Résultats de l’enquête de la Commission Européenne sur l’information scientifique à l’ère numérique

De juillet à septembre 2011, La Commission Européenne a réalisé une enquête en ligne portant sur l’accès à l’information scientifique à l’ère électronique : accès aux publications scientifiques, aux données de la recherche, et préservation de l’information.

Les résultats de cette enquête sont publiés dans un rapport disponible ici, et s’appuient sur 1140 réponses émanant de 42 pays (129 réponses pour la France). A 37,6%, ce sont des chercheurs qui ont répondu. Viennent ensuite, dans les catégories proposées, des citoyens (27,5%), des membres d’instituts de recherche ou d’université (8,4%), de bibliothèques (7,3%), des éditeurs (6,4%), des membres d’organisations internationales (4,3%), d’organismes finançant la recherche (1%) et enfin des membres de gouvernements de niveau national, régional ou local (0,8%).
Une très  large majorité s’accorde sur le fait que les coûts élevés des abonnements aux revues et les budgets limités des bibliothèques constituent un frein à l’accès à l’IST. Une combinaison d’auto-archivage et de publication en libre accès représente la voie privilégiée que les politiques de recherche devraient encourager.
Les chiffres des réponses sont imposants concernant les obstacles pour l’accès aux données de la recherche : 86% des réponses pointent le manque de moyen pour développer et maintenir les infrastructures nécessaires, 80% le manque de crédits alloués aux chercheurs pour les mettre à disposition, et 79% l’insuffisance de politiques/stratégies au niveau national comme régional.
L’ incertitude quant à savoir qui est responsable de la préservation de l’IST amène 80% des réponses, suivie à 78% par la qualité et l’ interopérabilité des archives.
Il y a un très large consensus (90% de réponses) sur le principe que les publications et les données  issues de recherches financées sur fonds publics devraient être en libre accès. On peut relever aussi une forte attente pour une politique – et des moyens – au niveau européen sur ces questions.
Enfin, en filigrane, je n’ai pu m’empêcher de relever les réponses parfois en décalage des éditeurs (6,4% des répondants) : par exemple, la majorité des répondants de cette catégorie ne pensent pas qu’il y a de problème pour l’accès aux publications scientifiques et que le principal obstacle  est  …  le budget limité des bibliothèques.

Twitter, twimpact factor et citation

G. Eysenbach, Can tweets predict citations ? Metrics of social impact base on Twitter and correlation with traditional metrics of scientific impact, J. Med. Internet Res., 2011, 13(4)

Sur la base d’un corpus d’articles publiés dans le Journal of Medical internet research,  l’auteur teste Twitter comme source de données pour évaluer l’impact d’un article scientifique.

L’objectif de l’étude : explorer le contenu et les caractéristiques des tweets qui mentionnent un article et le timing par rapport à la date de parution ; identifier les indicateurs appropriés pour décrire la propagation de nouvelles traces à travers les réseaux de médias sociaux ; explorer les liens avec les mesures d’impact traditionnelles.

La revue  comptabilise les tweets depuis 2008 et propose en page d’accueil le top des articles les plus tweetés,  avec mention du nombre de tweets reçus  (parmi lesquels d’ailleurs l’article faisant l’objet de ce billet et qui a reçu plus de 500 tweets). Elle dispose aussi d’un compte twitter (dont les tweets sont comptabilisés dans l’étude).

Entre juillet 2008 et novembre 2011, 4208 tweets ont été comptabilisés qui citent 286 articles différents ; entre juillet 2009 et juin 2010, l’étude recense 55 articles qui ont été  tweetés 21.2 fois en moyenne dans les 356 jours après la publication et 13.9 fois en moyenne dans les 7 jours après parution. Mais la majorité des tweets sont envoyés le jour même de la parution (au moins par la revue elle-même) ou le lendemain. Dix jours après, le taux des tweets décline rapidement.

L’auteur baptise cet indicateur  « twimpact factor » qu’il définit comme le nombre cumulé de tweets dans les n jours après publication (tw7 = nombre cumulé de tweets dans les 7 jours après publication par ex). La période de 7 jours semble être le chiffre adéquat pour mesurer l’impact immédiat.

Les statistiques démontreraient une corrélation significative entre le nombre de tweets et les citations. Les chiffres sont plus significatifs si l’on se base sur Google Scholar que sur Scopus.

Comme tout indicateur, l’auteur  relève qu’il faut prendre quelques précautions dans son utilisation : un article sur les réseaux sociaux aura plus de probabilité d’être tweeté qu’un article de biologie moléculaire par ex. Le nombre de tweets n’est pas fonction seulement de la valeur scientifique de l’article mais est plutôt influencé par des facteurs liés à la revue et à ses techniques de marketing, ainsi qu’à la communauté construite autour du titre(adepte des réseaux sociaux ou des nouvelles technologies notamment).

