Wikipedia dans les articles de revues SHS françaises

Pour faire suite au commentaire laissé sur le billet concernant Wikipedia et son impact dans les publications scientifiques , je me suis un peu plus penchée sur la production SHS française (j’aurais dû y penser … merci pour la suggestion) en consultant les portails de revues Cairn et Revues.org qui concentrent une bonne partie de la production française.

Il ne s’agit pas d’une étude approfondie mais le résultat d’interrogations effectuées sur les deux plate-formes à l’aide du formulaire de recherche avancée (le 12 septembre 2011). La recherche a été limitée aux revues. Revues.org proposant un filtre sur le type de document, seuls les articles ont été choisis.

Sur les 2 portails, les mentions de Wikipedia dans le texte intégral sont plus nombreuses que dans les bibliographies :


Certains articles comprennent une  sitographie à la suite de la biblio, qui sont amalgamées lors de l’interrogation : il y a donc une proportion de références à Wikipedia qui apparaissent en tant que sites et non comme références biblio.

Cairn propose une répartition par discipline et voici ce que cela donne, sachant qu’une revue peut être classée dans plusieurs disciplines :

A noter aussi que seuls 8 articles sur Cairn comportent le terme Wikipedia dans le  titre (1ère mention en 2006) et aucun sur Revues.org.

Quelques points que j’ai pu remarquer : les références aux articles de Wikipedia apparaissent assez souvent dans les  notes, parfois en mention légale pour une illustration (cartes par ex.). J’ai rencontré au moins par deux fois le cas où l’auteur de l’article disait rectifier une erreur relevée sur Wikipedia.

Alors, taboue-pas taboue l’utilisation de Wikipedia ?

 

 

 

 

La valorisation des activités des chargés de documentation : la discussion est ouverte !

La MSH de Tours a accueilli les 16 et 17 mai 2011 la réunion métier des chargés de documentation des Maisons des Sciences de l’Homme (MSH), organisée sous l’égide du réseau national des MSH. Parmi les points à l’ordre du jour (refonte du site internet du réseau, …) figurait la question de la « valorisation des missions et activités des documentalistes ». Voici la présentation, volontairement très générale, à  partir de laquelle un débat a été lancé. Il nous a semblé intéressant d’ouvrir ici via ces Carnets encore plus largement la discussion, sous forme de commentaires de ce billet, par exemple…

Comment valoriser les missions et activités des documentalistes au sein des MSH et du réseau national des MSH

« Manque de reconnaissance », « malaise identitaire », « sentiment de déclassement »… la question de la valorisation (ou de la dé-valorisation) du métier de documentaliste semble se poser de manière récurrente, comme en attestent les enquêtes sur le « métier » qui sont périodiquement réalisées par les associations professionnelles[1]. Par ailleurs, et bien au-delà des domaines de compétences spécifiques du domaine de l’information-documentation, c’est l’ensemble des fonctions de médiation qui semblent désormais confrontées à la nécessité de prouver leur « valeur ajoutée ». Au sein de chacune de nos MSH et au sein du Réseau – organisations elles-mêmes placées dans une position de « médiation » – qu’est-il possible de faire pour la valorisation de notre profession ? Quelle marge de manœuvre avons-nous pour en rendre visibles ses rôle et apport spécifiques ? Afin de lancer la discussion, cette courte présentation rappellera quelques éléments d’explication et proposera quelques éclairages sur la notion même de « valeur ».

Tout semble en effet concourir à rendre très difficile toute appréciation de cette « valeur ajoutée ». Tout d’abord, la grande fragmentation de la profession rend toute communication à son sujet relativement malaisée. La grande diversité d’appellations existant pour désigner les métiers et les compétences  – du « documentaliste spécialisé en… » au « veilleur » et à « l’architecte de l’information », en passant par le « records manager », le « knowledge manager » ou le « gestionnaire de contenu »…
De fait, la difficulté tient principalement au fait que l’on ne sait jamais si l’on parle bien de la même chose. Peut-on même distinguer un « cœur de métier » et des fonctions périphériques ? S’agit-il de variantes d’un même métier ou au contraire de métiers distincts qui font appel à des compétences communes ? Contours flous, métier facilement confondu avec une multitude de métiers voisins… comment dans ces conditions communiquer efficacement et de manière fédératrice ?

Il faut admettre également que la perception subjective du métier de documentaliste par le grand public n’est généralement pas flatteuse. Son contenu est mal connu : l’activité semble perçue comme floue, abstraite, éloignée des réalités des organisations, souvent associée à l’idée d’un manque de réactivité et d’une insuffisante expertise des disciplines ou des thématiques traitées. Ce défaut d’attractivité conduit à s’interroger sur le positionnement des professionnels eux-mêmes. Ne peut-on pas en effet considérer que la présentation traditionnelle de notre rôle comme « rouage » au sein d’une chaîne de transmission de l’information et du savoir marque un positionnement orienté vers la technique, et surtout, en retrait. Comment être vraiment attractif si l’on ne se présente pas soi-même comme responsable de ses choix, porteur d’une vision stratégique et sachant dégager des marges de manœuvres…

