Comment bloguent-ils ?

Rencontres sur les carnets de recherche en sciences humaines et sociales

Autour de la plateforme Hypothèses.org – 1er-2 décembre 2011, à Lyon

Depuis quelques années, les acteurs de la recherche en sciences humaines se sont approprié les outils du Web 2.0 : signets partagés, réseaux sociaux, plateformes de partage de contenus. Parmi eux, le blog est souvent utilisé comme un moyen simple et efficace de communication sur l’actualité de la recherche. Les chercheurs bien sûr, mais aussi les documentalistes et bibliothécaires, les éditeurs, sans oublier les doctorants, sont de plus en plus nombreux à tenir un « carnet de recherche » sur lequel ils publient notes de lecture, annonces de publication, courtes analyses, brefs comptes-rendus de recherches en cours ou réflexions personnelles.
Lorsqu’on parcourt les nombreux carnets de recherche qui existent dans toutes les disciplines, sur la plateforme Hypothèses.org ou ailleurs, c’est véritablement la « recherche en train de se faire » qui se donne à voir aux spécialistes comme au large public.
« Comment bloguent-ils ? » C’est la question qui sera explorée les 1er et 2 décembre 2011 au cours d’un événement organisé à Lyon par l’Institut des Sciences de l’Homme, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, l’URFIST de Lyon et le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo). Trois moments forts ponctueront cette manifestation autour des carnets de recherche en sciences humaines et sociales.

Table ronde

Une table-ronde, animée par Pierre Mounier, directeur-adjoint du Cléo et co-animateur de la plateforme Hypothèses.org, permettra à plusieurs auteurs de carnets de recherche de rendre compte de leurs expériences :

  • Eric Verdeil, chercheur au laboratoire Environnement Ville Société, CNRS-Université de Lyon et animateur du blog Rumor
  • Frédérique Giraud, doctorante au Centre Max Weber et animatrice du blog Sociovoce
  • Pierre Mercklé, maître de conférences à l’ENS Lyon et membre du Centre Max Weber, animateur du blog quanti et du portail liens socios
  • Françoise Acquier, documentaliste au Centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain et animatrice du blog le Cresson veille

La table-ronde sera suivie d’un moment convivial, un « Apéro carnets » au cours duquel les carnetiers et lecteurs lyonnais d’Hypotheses.org, passionnés et curieux des blogs scientifiques sont invités à se retrouver autour d’un verre pour échanger idées et expériences autour de ces nouvelles pratiques de communication scientifique ; parce que le blog est une conversation… et pas seulement en ligne.

Formation

Le 2 décembre, une formation « Ouvrir un carnet de recherches sur Hypothèses.org » est proposée à tous ceux qui souhaitent apprendre à publier des billets sur un carnet de recherche, personnaliser son apparence, intégrer des informations complémentaires, insérer des vidéos, classer les billets, gérer une équipe de plusieurs contributeurs… et connaître toutes les astuces pour tirer le meilleur parti de son carnet de recherche sur Hypothèses.org.

Informations pratiques

Il est possible de participer à une, deux ou à ces trois rencontres.

  • Table ronde « Comment bloguent-ils ? » : 1er décembre 2011, de 17h à 18h30
    – Institut des Sciences de l’Homme, 14 avenue Berthelot, Lyon 7e (salle Marc Bloch) : plan d’accès
  • Apéro carnet, de 18h45 à 20h
    – Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 5 rue Raulin, Lyon 7e (hall de la bibliothèque) : plan d’accès
  • Formation « Ouvrir un carnet de recherches sur Hypothèses.org » – 2 décembre 2011, de 9h30 à 17h
    – URFIST de Lyon, BU Sciences, Campus de la Doua, Villeurbanne (salle de formation 006) – Informations et inscriptions : Tél. 04 72 44 80 86 ou http://urfist.univ-lyon1.fr

Les SHS « dans la toile des médias sociaux » ?