Partage de données scientifiques : le Polar Data Catalogue

F. Millerand, Le partage des données scientifiques à l’ère de l’e-science : l’instrumentation des pratiques au sein d’un collectif multidisciplinaire, Terrains & travaux, 2011, n°18, p. 215-237

Pour qui s’intéresse à l’e-science, cet article présente les résultats préliminaires d’une recherche empirique ethnographique réalisée au sein d’une communauté scientifique qui développe une insfrastructure numérique pour la publication et le partage de données de recherche. L’objectif de la recherche est de « saisir les modalités de développement de l’infrastructure et la manière dont ses usages modifient les pratiques de recherches ».  L’auteur s’est plus particulièrement intéressé à « l’activité pratique de publication des métadonnées par les chercheurs ».

Le réseau ArcticNet rassemble des chercheurs en science de la nature (à 80%),  ainsi que des chercheurs en sciences de la santé (10%)  et en sciences sociales (10%). L’auteur relève des différences dans le rapport que les chercheurs ont avec les données : la confidentialité est ainsi mise en avant pour les données en sciences sociales et en sciences de la santé, un fort sentiment de propriété des données domine chez les anthropologues ou dès lors que le recueil des données a été long et laborieux.

Les principaux handicaps au partage des données :

  • risque que les données publiées soient mal réutilisées parce que mal interprétées (et donc mal documentées),
  •  lourdeur de la tâche en terme de temps et d’expertise requise pour décrire les jeux de données.

« Publier des données n’est pas une opération banale mais une activité qui requiert du temps et une certaine expertise. Il faut, d’une part, s’assurer qu’elles soient de bonne qualité et d’autre part, les décrire avec précision de façon à ce qu’elles soient interprétées correctement, et donc réutilisées de façon appropriée ».

L’auteur observe également que les chercheurs sont amenés à porter un autre regard sur leurs données :

  • Les données scientifiques ont un contenu informationnel qu’il s’agit de décrire et structurer. Il apparaît nécessaire de former les chercheurs et les personnels de recherche à la production des documentations des données : apprendre à formater ses données d’une certaine manière, en fonction d’une certaine norme.
  • Les données ainsi partagées changent de statut : elles évoluent vers un statut de ressource commune pour la communauté ou le domaine scientifique.

A noter aussi que ces tâches de saisie sont le plus souvent perçues comme purement techniques et de second ordre et dévolues au personnel de recherche et étudiants.

 

Deux études sur les revues en libre accès

Deux articles récents à signaler sur les revues scientifiques en libre accès :

CROISSANCE FORTE

Tout d’abord, une étude1 sur l’essor des revues en libre accès de 1993 à 2009 parue dans PloS ONE  qui se base à la fois sur le nombre des revues elles-mêmes et sur celui des articles produits.

L’analyse s’applique à toute revue scientifique, peer reviewed, dont le contenu est immédiatement en libre accès et active à un moment donné au cours des années 1993 à 2009. A partir des données du Directory of Open Access Journals (DOAJ)  croisées avec celles de Scopus et de l’ISI, les auteurs obtiennent un échantillon de :

–        44 « large journals » : titres qui publient plus de 200 articles annuellement, indexés dans Scopus ou l’ISI,

–        519 titres de moyenne ou petite importance qui produisent des volumes moins importants d’articles annuellement ou absents des bases de l’ISI ou dans Scopus,

–        303 titres « pionniers » ainsi qualifiés parce qu’actifs avant 2000.

Selon leurs calculs, les auteurs estiment que, pour l’année 2000, 19 500 articles et 740 revues ont été publiés en libre accès et, pour 2009,  191 850 articles et 4769 titres. Soit une croissance annuelle moyenne de 30% pour les articles et 18% pour le nombre de revues (à comparer à une croissance annuelle estimée de 3.5% pour les revues en général).

Sur l’échantillon, 62% des titres de moyenne ou petite importance étaient en open access (OA) dès l’origine, 60% des « large journals » sont des titres avec abonnements convertis à l’OA. Il existe également quelques cas de revues qui sont passés du libre accès à la vente par abonnement.

Les auteurs proposent un découpage en trois périodes :

1993-1999 : années pionnières. Les revues OA sont fondées presque exclusivement par des chercheurs ou des groupes de chercheurs. Le modèle économique est basé sur une main d’œuvre bénévole combinée à la possibilité d’utiliser gratuitement les serveurs web d’une université.