Bien entendu, ces difficultés sont renforcées par les évolutions technologiques : généralisation du document numérique et de dé-multiplication des flux d’information. Les effets de la dématérialisation des documents accentuent le caractère abstrait, flou voire invisible d’une grande partie des activités de gestion de l’information et des connaissances. La place prépondérante de l’informatique dans certaines fonctions rend les frontières entre métiers encore plus poreuses. Mais c’est surtout en ce qui concerne l’accès aux contenus que la « révolution internet » représente un changement radical. En effet, pour accéder au document ou à l’information, la médiation du professionnel n’est plus indispensable. Les pratiques des acteurs sont devenues autonomes et nous obligent à nous repositionner sur d’autres types de médiation. En effet si elle reste bien un « plus », l’intervention du professionnel ne constitue plus un « passage obligé ». Pourquoi maintenir des fonctions de médiation coûteuses dès lors qu’on les perçoit comme inutiles ? Sauf à pouvoir en estimer la « valeur ajoutée »…

Pour explorer la notion de « valeur », nous pouvons nous référer aux écrits de Jean Michel[2], consultant spécialisé dans le domaine du management par la valeur. Il rappelle tout d’abord que la valeur, dans un contexte professionnel, est d’abord une relation entre un service proposé et un effort mis œuvre pour l’obtenir. Ce qui sous entend une démarche d’optimisation : il s’agit souvent en définitive de chercher à faire plus avec moins… La valeur est aussi différentielle : la valeur ajoutée s’estime en retranchant ce qui a été fait par rapport à ce qui aurait existé sans nous. Si on cherche à l’évaluer, c’est que l’on a une décision à prendre, comme par exemple une décision d’investissement, que l’on souhaite fonder sur elle. Cette comparaison entre ce que l’on investit (coût, temps, contraintes de toutes sortes) et ce que l’on espère gagner (argent, service rendu, reconnaissance symbolique) s’appuie donc nécessairement sur un système de valeurs, une hiérarchisation des préférences de celui qui décide. Elle peut se trouver au cœur de conflits d’intérêt, ou à l’inverse de convergences. C’est aussi un système complexe, multidimensionnel. Il n’y a jamais un seul avantage rapporté à un seul effort, mais des faisceaux de vecteurs, en interaction et en constante évolution. Subjective, l’appréciation de la valeur dépend aussi de l’acuité du regard de celui qui entend l’évaluer…

Ces quelques considérations qui, bien entendu, nécessiteraient d’être approfondies, pourront peut-être permettre d’éclairer un certain nombre d’actions ou d’initiatives qui contribuent à valoriser nos missions et activités. Nous pourrons évoquer les publications (présentations orales, communications, articles mais aussi billets de blogs, de « carnets de recherche » voire pages web personnelles), la participation aux réseaux professionnels et groupes de travail (Isidora, Renatis, Bap F, ADBS, Afnor), le dialogue avec les chercheurs dans le cadre de journées d’études, dans la réalisation de guides de bonnes pratiques[3] ou de « cas d’usages ».

 

1 Thiolon, Catherine, « L’image des métiers de l’I-D. Diagnostic et recommandations pour une communication active » in Documentaliste – Sciences de l’information, vol. 40, n° 6, 2003

Lebigre, Loïc, « L’enquête Métiers-Salaires 2010 de l’ADBS », in Documentaliste – Sciences de l’information, vol. 48, n°1, 2011

2 Michel, Jean, « Management par la Valeur, création de Valeur, chaîne de Valeur, … Parle-t-on de la même Valeur ? » in La valeur n° 90, 2001

3 Par exemple, deux journées d’étude seront organisées à Tours le 26 septembre 2011 et à Aix-en-Provence le 29 novembre 2011. Elles visent à permettre la rédaction collective d’un « Guide de bonnes pratiques de la diffusion des données de la recherche en sciences humaines et sociales : questions de droits et d’éthique ». Le projet est coordonné le Centre de ressources électroniques sur les villes (Crévilles) de la MSH de Tours, le Pôle image-son, pratiques du numérique de la MMSH d’Aix-en-Provence et la bibliothèque Éric-de-Dampierre du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative de la Maison René-Ginouvès (MAE) de Nanterre.

Koha à l’ISH et l’Ifpo : retour sur le projet de réinformatisation

2009 : lancement de la phase préparatoire du projet de réinformatisation Koha pour les bibliothèques de l’ISH et de l’Ifpo.
2011 : Smultidoc (le catalogue bibliographique commun de l’ISH et du réseau Langues asiatiques) est rejoint par Koha Ifpo en ligne et en production.

Entre ces deux dates se sont échelonnées de nombreuses étapes de préparation, de test et de mise en œuvre au sein de l’équipe projet ISH, chez Tamil, notre prestataire de service, et dans les bibliothèques. Aujourd’hui si une étape de taille, celle de la migration des données et de la mise en production des deux systèmes, a été franchie, l’aventure Koha à l’ISH n’est pas terminée. Mais peut-être peut-on jeter un regard en arrière sur ce qui a déjà été entrepris et réalisé. Il ne s’agit pas d’un retour d’expérience à proprement parler, mais de livrer quelques réflexions sur le projet sous forme de billets.