Les 27 et 28 juin derniers s’est tenu à Paris le colloque international « Dans la toile des médias sociaux : nouveau moyens de communication et de publication pour les sciences humaines et sociales » (le programme est ici) organisé par l’Institut Historique Allemand (G. Gersmann, M. König) en collaboration avec le Centre pour l’édition électronique ouverte (P. Mounier).  Ces journées ont eu pour objectif de réfléchir aux effets des médias sociaux sur la culture scientifique actuelle.

 En attendant la mise en ligne des podcasts des différentes  interventions sur le carnet de recherche de l’IHA, ce billet propose un aperçu des interventions qui ont retenu mon attention lors de la journée du 28 juin.

 Les présentations (en allemand et français avec traduction simultanée) se sont articulées autour de quatre volets : Nouveaux moyens de publication et de communication dans les SHS ; les publications scientifiques et le web 2.0 ; les médias sociaux à l’université ;  les effets des médias sociaux sur notre culture scientifique actuelle.

 Comment définir les réseaux sociaux ? Quelle valeur ajoutée représentent-ils pour les universitaires ? Voici les questions posées en ouverture par Marieke König. Alors que les médias sociaux accélèrent la communication et augmentent la productivité, le travail de recherche réalisé via ces outils (ex : blogging scientifique) n’est pas reconnu dans le milieu de la recherche. Le défi pour les scientifiques est alors de se positionner par rapport à ces médias.

 Pierre Mounier a ensuite présenté brièvement l’émergence des réseaux sociaux scientifiques et la façon d’envisager leur développement (voir ici).

Nouveaux moyens de publication et de communication : Facebook, Twitter, Flickr etc. dans les SHS

Dans son intervention « Social network sites – une tendance pour les sciences ?», René König s’est intéressé aux questions des usages et des pratiques des réseaux sociaux par la communauté scientifique.  Il revient sur la notion de réseau social et montre la multiplicité de l’offre existante. Il rappelle que le « profil » est l’élément central et le dénominateur commun des médias sociaux. Il montre que toute une série de fonction des médias sociaux peut être utilisée pour le travail de recherche et correspond aux activités de production, de communication, de collaboration et de diffusion du chercheur. Il note que 23% de scientifiques « utilisent » des réseaux sociaux scientifiques tels que academia.edu/ ou researchgate.net, mais précise que le nombre d’inscrits n’est pas forcément significatif. En effet, en pratique la plupart des utilisateurs sont inscrits dans un souci « d’auto-marketing », mais seule une minorité est vraiment active. Actuellement, si l’implication des chercheurs dans les réseaux sociaux n’est pas encore une tendance très développée, et ce pour plusieurs raisons : manque de temps, pas d’incitation au niveau institutionnel, problème de confidentialité, etc…la jeune génération représente un potentiel important.

La présentation du projet photosNormandie  par Patrick Pecatte  a ensuite illustré l’utilisation de la plateforme Flickr dans un contexte d’archives iconographiques (voir sa présentation). Il s’agit d’une collection de photos libres de droit sur la bataille de Normandie dont l’intérêt est de faire appel à des spécialistes et amateurs afin  d’enrichir la qualité des descriptions  et de proposer  des corrections aux légendes. Dans ce contexte, les fonctionnalités de la plateforme Flickr sont utilisées pour améliorer l’indexation du fonds, et participent au processus de redocumentarisation de ce corpus.

Les publications scientifiques et le web 2.0 …ou le « culte du fragment »

Dans la deuxième session de la journée consacrée aux publications scientifiques, Lilian Landes a présenté la plateforme Recensio.net. Il s’agit d’une plateforme de recensions pour la recherche historique européenne, ouverte depuis début janvier 2011. Cette plateforme regroupe des comptes rendus critiques publiés dans des revues scientifiques d’histoire internationale. On y trouve à la fois des comptes rendus déjà parus sur support papier mais également des textes électroniques natifs. Dans le principe du libre accès, tous les contenus sont accessibles gratuitement sans limite de durée. La plateforme s’inscrit également dans une optique web 2.0, et permet aux chercheurs de publier les principales thèses développées dans leurs travaux. Ces textes peuvent ensuite être commentés par des internautes et donnent lieu à des « recensions innovantes » permettant la discussion autour des différentes publications. Les commentaires sont filtrés par un modérateur.