2000-2004 : années d’innovation où l’on voit l’émergence d’autres modèles économiques : modèle auteur-payeur lancé par BioMedCentral par ex. Pendant cette période, on assiste à la numérisation de titres établis, à la naissance de portails comme Scielo (Amérique latine) ou J-Stage (Japon). A partir de 2004, les grands éditeurs testent le modèle hybride (par ex. Springer Open Choice). Le mouvement du libre accès commence à être visible (déclaration du Budapest par ex).

2005-2009 : années de consolidation. Le mouvement s’élargit et s’installe : création du DOAJ ou de l’Open access scholarly publishers association notamment.

REPRESENTATIVITE DANS LES BASES BIBLIOGRAPHIQUES A AMELIORER

Le deuxième article intéressant à signaler  analyse la représentativité des revues et articles en libre accès dans 11 bases de données bibliographiques : ABC-CLIO, Biological abstracts, EBSCO Academic search complete, EconLit, Inspec, ProQuest Research Library, PsycINFO, PubMed, Web of Science, Wilson OmniFile et DOAJ.

L’échantillon de 663 titres est élaboré sur la base de 4 critères : un ou plusieurs articles publiés en 2008 ou 2009 et disponible(s) en avril 2009, refeered, pleinement OA, en anglais (même si la revue publie des articles dans d’autres langues) et se limite à 6 disciplines : biologie, informatique, economie, histoire, medecine, psychologie.

Les bases thématiques se révèlent les plus performantes mais on observe de grandes variations selon les disciplines : l’histoire est la plus mal servie (2.8% de l’échantillon). PsycINFO et EconLit couvrent environ 23% de la littérature publiée dans des revues en libre accès. PubMed et Biological abstracts couvrent 60% dans leurs domaines. Pubmed est d’ailleurs la seule base qui signale que l’article est en OA. Le cas Pubmed est intéressant parce qu’il s’agit d’une base non commerciale et sa bonne couverture de la littérature en libre accès est peut-être à mettre en lien avec le soutien au mouvement OA du National Institutes of Health.

En ce qui concerne les bases multidisciplinaires, ce sont  le Web of Science et Ebsco Academic Search Complete qui obtiennent les meilleurs chiffres : aux alentours de 20% de l’échantillon.

Les auteurs ont repéré 6 caractéristiques optimisant les chances pour une revue d’être indexée dans les bases : être classée en biologie,  écrite en anglais,  publiée par un gros éditeur OA, avoir sorti son premier numéro OA entre 2000 et 2004, faire payer à ses auteurs au moins 1000$ l’article et/ou avoir un facteur d’impact supérieur à 2.0.

Par contre, si votre revue est classée en informatique, histoire ou psychologie, ou qu’elle est éditée par une université africaine, asiatique ou d’Amérique du sud, ce n’est pas la peine de rêver. Idem si elle n’est pas écrite en anglais ou qu’elle n’a pas de facteur d’impact.

(Je me souviens d’ailleurs que C. Kosmopoulos avait relevé le chiffre de 5% de titres en OA dans JournalBase dans sa présentation lors des journées sur l’évaluation des productions scientifiques.)

Reste que 45% de l’échantillon n’est indexé dans aucune des bases étudiées.

références :

1 M. Laakso et al., The development of open access journal publishing from 1993 to 2009, PloS ONE, june 2011, vol 6(6)
2 W. H. Walters, A.C. Linvill, Bibliographic index coverage of open-access journals in six subject areas, Journal of the American society for information science and technology, 2011, 62(8), pp. 1614-1628

Wikipedia et son impact dans les publications scientifiques

Taemin Kim Park, The visibility of Wikipedia in scholarly publications, First Monday, 16(8), august 2011

Dix ans après son lancement, l’encyclopédie en ligne collaborative Wikipedia a-t-elle un impact sur la recherche académique ? Malgré les controverses dont elle fait l’objet, il semble que l’utilisation par la communauté scientifique soit en pleine expansion et cet article propose de le tester. L’auteur a réuni un corpus de publications à partir de Scopus et du Web of Science et a sondé la visibilité de l’encyclopédie :

  • en tant que thème de recherche (interrogation sur champ titre ou topic),
  • en tant que citation (interrogation sur champ references).

Malgré toutes les réserves soulevées par l’auteur sur la couverture des bases utilisées, le tableau ci-dessous résume bien le propos :

La progression de son utilisation est évidente, et est plus visible à travers les citations qu’en tant que thème de recherche.

En tête des disciplines qui font le plus de recherches sur Wikipedia, on trouve  l’informatique, les sciences de l’information, les mathématiques. Ce sont aussi l’informatique et les sciences de l’information qui citent le plus des articles de Wikipedia , suivies des sciences sociales.