Pour commencer, exposons brièvement quelques éléments du contexte et des objectifs de ce projet conjoint.

DEUX RÉSEAUX DE BIBLIOTHÈQUES D’ÉTUDES ET DE RECHERCHE

Smultidoc est le catalogue bibliographique commun de l’ISH. En 2009, Smultidoc tourne sous le système Loris (Ever), il est alimenté par un réseau constitué de 7 bibliothèques de laboratoires partenaires, et contient plus de 135000 notices au format Unimarc, avec une forte proportion de notices de dépouillement (articles, dossiers…) et de littérature grise, caractéristiques des bibliothèques de recherche en SHS.

A l’Ifpo, même type de ressources (y compris des cartes), même configuration en réseau de 9 bibliothèques réparties sur 4 sites dans 3 pays. En 2009, celles-ci fonctionnent de manière indépendante, les normes de saisies sont distinctes, les systèmes informatiques déconnectés les uns des autres. La mise en place d’un outil commun est vue comme l’occasion de renforcer le réseau existant.

GÉRER DES RESSOURCES EN ÉCRITURES NON LATINES

Outre le type de documents décrits (étude et recherche), une autre particularité des deux catalogues est de décrire nombre de documents en écritures non latines: asiatiques (chinois, japonais, vietnamien, langues du sud-est asiatique comme le thai ou le khmer…) et arabe.
Premier constat: si les écritures asiatiques sont plutôt bien prises en charge par les systèmes actuels, on n’observe pas encore les mêmes performances pour l’arabe. Ceci fera l’objet d’un billet à part entière.

PARTAGER ET LARGEMENT SIGNALER SES DONNEES

z39.50, OAI-PMH, transferts Sudoc, 3 moyens offerts directement ou indirectement par Koha pour exposer, exploiter, partager les données, et ainsi mieux répondre aux besoins en terme de catalogage, de recherche fédérée, de visibilité.
Toutes ces solutions sont vues comme des moyens techniques supplémentaires d’inscrire les bibliothèques dans les réseaux documentaires, thématiques, régionaux. La mise en place de Koha et de ses fonctionnalités noyaux est cruciale, mais l’après mise en place et l’exploitation des fonctionnalités « avancées » donnent une finalité plus large au projet.

Voici donc exposés les principaux points qui nous ont convaincus de lancer un projet commun pour en capitaliser l’expérience, en mutualiser la gestion, les spécifications et les investissements.

Le périmètre des besoins se trouvait ainsi délimité. Pouvait alors démarrer l’étude approfondie des besoins et la rédaction du cahier des charges.

CAHIER DES CHARGES, GESTION DE PROJETS, BALANÇOIRES

Dans notre cas, la phase de préparation du cahier des charges a porté moins sur la partie fonctionnelle du système Koha (déjà très complet à l’époque) que sur la partie de migration des données. Dans une certaine mesure, cela reflète le fonctionnement des bibliothèques d’étude et de recherche en SHS, peut-être moins contraint que celui d’une BU ou d’une BM mais exigeant en revanche un soin tout particulier dans la reprise des données.

La phase d’étude des besoins et de rédaction du cahier des charges a pris environ 6 mois. Étude de la littérature et des bonnes pratiques en la matière, échanges (notamment au sein du groupe de travail sur les SIGB Libres), inspiration puisée dans les projets précédents ou similaires, prise en compte des contraintes réglementaires, de nombreux aspects entrent en ligne de compte dans l’élaboration de ce document.
Au final, deux versions du cahier des charges se sont succédées. La première « idéaliste », faisant état de toutes les demandes, a servi pour prendre les marques, déterminer ce qui était réalisable ou non, et à quel coût. La seconde version « réaliste », resserrée autour des demandes auxquelles Koha pouvait véritablement répondre, a définitivement servi de cadre pour le déroulement ultérieur du projet.

Personne ne l’ignore, l’exercice du cahier des charges est périlleux car c’est sur ce document clé, présenté comme référence à toutes les parties concernées de près ou de loin, base de travail et de dialogue, que se batit le projet. Paradoxalement, conçu pour être informatif et sans ambiguïté, le cahier des charges reflète toujours une (plus ou moins grande) part de la subjectivité de son/ses auteurs et est entièrement soumis à celle de ses lecteurs, avec l’incidence que l’on sait sur la suite du projet.

(pas de source identifiée pour ce schéma)
Notre projet s’est-il déroulé ainsi ? Mener un projet open source change-t-il la donne ? On tentera d’apporter une réponse nuancée dans les prochains billets.

A LIRE

L’article de Collignon et Schöpfel, avec une belle bibliographie
Collignon A., Schöpfel J., « Informatique documentaire : le cahier des charges sous toutes les coutures », dans Archimag Guide Pratique « Manager et développer son service infodoc » (2007) 34-42, 93. Disponible en ligne: http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00238533/fr/ (cité le 21 avril 2011).