Dans son intervention intitulée « Liquid publication : les publications scientifiques à la rencontre du Web » Gloria Orrigi a présenté le site www.interdisciplines.org, portail de conférences virtuelles en sciences humaines, qui permet d’organiser des colloques et d’animer des débats virtuels en libre accès. Ce site s’inscrit dans le projet ambitieux LiquidPublications dont l’objectif est d’exploiter les nouvelles technologies pour créer une nouvelle façon de produire la connaissance scientifique et valoriser l’activité du chercheur.  

A travers la présentation du projet Archivalia, premier blog d’histoire en allemand, Klaus Graf prône le format court et l’utilisation du blog scientifique comme support de diffusion des résultats de la recherche. Le blogging scientifique permet d’attirer l’attention sur des thèmes marginaux. Selon lui, la question de la garantie de la qualité scientifique n’est pas inhérente au support utilisé.

Les médias sociaux à l’université 

La troisième session a abordé la question des medias sociaux à l’université. Devant  l’émergence des médias sociaux dans la vie des étudiants et des enseignants chercheurs,  le monde universitaire doit se positionner par rapport aux usages des technologies numériques et des réseaux sociaux.

Marko Demantovsky s’est d’abord intéressé au e-learning en Allemagne et plus particulièrement aux avantages et inconvénients de l’environnement numérique d’apprentissage. D’un point de vue économique, les universités poussent à la création de plateforme de e-learning. Du point de vue de l’enseignement, les médias numériques ne se sont pas imposés face au média traditionnel représenté par l’enseignant. L’usage des dispositifs numériques d’enseignement doivent rester des outils, des supports pour l’apprentissage et ne peuvent supplanter l’efficacité d’un enseignement en présentiel, et la performance communicative de l’enseignant.

La présentation du réseau social de l’université Paris-Descartes : les carnets2Descartes par Sophie Mahéo a permis de montrer comment la dynamique communautaire du réseau social peut être mise en valeur et être institutionnalisée. Ouverts aux étudiants, enseignants-chercheurs et au personnel de l’université, les Carnets 2 Descartes sont à la fois un espace d’expression et d’échanges, un outil pédagogique et une vitrine des compétences des membres de l’université. La réussite du réseau repose sur la confiance et l’engagement. L’accent est mis sur la place essentielle du community manager dont le rôle est d’animer, accompagner, et former les utilisateurs.

Dans son intervention intitulée « Braconner en SHS : quand les digital natives bousculent les frontières institutionnelles » Antoine Blanchard a démontré à travers l’exemple d’initiatives en marge de l’institution académique comment des « jeunes » familiers des nouveaux usages du numérique peuvent réinvestir le champ des SHS sur le web. Il montre qu’il peut y avoir une prise de parole sur l’étude des sciences en dehors de l’institution, mais pose la question de la reconnaissance de ces projets dans le monde académique.

Enfin, André Gunthert a partagé son expérience du travail collaboratif via la plateforme culturevisuelle.org qui est à la fois un espace de publication piloté par un comité éditorial, une communauté académique et un projet de recherche. Il souligne notamment le déficit de formation à la culture collective en SHS. La culture du partage ne va pas de soi dans la recherche française, qui s’inscrit plutôt du côté d’une culture du résultat.  L’usage des médias sociaux dans la recherche peut faire évoluer ces pratiques, mais encore faudrait-il que le blogging soit reconnu comme une activité scientifique par les instances d’évaluation.

Conclusion

Si le colloque a permis de mettre en lumière des initiatives intéressantes d’utilisation des médias sociaux dans la recherche en SHS,  il a fait apparaître des points essentiels  :

  • On note le rôle clé du community manager ou de la personne en charge de l’animation de la communauté, ou de la modération du site ;
  • Les différents médias sont des outils chronophages pour le chercheur ;
  • La motivation est également un élément important pour développer l’implication des chercheurs ;
  • Nécessité de former aux outils pour une utilisation  professionnelle et raisonnée des médias sociaux.

