles qu’elles comptent  remplir. Le but est aussi d’aider les professionnels à investir de nouvelles activités.

La métaphore la plus tenace est celle de l’entrepôt de livres.  Les plus récentes sont certainement celles qui utilisent « 2.0 » ou le préfixe E-à toutes les sauces.

Celle qui me plaît bien est celle de la bibliothèque comme écosystème qui favorise la biodiversité : elle englobe « plusieurs espèces » qui interagissent (usagers, bibliothécaires et autres professionnels, …). « Dans cet écosystème, coopération et co-évolution sont la clé pour la survie de la bibliothèque, plus que la compétition. »

Les bibliothèques de l’université du Nebraska-Lincoln (où travaille l’auteur) en ont utilisé plusieurs pour « entrer en résonance » avec les attentes de leurs utilisateurs. Pour qualifier leur méta-catalogue par exemple, ils se servent d’un « Google meets Amazon.com » surprenant ( mais en allant sur leur site,  je ne l’ai pas trouvée).

(J’ai cherché un peu ce qu’il y avait en français sur le même thème mais n’ai rien trouvé à part une communication de 1996 intitulée « Métaphores et recherche d’information » )

De l’utilisation des journaux électroniques par les chercheurs anglais

Le RIN (Research Information Network) a publié en janvier la seconde partie d’une étude sur l’utilisation des journaux électroniques par les chercheurs anglais, menée entre mars 2008 et mars 2010. Un article publié dans Learned Publishing en janvier reprend aussi les éléments de ce rapport : E-journals, researchers – and the new librarians.

L’étude a pour objectif de  repérer les changements de pratiques et de comportements induits par l’accès aux journaux en ligne.

Les données regroupent des résultats d’ enquêtes et d’ interviews menées auprès des membres de 8 universités et d’ un centre de recherche britanniques et regroupant 6 disciplines (biologie, chimie, sciences de la terre et de l’environnement, économie, histoire et physique). L’analyse  des logs sur les sites d’éditeurs (Elsevier et Oxford Journals) complètent l’ensemble.

Ce que j’ai retenu :

Les chercheurs accèdent aux sites des éditeurs en passant par les bases de données ou des moteurs de recherche :  le Web of Science est cité le plus souvent, suivi par  Google/ Google Scholar,  Pubmed. JSTOR est la plate-forme la plus citée pour l’histoire.  Les recommandations faites par les collègues et les alertes sont aussi citées comme points d’accès. Les sites des éditeurs ne sont utilisés que pour lire ou télécharger les articles.

On note une évolution des pratiques de citations entre 1990 et 2007 : le nombre moyen de références citées augmente,  61% en chimie par exemple. Il n’y a qu’en  histoire où le nombre moyen reste stable. L’éventail des sources s’élargit aussi.  Selon les données de l’étude, les chercheurs anglais citent plus de références que leurs homologues.

Les historiens se distinguent aussi par le temps de lecture : ils passent plus de temps en ligne par session, probablement parce qu’il leur est plus difficile de repérer ce qui est pertinent pour leur recherche (l’info n’est pas dans le résumé par exemple). 40% des chercheurs disent ne pas avoir lu en entier le dernier article important qu’ils ont consulté et un tiers reviennent plusieurs fois sur le même article. J’ai relevé une phrase intéressante dans l’article de Learned publishing : « lire ne devrait pas être associé seulement à la consommation du texte intégral de l’article ». Les auteurs de l’article  utilisent l’expression  « power browsing »(que je ne sais pas traduire) qui serait une  « lecture stratégique » par la recherche d’éléments-clés. Ce type de lecture a certainement toujours existé mais la performance est accrue par la mise en ligne. (D’ailleurs, existe-t-il des études menées sur la façon dont les chercheurs lisaient – ou même lisent – leurs articles papier ?).

Les  journaux électroniques jouent un rôle déterminant pas seulement pour  la recherche mais aussi pour l’enseignement et l’apprentissage.

Les « new librarians » du titre de l’article de Learned Publishing sont les passerelles (Web of science, Google et Cie) qualifiées ainsi parce qu’elles font le lien entre l’éditeur et le lecteur. Les bibliothécaires sont cependant cités en tant que tels dans le rapport pour le rôle de formateurs aux ressources électroniques qu’ils jouent auprès des étudiants (ouf !).

Quelques chiffres aussi :

L’usage se concentre sur un petit nombre de titres : 5% des titres représentent entre un tiers et la moitié des pages vues.

L’âge moyen d’un article varie énormément d’une discipline à l’autre : 859 jours en sciences de la vie (soient moins de 2.5 ans)  et 1552 en économie (un peu plus de 4 ans).