Par contre, rien n’est dit sur le contenu des recherches portant sur Wikipedia : une typologie aurait été intéressante mais on peut s’en faire une idée sur la page Wikipedia : academic studies of wikipedia.

Même remarque concernant la façon dont sont utilisés les articles dans les bibliographies. Mais Wikipedia a pensé à ça aussi  avec la page Wikipedia as an academic source (non mise à jour).

Un très très rapide sondage effectué sur Sciencedirect portant sur les publis qui ont l’occurrence  « wikipedia » dans les références (mais pas dans les champs  titres, abstract et mot-clés)  montre que les articles de Wikipedia sont utilisés pour préciser un terme : c’est bien sûr le cas en informatique, domaine où l’encyclopédie est très performante, mais pas uniquement : je suis tombée, par exemple, sur un article de médecine qui recourt à deux articles wikipédiens portant sur des pratiques sportives, le skysurfing et le base jumping  (article sur les traumatismes pour les curieux qui voudraient comprendre le lien). L’encyclopédie se révèle aussi bien utile pour des événements historiques récents (élections, séismes).

A noter que Wikimedia lance cet été un concours de visualisation de données :  WikiViz 2011: Visualizing the impact of Wikipedia. A suivre …

 

L’information perçue par les étudiants

M. Gross, D. Latham, Experiences with and perceptions of information : a phenomenographic study of first-year college students, Library quarterly, 2011, vol 81(2), pp. 161-186

A travers l’analyse de 77 interviews menées auprès d’étudiants de première année, l’étude s’attache à montrer comment l’information est perçue et comment la conception de l’information masque et minimise le besoin pour les individus d’acquérir des compétences informationnelles.

Dans une recherche d’information,  le résultat prime sur le processus qui y aboutit. Les étudiants interviewés n’imaginent pas, en effet,  que le processus requiert des compétences particulières  nécessaires afin de trouver, évaluer et utiliser l’information.

Ces compétences sont définies dans des documents comme celui de l’Association of college and research libraries (ACRL), document traduit en français par un groupe de travail de la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ) : Norme sur les compétences informationnelles dans l’enseignement supérieur (août 2004). Ce document définit 5 principes énonçant que l’étudiant qui possède les compétences informationnelles :

  • détermine la nature et l’étendue de l’information dont il a besoin,
  • accède avec efficacité et efficience à l’information dont il a besoin,
  • évalue de façon critique tant l’information que les sources et intègre l’information sélectionnée à sa base de connaissances personnelles et à son système de valeurs,
  • utilise efficacement l’information, individuellement ou comme membre d’un groupe, en vue d’atteindre un objectif spécifique,
  • comprend plusieurs questions économiques, juridiques et sociales relatives à l’utilisation de l’information et il accède à l’information et l’utilise de façon éthique et conformément à la loi.

Le sujet « compétence informationnelle » se complique aussi parce que de nombreuses autres compétences (ordinateur, media, culturelles, visuelles, etc .) sont reconnues comme relevant des compétences informationnelles.

Les auteurs de l’article distinguent dans leur analyse la recherche d’information effectuée pour des motifs personnels (curiosité ou pour résoudre un problème) de celle réalisée dans le cadre des études (imposée, contrainte). Cependant dans les deux cas, les interviewés utilisent les moteurs de recherche et sollicitent l’aide de personnes (enseignant, bibliothécaires, amis, etc.). A noter qu’ils se voient comme pouvant fournir eux aussi de l’information.

Ils comprennent que la qualité de l’information doit être considérée mais ne s’en inquiètent pas plus que ça, d’autant plus si elle émane du monde académique.

Pour les bibliothécaires et documentalistes qui élaborent des formations à la recherche d’information, c’est intéressant de noter que les interviewés boudent le tutoriels en ligne et expriment une préférence pour les formations données par une personne. Les auteurs préconisent aussi l’élaboration de tests pour évaluer les compétences informationnelles de leur(s) public(s) pour adapter leurs programmes de formation.

My publication is rich

L. Breure et al., Rich internet publications : « show what you tell », Journal of digital information, 2011, vol 12(1)

Les auteurs proposent une réflexion sur l’évolution de l’article scientifique qui se trouve bousculé par les potentialités des applications web : le texte est enrichi de matériels supplémentaires (accès aux données, interactivité, visualisation). Ces enrichissements vont au-delà d’une simple illustration et mettent l’accent sur l’utilisation d’outils multimédia et des techniques comme le moyen principal de l’analyse et la présentation.