 

De l’évaluation des productions scientifiques en SHS

Les 8 et 9 juin derniers, j’ai assisté au colloque qu’organisait l’INSHS sur l’évaluation des productions scientifiques (programme et présentation disponibles ici). On y a évidemment beaucoup parlé de bibliométrie, notamment de ses limites et des risques que cela engendre lorsqu’elle est utilisée dans le contexte d’une évaluation stratégique. Ce point est particulièrement crucial pour des disciplines en déficit de représentativité dans les outils utilisés ou par l’absence d’outil de mesure, pour les ouvrages  par ex.

Le manque de visibilité des productions SHS dans les index de citations est illustrée par JournalBase, gros travail de recensement des revues construit à partir des données du Web of Science (Thomson Reuters), de Scopus (Elsevier), des listes d’autorité ERIH (Europe) et AERES (France), et désormais interrogeable via une plate-forme : http://journalbase.cnrs.fr/. L’analyse du contenu montre que, sur les 10756 titres répertoriés, moins de 10% (9,6%)  sont présents dans les 4 listes soient 1033 titres : un large spectre est donc non représenté. Ce sont les listes de l’AERES qui comprennent le plus de revues alors que celles de l’ERIH semblent plus homogènes sur le plan de la répartition géographique. Les revues françaises sont  clairement sous-représentées dans les index de citation.

A noter que les listes ERIH ont été incorporées dans Scopus, doublant ainsi le nombre de titres en SHS dans cette base.

A propos des listes ERIH, le classement en ABC, (très mal) vécu comme hiérarchique, a été relooké en :

  • NAT : publications européennes reconnues par les pairs, citées régulièrement
  • INT : publications internationales. La catégorie est subdivisée en  :

INT 1 : haute visibilité, influente, citées régulièrement

INT2 : visibilité significative

  • W : nouvelles revues

(traduction en français par mes soins, n’hésitez pas à aller voir la présentation).

Intéressant aussi de savoir que l’histoire, la linguistique et la littérature sont assez mal couvertes par ces listes.

Pour les listes AERES, il est question d’une refonte méthodologique des indicateurs, pour les revues mais aussi pour les actes de colloque et les ouvrages. Parmi les critères qui peuvent être pertinents pour évaluer une revue, on peut noter la présence en ligne, l’existence de résumés en anglais, la diversité des auteurs.

Le libre accès est présenté comme offrant la possibilité d’une évaluation au niveau article : les stats de téléchargement peuvent donner un indicateur, à condition que cela soit accessible bien sûr (et pas trafiqué, ce qui, à mon avis, est moins sûr, il existe des stratégies qui peuvent biaiser les données).

Autre approche pour affiner les indicateurs :  aller au-delà de la seule publication et recenser toutes les activités du chercheur. C’est ce que propose l’outil RIBAC «formulaire normalisé très complet, descriptif de l’activité des chercheurs en sciences humaines et sociales. Les chercheurs le complètent en ligne, via le web avec un accès sécurisé. Les informations recueillies sont gérées dans une base de données et permettent la construction d’indicateurs sur l’ensemble des activités des chercheurs (publications, enseignement, thématiques de recherche, participations aux congrès, programmes de recherche, outils employés, activités éditoriales, activités d’administration, de transfert et de valorisation, en bref, toute action de recherche, d’enseignement et de transmission de la culture scientifique).  Cet outil constitue également un outil personnel pour le chercheur pour gérer, diffuser et capitaliser ses activités et publications. ».

La prépondérance de l’anglais a été aussi très souvent pointée/déplorée : elle entraine une sur-valorisation des publications anglo-saxonnes, au détriment des revues qui ne publient pas en anglais. A terme, c’est la « biodiversité » des revues qui est menacée (le terme a été employé). Pour info : 14 langues ont été répertoriées dans l’enquête RIBAC 2009 (voir aussi billet sur ce blog sur les langues des publis dans Hal-SHS).

D ’une manière générale, il apparaît essentiel aux yeux de tous que les indicateurs ne doivent pas être séparés des arguments qui ont conduits à les attribuer.

