De l’utilisation des journaux électroniques par les chercheurs anglais

Le RIN (Research Information Network) a publié en janvier la seconde partie d’une étude sur l’utilisation des journaux électroniques par les chercheurs anglais, menée entre mars 2008 et mars 2010. Un article publié dans Learned Publishing en janvier reprend aussi les éléments de ce rapport : E-journals, researchers – and the new librarians.

L’étude a pour objectif de  repérer les changements de pratiques et de comportements induits par l’accès aux journaux en ligne.

Les données regroupent des résultats d’ enquêtes et d’ interviews menées auprès des membres de 8 universités et d’ un centre de recherche britanniques et regroupant 6 disciplines (biologie, chimie, sciences de la terre et de l’environnement, économie, histoire et physique). L’analyse  des logs sur les sites d’éditeurs (Elsevier et Oxford Journals) complètent l’ensemble.

Ce que j’ai retenu :

Les chercheurs accèdent aux sites des éditeurs en passant par les bases de données ou des moteurs de recherche :  le Web of Science est cité le plus souvent, suivi par  Google/ Google Scholar,  Pubmed. JSTOR est la plate-forme la plus citée pour l’histoire.  Les recommandations faites par les collègues et les alertes sont aussi citées comme points d’accès. Les sites des éditeurs ne sont utilisés que pour lire ou télécharger les articles.

On note une évolution des pratiques de citations entre 1990 et 2007 : le nombre moyen de références citées augmente,  61% en chimie par exemple. Il n’y a qu’en  histoire où le nombre moyen reste stable. L’éventail des sources s’élargit aussi.  Selon les données de l’étude, les chercheurs anglais citent plus de références que leurs homologues.

Les historiens se distinguent aussi par le temps de lecture : ils passent plus de temps en ligne par session, probablement parce qu’il leur est plus difficile de repérer ce qui est pertinent pour leur recherche (l’info n’est pas dans le résumé par exemple). 40% des chercheurs disent ne pas avoir lu en entier le dernier article important qu’ils ont consulté et un tiers reviennent plusieurs fois sur le même article. J’ai relevé une phrase intéressante dans l’article de Learned publishing : « lire ne devrait pas être associé seulement à la consommation du texte intégral de l’article ». Les auteurs de l’article  utilisent l’expression  « power browsing »(que je ne sais pas traduire) qui serait une  « lecture stratégique » par la recherche d’éléments-clés. Ce type de lecture a certainement toujours existé mais la performance est accrue par la mise en ligne. (D’ailleurs, existe-t-il des études menées sur la façon dont les chercheurs lisaient – ou même lisent – leurs articles papier ?).

Les  journaux électroniques jouent un rôle déterminant pas seulement pour  la recherche mais aussi pour l’enseignement et l’apprentissage.

Les « new librarians » du titre de l’article de Learned Publishing sont les passerelles (Web of science, Google et Cie) qualifiées ainsi parce qu’elles font le lien entre l’éditeur et le lecteur. Les bibliothécaires sont cependant cités en tant que tels dans le rapport pour le rôle de formateurs aux ressources électroniques qu’ils jouent auprès des étudiants (ouf !).

Quelques chiffres aussi :

L’usage se concentre sur un petit nombre de titres : 5% des titres représentent entre un tiers et la moitié des pages vues.

L’âge moyen d’un article varie énormément d’une discipline à l’autre : 859 jours en sciences de la vie (soient moins de 2.5 ans)  et 1552 en économie (un peu plus de 4 ans).

Articles scientifiques à louer pour 24 h

Le Nature Publishing Group (NPG) a annoncé début janvier qu’il proposait l’accès de 5 de ses titres sur la plate-forme DeepDyve.

Le principe de cette plate-forme repose sur la location d’articles pour une durée de 24h et en lecture seulement,  on ne peut ni télécharger, ni imprimer l’article.  Le prix annoncé en page d’accueil est de 0.99$ mais il s’agit d’un prix minimum. Les articles de NPG par exemple se louent 3.99$, ceux de Blackwell 9.99$. On peut aussi signer pour la location de 10 articles par mois  lisibles pour une durée de 7 jours ou 25 articles par mois sans durée limitée (ça ressemblerait presque à un abonnement, non ?).

L’objectif des créateurs de cette plate-forme créée en 2005 est de toucher un marché de lecteurs qui,  n’étant  pas affiliés à des institutions de recherche ou universitaires, n’ont pas accès aux abonnements. Le marché des mobiles est peut-être aussi visé si l’on reprend ce que dit le communiqué de presse de NPG : « nous anticipons une demande croissante pour la navigation peu coûteuse et la prévisualisation des articles, en particulier avec l’adoption rapide d’ appareils mobiles ». Les éditeurs doivent certainement trouver leur compte à tester ce modèle : ils y sont presque tous comme Elsevier, Wiley-Blackwell, Sage, Routledge … mais pas pour leur collection complète : 25 titres d’Elsevier par exemple. Et la plupart n’autorise que le « preview only », c’est à dire que seule la première page est visible ! Difficile de connaître la proportion d’articles « louables ».