L’expression  rich internet publications – calquée sur rich internet applications – est utilisée par les auteurs pour qualifier ce nouveau type de production scientifique ; ils en proposent quelques caractéristiques classées selon le schéma ci-dessous :

Les auteurs relèvent que  « dans le  type I, la structure linéaire du texte reste dominante tandis que le  type II se rapproche d’une application web » (effectivement on s’éloigne bien de l’article).

Parmi les nombreuses questions qui se posent,  j’ai relevé celles-ci  :

  • l’écriture de ce genre de publications : les scientifiques auront besoin d’être formé à « l’écriture visuelle » et aux outils qui le permettent,
  • l’impact sur la lecture : le comportement du lecteur est inévitablement modifié,
  • la préservation : elle se complexifie avec  l’hétérogénéite des parties qui composent la publi.

Le risque est aussi la « privatisation » des données de la recherche au profit des éditeurs qui auront les moyens de mettre en oeuvre l’archivage.

A noter que la plupart des exemples sont issus des SHS (géographie, archéologie, histoire …)  : c’est plutôt intéressant (et surtout ça change).

Lire un article scientifique : critères de choix

C. Tenopir et al., Perceived value of scholarly article, Learned publishing, april 2011, pp. 123-132

Comment les chercheurs sélectionnent-ils les articles qu’ils lisent ? Quels sont les critères qui président leur choix ?

L’article propose les résultats d’une enquête menée sur ce thème :  445 réponses de chercheurs, émanant de 12 pays (en majorité d’Amérique du nord) et de disciplines variées  : 28% en sciences sociales, 19% en sciences, 17% santé/médecine et 16% sciences humaines.

Il  leur était demandé de classer par ordre d’importance 7 critères :

  • sujet de l’article,
  • l’importance de la revue,
  • la réputation du ou des auteurs,
  • l’affiliation institutionnelle du ou des auteurs,
  • le type de l’éditeur de l’article : société savante, éditeur commercial, …
  • l’accessibilité en ligne,
  • la source de l’article (revues à comité de lecture, article non publié, etc.).

Pas de scoop : l’étude montre que ce qui compte, hormis le sujet, c’est  la réputation de l’auteur, le fait que la revue soit à comité de lecture et qu’il n’y ait pas de coût financier pour le lecteur.

Les auteurs soulignent que le système de peer review et la réputation du titre de la revue comptent autant pour l’auteur que pour le lecteur.

Les implications qu’ils en tirent pour :

– les éditeurs : la réputation d’un auteur est difficile à apprécier lorsque un chercheur lit un article qui sort de sa discipline. Les éditeurs ont un rôle à jouer en proposant des indicateurs qui permettent au lecteur de juger (citent en exemple les statistiques de consultation proposées sur les titres de PLOS : un exemple ici. Ce serait intéressant de savoir si cela suffit et l’on connait les stratégies de détournement).

– pour les bibliothécaires : connaître ces éléments de jugement est important dans l’élaboration de matériels pédagogiques à destination des étudiants, en les aidant à repérer les indices leur permettant de juger de l’importance d’une revue par ex.

Le rapport est disponible là : http://www.publishingresearch.net/documents/PRCReportTenopiretalJan2011.pdf

Quand les bibliothèques deviennent libraires …

… ou imprimeurs.

Les bibliothèques explorent de nombreuses pistes pour proposer de nouveaux services aux usagers et se positionner dans le contexte numérique. Parmi celles-ci figure l’impression de livres à la demande. Les derniers numéros de Library Hi Tech et de Interlending & document supply proposent plusieurs articles traitant des dispositifs d’impression d’ouvrages à la demande installés dans les bibliothèques.

La  baisse généralisée des budgets d’acquisition et l’accès récent à un catalogue de plusieurs millions d’ouvrages  sous forme numérique met la pression. Et quand la technologie offre une solution, l’Espresso Book Machine (demo sur youtube), pourquoi pas.

Cette solution pose plusieurs questions :

  • les collections ont été jusqu’à présent élaborées en anticipant les besoins des usagers (achat au cas-où/just-in-case) mais cela est valable pour des fonds imprimés. Avec l’impression à la demande on passe à l’achat juste-à-temps/just-in-time : terme utilisé en gestion pour supprimer les problèmes de stock (la collection papier ne serait donc envisagée que comme un stock). L’auteur de l’article sur l’expérience de la bibliothèque Marriott (Utah university) explique que leur politique documentaire s’est orientée vers l’achat de e-books et l’achat de titres se fait à partir des  demandes des usagers, l’utilisation de l’Espresso book machine est donc conçue comme un service et un outil de développement de collection.
  • que faire de l’exemplaire imprimé à la demande : le prêter puis l’intégrer à la collection ? le vendre ? Cette seconde option semble être celle mise en avant par la bibliothèque Marriott (voir les tarifs)  pour commercialiser notamment les fonds rares numérisés de l’institution et les ouvrages épuisés des presses universitaires (qui sont intégrées dans l’organigramme de la bibliothèque).
  • est-ce une alternative au prêt inter-bibliothèque ? l’auteur de l’article publié dans Interlending & document supply conclut par un « probablement non » étant donné le prix d’investissement de la machine et les droits d’auteur.