 

 

 

Symposium Koha 2011 : deux journées avec de tout, pour tous

(màj 24/06/2011 : les podcasts sont en ligne ici)

Le Symposium Koha 2011 (voir détails ici et ) s’est tenu à Lyon les 26 et 27 mai derniers à l’Université Lumière Lyon 2, sur le site des Berges du Rhône. Chapeau bas à l’équipe organisatrice, composée de membres du SCD Lyon 2 et de l’association KohaLa.

Le programme très riche et modulaire a permis aux quelques 150 participants de composer ces 2 journées à la carte. Parmi les nombreuses conférences, ateliers et autres retours d’expérience, chacun pouvait ainsi trouver son compte: nouveaux entrants, intérmédiaires ou vétérans, de profil technique, gestionnaire ou non.

Je me suis personnellement concocté un programme correspondant à mon profil de gestionnaire/administrateur en fin de projet de réinformatisation (quand les opérations d’envergure sont passées et qu’il reste maintenant à raffiner). Ce billet donne un coup de projecteur sur des interventions qui m’ont particulièrement marquée et donnera peut-être l’envie d’une séance de rattrapage quand les vidéos et supports seront mis en ligne.

Le libre, kézako?

Pas spécifiquement consacrée à Koha, la conférence « L’open source et open data: le socle de la documentation de l’avenir » constituait une bonne entrée en matière, bien que probablement plus utile aux néophytes du mouvement qu’aux convertis. Vincent Mabillot y exposait de manière synthétique le contexte d’apparition du libre, les plus, les moins, les clés et les enjeux, et plus généralement la philosophie et un certain état d’esprit du libre.

Koha a 10 ans, et ce n’est pas fini!

« Je fais régulièrement cette présentation de Koha. Qui ne la connait pas encore? », c’est à peu près par cette question que Paul Poulain a démarré son intervention « Histoire de Koha, presentation de la 3.4 ». Le nombre de mains qui se sont levées (dont la mienne) a pourtant prouvé la pertinence d’une telle présentation et révèle peut-être l’arrivée continue de nouveaux entrants ou d’entrants potentiels.

Ce sont ainsi 10 ans d’évolutions du logiciel et de la communauté qui ont été retracés. Je reste très impressionnée par le processus qualité engagé, gage de véritable consolidation des activités et de stabilité. C’était aussi l’occasion de rappeler le nouveau mode de sortie périodique au rythme d’une version tous les 6 mois et de reprendre conscience du succès mondial de Koha, parfois à grande échelle, comme le prouve l’organisation de la KohaCon 2011 à Thane, en Inde.

A titre personnel, en France, rien qu’entre 2009 et aujourd’hui, il me semble que le paysage a bien changé aussi: nouveaux acteurs, extension du périmètre d’application, enrichissement en un progiciel complet.

Plus concernée dans mon travail avec Koha par les question de multilinguisme et d’ergonomie, je ne développerai pas ici les nouvelles fonctionnalités proposées par la version 3.4.

Lors de cette présentation, on aura toutefois noté l’intérêt aigu de la communauté pour tout nouveau développement, toute nouvelle fonctionnalité et son prompt reversement dans la version communautaire. Ceci fait ressortir un point abordé plusieurs fois lors de ces journées: le fort besoin d’affichage ou de coordination des projets et la plus ou moins bonne volonté qui accompagne cette démarche (signalement des développements, coopération, implication dans la communauté internationale).

En plus de l’usage de l’anglais, présenté comme un obstacle, on peut aussi s’interroger sur le caractère de la communauté des utilisateurs qui semblent encore privilégier la représentation à l’implication individuelle (transition toute faite avec la table ronde qui a suivi, voir ci-dessous).