Le feuilletage par thèmes permet de voir que les SHS sont présentes : un rapide sondage montre qu’il s’agit pour beaucoup de titres de Sage et de Taylor & Francis mais qui ne sont qu’en « preview only ».

Une enquête sur les utilisateurs de dépôts institutionnels

Beth St. Jean  and al., Unheard Voices: Institutional Repository End-Users, College &  research Libraries, January 2011, 72:21-42

L’article fait état d’une enquête realisée en 2008 auprès d’utilisateurs non contributeurs de dépôts institutionnels. L’échantillon est réduit (20 interviewes) : les auteurs relèvent d’ailleurs la difficulté de repérer ce type d’utilisateurs qui « arrivent » sur les dépôts via les moteurs de recherche. Ce qui se traduit aussi quand on cherche des enquêtes similaires dans la littérature : je n’en ai repéré aucune dans la bibliographie de Ch. Bailey par exemple. Une revue de la littérature proposée en janvier 2010 dans la New review of academic librarianship souligne aussi le peu d’informations disponibles sur ce type d’utilisateurs.

Ce qui est apprécié par les personnes interviewées : l’accès aux pré-publications et à la littérature grise (surtout les thèses) et, plus typique du caractère institutionnel du dépôt, l’accès à un seul endroit de toutes les publis d’un auteur ou d’une université.

Les auteurs relèvent le besoin de clarté sur les critères d’acceptation des documents dans l’archive (sélection, peer-review). Les utilisateurs supposent en effet que la réputation de l’université s’applique uniformément à tous les travaux contenus dans le dépôt, les auteurs recommandent donc que les critères d’acceptation soient clairement affichés.

Ils recommandent également aux « managers » des dépôts de s’intéresser à ce type d’utilisateurs : la perception qu’ils ont de l’archive, leurs motivations pour l’utiliser et comment ils l’utilisent, afin d’adapter les services.

Le processus de peer review rendu public

Depuis 2 ans, l’EMBO journal (publié par l’European Molecular Biology Organization) propose l’accès, pour chacun des articles publiés, aux courriers échangés entre les reviewers et les auteurs, rendant ainsi transparent le processus de peer review. Cette transparence est étendue depuis décembre 2010 à 3 autres titres:  EMBO reports, Molecular systems et EMBO molecular medicine.

L’éditeur, Bernd Pulverer, signe un article dans Nature qui fait le point sur l’expérience avec l’EMBO journal (Transparency showcases strength of peer review, Nature, vol 468, 4 november 2010, pp. 29-31) : cette politique de transparence n’a pas influé sur le nombre de soumissions d’articles qui reste  constant, ni sur  la qualité des rapports des référents ou les réponses des auteurs. Environ 1/10ème des lecteurs d’un article accède à ces  informations supplémentaires.

Il souligne le côté pédagogique pour les jeunes chercheurs. Tout un chacun peut d’ailleurs se faire une idée (par exemple : http://www.nature.com/emboj/journal/vaop/ncurrent/extref/emboj2010315s2.pdf) même si on ne comprend rien (!). Il signe aussi un édito sur ce sujet dans un des derniers numéros du journal intitulé une boîte noire transparente.

J’ai trouvé intéressant aussi la démarche qui consiste à analyser dans quelles revues les manuscrits rejetés par l’EMBO journal en 2007 étaient éventuellement publiés, et apprécié surtout que les résultats soient disponibles : http://www.nature.com/emboj/about/emboj_rejects_2007.html

Pas si intuitif que ça le livre numérique apparemment

S.A. Berg et al., Not on the same page : undergraduates’ information retrieval in electronic and print books, The journal of academic librarianship, 36(6), pp. 518-525

Une étude qui compare la façon dont les étudiants utilisent le livre numérique et le livre papier : les participants  doivent rechercher 8 informations dans une liste d’ouvrages, moitié sous format papier, moitié sous format électronique.

Alors qu’ils ont une stratégie de recherche plutôt bien rodée et linéaire avec le livre papier qui leur est familier, le livre électronique est moins intuitif : points d’entrée dans le texte pas repérables immédiatement (index, table des matières par ex.), abandon d’une stratégie dès qu’un obstacle est rencontré.

Les attentes  sont modelées à la fois sur les facilités offertes par le support papier et sur les fonctionnalités offertes habituellement sur les sites web, Google livres y compris (eh oui, encore et toujours !). Les auteurs notent l’absence de convention de présentations communes aux e-books qui, de fait, peut en desservir l’appropriation.

Suggestion aux bibliothécaires : ne pas hésiter à proposer des formations à l’utilisation des livres numériques.