Le site du constructeur recense 41 institutions qui se sont équipées de cette machine  : 8 sont localisées dans des bibliothèques dont 4 dans des bibliothèques universitaires. La bibliothèque de l’université du Michigan propose un FAQ très intéressant sur le service proposé par cette machine :  on peut en saluer la transparence et la pédagogie.

Les usagers d’une bibliothèque universitaire

M. Roselli et M. Perrenoud, Du lecteur à l’usager : ethnographie d’une bibliothèque universitaire, Presses universitaires du Mirail, 2010

Deux chercheurs en sociologie livrent dans cet ouvrage les résultats d’une enquête menée auprès des usagers du SCD Toulouse-Le Mirail, bibliothèque de SHS : 170 heures d’observation et 60 entretiens, qui se sont déroulés d’octobre 2006 à mai 2008.

Comment les usagers se déplacent-ils dans les locaux, où s’installent-ils, quels usages font-ils des fonds papiers, des ressources en ligne, ont-ils recours aux personnels, etc ?  Cette approche a permis de s’intéresser aux utilisateurs invisibles dans les statistiques des bibliothèques parce que non inscrits ou non emprunteurs.

Les auteurs brossent une typologie issue des pratiques et dégagent 5 profils-type illustrés de portraits :

–         les usagers de la BU comme salle d’étude travaillent essentiellement sur les cours, des photocopies et leurs propres ouvrages,

–         les errants de l’université de masse se caractérisent par un manque de motivation et une faible confiance dans ce qu’ils ont entrepris,

–         les usagers faisant preuve de bonne volonté culturelle et scolaire,

–         les internautes, eux, jonglent entre usage scolaire et privé de l’outil internet : ils adoptent la même logique de navigation et d’exploration pour la recherche d’information que pour la recherche de documentation,

–         les autonomes ont des pratiques avancées et régulières en recherche documentaire et représentent le groupe le moins nombreux.

Parce qu’il représente le public des centres de documentation des labos, c’est surtout ce dernier profil qui m’a intéressée : il est en effet  composé pour l’essentiel de chercheurs et enseignants-chercheurs.

J’y ai noté la crispation autour du nombre de livres empruntables et la durée d’emprunt (c’est incontestablement une des forces des centres de doc des labos d’offrir beaucoup de souplesse sur ce point-là). Les auteurs ont aussi relevé l’ambiguité entre expertise de la littérature  scientifique et maîtrise des outils documentaires :  « les ressources numériques ont contribué à répandre dans la communauté des chercheurs une habitude de recherche documentaire à distance, plus immédiate et confortable bien que complexe… Cette situation a renforcé chez eux la croyance en une maîtrise spontanée des codes et outils de la recherche documentaire.» (Qu’on ne s’étonne donc pas que les compétences des documentalistes ne soient pas reconnues.)

Pour en revenir aux usagers d’une manière générale, ceux qui planchent sur les indicateurs de performances devraient s’intéresser à ce paradoxe relevé par les auteurs : sont considérés comme lecteurs actifs ceux qui empruntent et donc, pèsent dans les statistiques de prêts mais la plupart du temps, ces lecteurs ne passent à la BU que pour emprunter, leurs recherches documentaires ayant été faites en amont. Ceux que les auteurs nomment les séjourneurs ne sont pas considérés comme actifs bien qu’ils occupent l’espace, les outils, et sollicitent parfois les bibliothécaires.

Les auteurs soulignent l’importance des formations à l’offre des  collections imprimées et numériques : « les étudiants n’ont pas de pré-socialisation à la bibliothèque et surement pas aux ressources numériques comme outils pour le travail d’étude. »

Pour finir sur une note positive : « on s’aperçoit que, contrairement aux discours alarmistes sur la fin de la lecture, le texte numérique crée de nouvelles façons de faire avec les textes et ouvre la gamme des modalités de lecture. »

Voir aussi la recension parue dans La Vie des idées

Métaphorisons

J. Giesecke, Finding the right metaphor: restructuring, realigning, and repackaging today’s research libraries, Journal of library administration, 2011, 51(1), pp. 54-65

L’article explore la littérature en sciences de l’information à la recherche des métaphores liées aux bibliothèques et bibliothécaires. L’intérêt n’est pas seulement qu’historique : l’image véhicule en effet beaucoup d’idées et influence la perception que les usagers et les décideurs ont des bibliothèques et des bibliothécaires. L’auteur souligne qu’il faudrait en trouver de nouvelles  pour renforcer leur visibilité et mettre en valeur les évolutions et nouveaux rôles qu’elles comptent  remplir. Le but est aussi d’aider les professionnels à investir de nouvelles activités.

