Articles scientifiques à louer pour 24 h

Le Nature Publishing Group (NPG) a annoncé début janvier qu’il proposait l’accès de 5 de ses titres sur la plate-forme DeepDyve.

Le principe de cette plate-forme repose sur la location d’articles pour une durée de 24h et en lecture seulement,  on ne peut ni télécharger, ni imprimer l’article.  Le prix annoncé en page d’accueil est de 0.99$ mais il s’agit d’un prix minimum. Les articles de NPG par exemple se louent 3.99$, ceux de Blackwell 9.99$. On peut aussi signer pour la location de 10 articles par mois  lisibles pour une durée de 7 jours ou 25 articles par mois sans durée limitée (ça ressemblerait presque à un abonnement, non ?).

L’objectif des créateurs de cette plate-forme créée en 2005 est de toucher un marché de lecteurs qui,  n’étant  pas affiliés à des institutions de recherche ou universitaires, n’ont pas accès aux abonnements. Le marché des mobiles est peut-être aussi visé si l’on reprend ce que dit le communiqué de presse de NPG : « nous anticipons une demande croissante pour la navigation peu coûteuse et la prévisualisation des articles, en particulier avec l’adoption rapide d’ appareils mobiles ». Les éditeurs doivent certainement trouver leur compte à tester ce modèle : ils y sont presque tous comme Elsevier, Wiley-Blackwell, Sage, Routledge … mais pas pour leur collection complète : 25 titres d’Elsevier par exemple. Et la plupart n’autorise que le « preview only », c’est à dire que seule la première page est visible ! Difficile de connaître la proportion d’articles « louables ».

Le feuilletage par thèmes permet de voir que les SHS sont présentes : un rapide sondage montre qu’il s’agit pour beaucoup de titres de Sage et de Taylor & Francis mais qui ne sont qu’en « preview only ».

Une enquête sur les utilisateurs de dépôts institutionnels

Beth St. Jean  and al., Unheard Voices: Institutional Repository End-Users, College &  research Libraries, January 2011, 72:21-42

L’article fait état d’une enquête realisée en 2008 auprès d’utilisateurs non contributeurs de dépôts institutionnels. L’échantillon est réduit (20 interviewes) : les auteurs relèvent d’ailleurs la difficulté de repérer ce type d’utilisateurs qui « arrivent » sur les dépôts via les moteurs de recherche. Ce qui se traduit aussi quand on cherche des enquêtes similaires dans la littérature : je n’en ai repéré aucune dans la bibliographie de Ch. Bailey par exemple. Une revue de la littérature proposée en janvier 2010 dans la New review of academic librarianship souligne aussi le peu d’informations disponibles sur ce type d’utilisateurs.

Ce qui est apprécié par les personnes interviewées : l’accès aux pré-publications et à la littérature grise (surtout les thèses) et, plus typique du caractère institutionnel du dépôt, l’accès à un seul endroit de toutes les publis d’un auteur ou d’une université.

Les auteurs relèvent le besoin de clarté sur les critères d’acceptation des documents dans l’archive (sélection, peer-review). Les utilisateurs supposent en effet que la réputation de l’université s’applique uniformément à tous les travaux contenus dans le dépôt, les auteurs recommandent donc que les critères d’acceptation soient clairement affichés.

Ils recommandent également aux « managers » des dépôts de s’intéresser à ce type d’utilisateurs : la perception qu’ils ont de l’archive, leurs motivations pour l’utiliser et comment ils l’utilisent, afin d’adapter les services.