Le libre: nouvelles formes de relations entre acteurs

A voir absolument dès mise en ligne. Avec beaucoup de tact et d’élégance, François Elie a assuré l’animation de la table ronde « Travailler avec des professionnels du libre » et géré les échanges avec la salle. De nombreux thèmes ont été abordées, parmi lesquels:

  • Spécificités des marchés publics dans le cas de l’open source (fourniture de services et non plus de fournitures). Multiplicité des appels d’offre (ouverts, semi-ouverts, fermés). De bons repères ici.
  • Lors des commandes de développements, difficultés pour les donneurs d’ordre de formuler les clauses qui garantiront le reversement et l’enrichissement des versions communautaires. Difficultés possibles voire impossibilité pour les maîtres d’œuvre de tenir de tels engagements
  • Décalage entre communauté des utilisateurs et club utilisateur. Permanence des modes de fonctionnement de ce dernier. Comme Pascale Nalon le soulignait lors de l’ouverture, la frontière s’efface entre utilisateur métier et développeur, même si la barrière existe encore
  • Coopétition. Le terme qui caractérise un nouveau type de relations entre développeurs/prestataires de service. Beaucoup de réactions sur ce que recouvre cette notion.
  • Très intéressante considération finale sur l’offre SaaS (merci à Marlène pour l’acronyme correct) qui tend à se répandre: libre ou pas, le résultat semble le même, cela peut conduire au dévoiement du principe d’indépendance du libre

Utiliser Koha c’est bien, savoir ce qu’on fait avec et le quantifier c’est mieux

L’atelier « BIRT/Jasper report » aura particulièrement intéressé les gestionnaires, et tous les utilisateurs soucieux de produire des rapports réguliers, pointus et bien présentés.  On peut saluer la présentation impeccable de BIRT par Françoise Barré, en attendant impatiemment la mise en ligne de ses supports de tutoriel.

Quand Koha s’inscrit dans une démarche organisationnelle

Très enrichissante, la présentation de Jérôme Pouchol « Koha, outil au service du changement » a laissé entrevoir l’énorme travail de réflexion innovante et d’accompagnement qui peuvent (doivent?) être mis en œuvre, avec Koha vu à la fois comme une fin mais surtout un moyen dans l’application d’une nouvelle politique documentaire.

L’occasion de souligner, comme plus tôt dans la journée, l’implication des membres du personnel à tous les niveaux, par exemple par la création de référents thématiques et fonctionnels. On peut aussi citer leur très souvent nécessaire montée en compétence, et même de nouveaux modes de distribution des responsabilités, ce qui nécessite toutefois une très bonne définition des tâches et des rôles. Le fonctionnement en mode projet permanent et évolution perpétuelle m’a aussi semblé intéressant.

A citer en exemple en matière de conduite du changement peut-être?

Et enfin

A lire: le billet de Marlene’s corner, qui donne un point de vue alternatif sur le même programme.

30 000 dépôts Hal-SHS et combien de langues ?

Depuis le 12 avril, le compteur des dépôts Hal-SHS a franchi le cap des 30 000. On ne refera pas ici le coup de la page écran avec le chiffre rond (mais sachez qu’on l’a guettée et qu’on l’a eue !). Par contre, profitons de l’occasion pour une autre petite incursion dans les statistiques pour voir en quelles langues les documents sont rédigés.

On recense 31 langues pour les dépôts en texte intégral (52 langues si l’on ajoute les notices sans texte). Les textes sont très majoritairement en français (70 %) et l’anglais représente 25%.Pour les 5% restants, on distinguera l’espagnol (774 dépôts) puis le portugais et le basque (123 et 121 dépôts).

Pour la suite :

  • Allemand : 93
  • Italien : 89
  • Danois : 25
  • Chinois : 17
  • Arabe : 14
  • Roumain : 11

Moins de 10 : Albanais, Breton, Catalan, Coréen, Espéranto, Finnois, Flamand, Galicien, Grec,  Hongrois, Indonésien, Japonais, Néerlandais, Norvégien, Polonais, Russe, Suédois, Tchèque, Turc, Vietnamien

(les stats portent sur 29552 dépôts. Merci Estelle et Sitthida)

Dépôts sur Hal-SHS : le cap des 29 000 est franchi

Depuis cette semaine, Hal-SHS, l’archive ouverte dédiée aux sciences humaines et sociales créée en 2005, a dépassé le cap des 29 000 dépôts en texte intégral.

Et j’ai chopé la page écran avec le chiffre rond !