La métaphore la plus tenace est celle de l’entrepôt de livres.  Les plus récentes sont certainement celles qui utilisent « 2.0 » ou le préfixe E-à toutes les sauces.

Celle qui me plaît bien est celle de la bibliothèque comme écosystème qui favorise la biodiversité : elle englobe « plusieurs espèces » qui interagissent (usagers, bibliothécaires et autres professionnels, …). « Dans cet écosystème, coopération et co-évolution sont la clé pour la survie de la bibliothèque, plus que la compétition. »

Les bibliothèques de l’université du Nebraska-Lincoln (où travaille l’auteur) en ont utilisé plusieurs pour « entrer en résonance » avec les attentes de leurs utilisateurs. Pour qualifier leur méta-catalogue par exemple, ils se servent d’un « Google meets Amazon.com » surprenant ( mais en allant sur leur site,  je ne l’ai pas trouvée).

(J’ai cherché un peu ce qu’il y avait en français sur le même thème mais n’ai rien trouvé à part une communication de 1996 intitulée « Métaphores et recherche d’information » )

De l’utilisation des journaux électroniques par les chercheurs anglais

Le RIN (Research Information Network) a publié en janvier la seconde partie d’une étude sur l’utilisation des journaux électroniques par les chercheurs anglais, menée entre mars 2008 et mars 2010. Un article publié dans Learned Publishing en janvier reprend aussi les éléments de ce rapport : E-journals, researchers – and the new librarians.

L’étude a pour objectif de  repérer les changements de pratiques et de comportements induits par l’accès aux journaux en ligne.

Les données regroupent des résultats d’ enquêtes et d’ interviews menées auprès des membres de 8 universités et d’ un centre de recherche britanniques et regroupant 6 disciplines (biologie, chimie, sciences de la terre et de l’environnement, économie, histoire et physique). L’analyse  des logs sur les sites d’éditeurs (Elsevier et Oxford Journals) complètent l’ensemble.

Ce que j’ai retenu :

Les chercheurs accèdent aux sites des éditeurs en passant par les bases de données ou des moteurs de recherche :  le Web of Science est cité le plus souvent, suivi par  Google/ Google Scholar,  Pubmed. JSTOR est la plate-forme la plus citée pour l’histoire.  Les recommandations faites par les collègues et les alertes sont aussi citées comme points d’accès. Les sites des éditeurs ne sont utilisés que pour lire ou télécharger les articles.

On note une évolution des pratiques de citations entre 1990 et 2007 : le nombre moyen de références citées augmente,  61% en chimie par exemple. Il n’y a qu’en  histoire où le nombre moyen reste stable. L’éventail des sources s’élargit aussi.  Selon les données de l’étude, les chercheurs anglais citent plus de références que leurs homologues.

Les historiens se distinguent aussi par le temps de lecture : ils passent plus de temps en ligne par session, probablement parce qu’il leur est plus difficile de repérer ce qui est pertinent pour leur recherche (l’info n’est pas dans le résumé par exemple). 40% des chercheurs disent ne pas avoir lu en entier le dernier article important qu’ils ont consulté et un tiers reviennent plusieurs fois sur le même article. J’ai relevé une phrase intéressante dans l’article de Learned publishing : « lire ne devrait pas être associé seulement à la consommation du texte intégral de l’article ». Les auteurs de l’article  utilisent l’expression  « power browsing »(que je ne sais pas traduire) qui serait une  « lecture stratégique » par la recherche d’éléments-clés. Ce type de lecture a certainement toujours existé mais la performance est accrue par la mise en ligne. (D’ailleurs, existe-t-il des études menées sur la façon dont les chercheurs lisaient – ou même lisent – leurs articles papier ?).

Les  journaux électroniques jouent un rôle déterminant pas seulement pour  la recherche mais aussi pour l’enseignement et l’apprentissage.

Les « new librarians » du titre de l’article de Learned Publishing sont les passerelles (Web of science, Google et Cie) qualifiées ainsi parce qu’elles font le lien entre l’éditeur et le lecteur. Les bibliothécaires sont cependant cités en tant que tels dans le rapport pour le rôle de formateurs aux ressources électroniques qu’ils jouent auprès des étudiants (ouf !).

Quelques chiffres aussi :

L’usage se concentre sur un petit nombre de titres : 5% des titres représentent entre un tiers et la moitié des pages vues.

L’âge moyen d’un article varie énormément d’une discipline à l’autre : 859 jours en sciences de la vie (soient moins de 2.5 ans)  et 1552 en économie (un peu plus de 4 ans).

Une enquête sur les utilisateurs de dépôts institutionnels

Beth St. Jean  and al., Unheard Voices: Institutional Repository End-Users, College &  research Libraries, January 2011, 72:21-42

L’article fait état d’une enquête realisée en 2008 auprès d’utilisateurs non contributeurs de dépôts institutionnels. L’échantillon est réduit (20 interviewes) : les auteurs relèvent d’ailleurs la difficulté de repérer ce type d’utilisateurs qui « arrivent » sur les dépôts via les moteurs de recherche. Ce qui se traduit aussi quand on cherche des enquêtes similaires dans la littérature : je n’en ai repéré aucune dans la bibliographie de Ch. Bailey par exemple. Une revue de la littérature proposée en janvier 2010 dans la New review of academic librarianship souligne aussi le peu d’informations disponibles sur ce type d’utilisateurs.

Ce qui est apprécié par les personnes interviewées : l’accès aux pré-publications et à la littérature grise (surtout les thèses) et, plus typique du caractère institutionnel du dépôt, l’accès à un seul endroit de toutes les publis d’un auteur ou d’une université.

Les auteurs relèvent le besoin de clarté sur les critères d’acceptation des documents dans l’archive (sélection, peer-review). Les utilisateurs supposent en effet que la réputation de l’université s’applique uniformément à tous les travaux contenus dans le dépôt, les auteurs recommandent donc que les critères d’acceptation soient clairement affichés.

Ils recommandent également aux « managers » des dépôts de s’intéresser à ce type d’utilisateurs : la perception qu’ils ont de l’archive, leurs motivations pour l’utiliser et comment ils l’utilisent, afin d’adapter les services.

Le processus de peer review rendu public

Depuis 2 ans, l’EMBO journal (publié par l’European Molecular Biology Organization) propose l’accès, pour chacun des articles publiés, aux courriers échangés entre les reviewers et les auteurs, rendant ainsi transparent le processus de peer review. Cette transparence est étendue depuis décembre 2010 à 3 autres titres:  EMBO reports, Molecular systems et EMBO molecular medicine.

L’éditeur, Bernd Pulverer, signe un article dans Nature qui fait le point sur l’expérience avec l’EMBO journal (Transparency showcases strength of peer review, Nature, vol 468, 4 november 2010, pp. 29-31) : cette politique de transparence n’a pas influé sur le nombre de soumissions d’articles qui reste  constant, ni sur  la qualité des rapports des référents ou les réponses des auteurs. Environ 1/10ème des lecteurs d’un article accède à ces  informations supplémentaires.

Il souligne le côté pédagogique pour les jeunes chercheurs. Tout un chacun peut d’ailleurs se faire une idée (par exemple : http://www.nature.com/emboj/journal/vaop/ncurrent/extref/emboj2010315s2.pdf) même si on ne comprend rien (!). Il signe aussi un édito sur ce sujet dans un des derniers numéros du journal intitulé une boîte noire transparente.

J’ai trouvé intéressant aussi la démarche qui consiste à analyser dans quelles revues les manuscrits rejetés par l’EMBO journal en 2007 étaient éventuellement publiés, et apprécié surtout que les résultats soient disponibles : http://www.nature.com/emboj/about/emboj_rejects_2007.html

Pas si intuitif que ça le livre numérique apparemment

S.A. Berg et al., Not on the same page : undergraduates’ information retrieval in electronic and print books, The journal of academic librarianship, 36(6), pp. 518-525

Une étude qui compare la façon dont les étudiants utilisent le livre numérique et le livre papier : les participants  doivent rechercher 8 informations dans une liste d’ouvrages, moitié sous format papier, moitié sous format électronique.

Alors qu’ils ont une stratégie de recherche plutôt bien rodée et linéaire avec le livre papier qui leur est familier, le livre électronique est moins intuitif : points d’entrée dans le texte pas repérables immédiatement (index, table des matières par ex.), abandon d’une stratégie dès qu’un obstacle est rencontré.

Les attentes  sont modelées à la fois sur les facilités offertes par le support papier et sur les fonctionnalités offertes habituellement sur les sites web, Google livres y compris (eh oui, encore et toujours !). Les auteurs notent l’absence de convention de présentations communes aux e-books qui, de fait, peut en desservir l’appropriation.

Suggestion aux bibliothécaires : ne pas hésiter à proposer des formations à l’utilisation des livres numériques.