Ce chiffre correspond aux dépôts avec le texte intégral effectués depuis Hal-SHS, et à ceux réalisés depuis Hal générique et le portail des thèses TEL dès lors qu’une discipline SHS est choisie. Il comprend aussi les dépôts d’Archivesic.

En fouinant un peu dans les statistiques, on peut voir que le trio de tête des disciplines qui déposent le plus sont l’économie et finances, la linguistique et les sciences de l’éducation. Et que, sans (grande) surprise, les plus gros contributeurs sont des ITA, documentalistes pour la plupart, chargés notamment de la valorisation des publis de leur labo, d’une collection de working papers ou plus récemment, d’actes de congrès. Cependant, l’auto-archivage est majoritaire – très légèrement mais c’est important de le noter.

Du côté de la consultation (consultation des fichiers déposés), le trio de tête des disciplines, en-dehors des consultations des sciences de l’information avec Archivesic,  sont la sociologie, l’économie et finances et l’histoire.

Si l’on s’intéresse maintenant aux 25 dépôts les plus consultés, on y trouve en majorité des thèses et les sciences de l’éducation sont bien représentées. Deux ouvrages sont présents dans cette liste :  l’un date de 1985 et est épuisé (6819 téléchargements). On peut supposer que la diffusion du second a été réduite : monographie dans une collection de labo, titre non trouvé dans Electre et 8 localisations dans le Sudoc mais il a été téléchargé 2648 fois. Le point commun toutefois entre ces deux ouvrages est que chacun des chapitres qui les composent fait l’objet d’un fichier déposé  : ce qui doit gonfler les chiffres des téléchargements pour une seule notice. Mais malgré cela, le dépôt en archive ouvertes d’ouvrages épuisés ou à faible diffusion offre manifestement une deuxième vie !

J’ai fait une petite recherche (merci Google) sur les auteurs de ces 25 dépôts. Sans aller très loin dans les pages de résultats du moteur de recherche, on s’aperçoit que 6 ont un lien avec une notice Wikipedia : notice à leur nom, présence de leur publi dans une notice, un auteur est membre de Wikimedia.  4 sont cités sur le site web de France Culture (intervention dans une émission par exemple) et 2 animent un blog. A noter que dans cette short-list un des auteurs apparaît 5 fois ! et, devinez quoi,  il a un blog 🙂

Articles scientifiques à louer pour 24 h

Le Nature Publishing Group (NPG) a annoncé début janvier qu’il proposait l’accès de 5 de ses titres sur la plate-forme DeepDyve.

Le principe de cette plate-forme repose sur la location d’articles pour une durée de 24h et en lecture seulement,  on ne peut ni télécharger, ni imprimer l’article.  Le prix annoncé en page d’accueil est de 0.99$ mais il s’agit d’un prix minimum. Les articles de NPG par exemple se louent 3.99$, ceux de Blackwell 9.99$. On peut aussi signer pour la location de 10 articles par mois  lisibles pour une durée de 7 jours ou 25 articles par mois sans durée limitée (ça ressemblerait presque à un abonnement, non ?).

L’objectif des créateurs de cette plate-forme créée en 2005 est de toucher un marché de lecteurs qui,  n’étant  pas affiliés à des institutions de recherche ou universitaires, n’ont pas accès aux abonnements. Le marché des mobiles est peut-être aussi visé si l’on reprend ce que dit le communiqué de presse de NPG : « nous anticipons une demande croissante pour la navigation peu coûteuse et la prévisualisation des articles, en particulier avec l’adoption rapide d’ appareils mobiles ». Les éditeurs doivent certainement trouver leur compte à tester ce modèle : ils y sont presque tous comme Elsevier, Wiley-Blackwell, Sage, Routledge … mais pas pour leur collection complète : 25 titres d’Elsevier par exemple. Et la plupart n’autorise que le « preview only », c’est à dire que seule la première page est visible ! Difficile de connaître la proportion d’articles « louables ».

Le feuilletage par thèmes permet de voir que les SHS sont présentes : un rapide sondage montre qu’il s’agit pour beaucoup de titres de Sage et de Taylor & Francis mais qui ne sont qu’en « preview only ».