De quelques tendances sur le marché de la publication de revues scientifiques

A. Phillips, Blog to the future ? Journals publishing in the twenty-first century, Journal of Scholarly Publishing, vol 42(1), october 2010, pp. 16-30

L’article donne quelques chiffres intéressants sur le marché des  publications scientifiques :

– 1925 nouveaux titres de revues en STM ont été lancés entre 2000 et 2004, parmi lesquels 1850 sont toujours  actifs en 2007. De 2005 à mai 2007, ce sont 1256 nouveaux titres qui sont apparus, toujours en STM.

– le prix moyen d’un article téléchargé sur Elsevier est de 2$.

– le taux d’acceptation est de 11% pour les revues en SHS et de 42% pour celles en STM.

– on estime à 1% les articles publiés sous le modèle auteur-payant, 6% en libre-accès après embargo.

Les SHS représentent un secteur attractif pour lancer de nouveaux titres, alors que d’autres domaines sont relativement saturés (médecine et science). L’auteur reprend aussi une remarque issue d’un rapport du Research Information Network  qui a relevé que, dans le domaine des SHS, « la hausse du nombre des revues est plus étroitement associée à un environnement où on met davantage l’accent sur la mesure et l’évaluation de la recherche et de ses résultats. »

(L’auteur a co-dirigé l’ouvrage The future of the academic journal, Chandos, 2009)

Google Livres et le futur des bibliothèques numériques

C’est le titre d’un ouvrage signé Alain Jacquesson, paru aux Editions du cercle de la librairie cette année.  Le sous-titre en résume l’objectif : historique du projet, techniques documentaires, alternatives et controverses.

http://editionsducercledelalibrairie.com/detail.asp?Ean=%209782765409809

Lecture vraiment très intéressante, notamment l’historique consacré aux stratégies de Google pour approcher les grandes bibliothèques américaines – dont on retiendra surtout le culte du secret – et la montée en puissance du projet, y compris l’accord avec WorlCat que j’ai découvert. L’ouvrage propose aussi une grande partie qui fait le point et résume les controverses juridiques, commerciales, culturelles.

Voir aussi la note de lecture signée Michèle Battisti dans le n°2010/3 de la revue Documentaliste/Sciences de l’information.

Extension du domaine de Google scholar

X. Chen, Google Scholar’s dramatic coverage improvement five years after debut Serials Review, 2010, in press

Dans un précédent article paru dans la même revue, X. Chen mettait en balance les bases de données bibliographiques payantes et les résultats des moteurs de recherche. Cette fois-ci, il examine la progression de Google Scholar dans sa couverture des données des publications scientifiques.

L’ étude montre que, 5 ans après ses débuts, Google Scholar est capable de récupérer toutes les données des sites (éditeurs, bases de données) auxquels il a accès (« is allowed to crawl »). Fiabilité donc même si on ne connaît pas exactement les limites de sa couverture. On apprend également que le moteur de recherche produit de bons résultats parce qu’il a des partenariats  (« databases Google Scholar partners with and has access to »).

L’auteur s’attarde aussi sur le dédoublonnage des réponses proposées par le moteur de recherche : là où Google propose toutes les références trouvées, Google Scholar n’en propose qu’une et avec apparemment une préférence pour la version gratuite du texte intégral.

Science 2.0

J-C. Burgelman et al., Science 2.0 (change will happen …), FirstMonday, july 2010

http://firstmonday.org/htbin/cgiwrap/bin/ojs/index.php/fm/article/view/2961/2573

Petit exercice de prospective pour les auteurs qui examinent 3 grandes tendances de l’utilisation du web qui peuvent influer sur la science (telle qu’elle pourrait être dans 20 ans).

  • l’explosion de contenus générés par les utilisateurs, avec comme conséquence la prolifération des auteurs. C’est de plus en plus le lectorat, et non plus l’éditeur, qui décide de l’intérêt de ce qui est publié.
  • la fragmentation de la production scientifique : l’article scientifique apparaît de moins en moins comme la seule formalisation visible des résultats (diffusion de résultats intermédiaires ou de productions moins normalisées ou formalisée, blog, notes de recherche, …).
  • augmentation de données disponibles. Les auteurs voient émerger un modèle de recherche scientifique basé plus sur la corrélation (data mining, utilisation de macro-bases de données) que sur l’expérimentation traditionnelle.*

Ce que j’ai retenu : face à l’abondance, l’usager a besoin de filtres et sur le web, le filtre c’est l’audience, la réputation. Un bon communicant est celui qui utilise au mieux les règles du référencement : les chercheurs devront de plus en plus avoir cette compétence de communicant.

A méditer : « Dans tout système classé par rang(rank), la valeur de la Nième position sera de 1/N. Pour tout ce qui est classé – salaire, liens, trafic – la valeur de la deuxième place sera la moitié de celle de la première place, et la dixième place sera un dixième de la première place. »

* sur la science de données, voir compte-rendu d’Internet actu sur la conférence Lift France : http://www.internetactu.net/2010/07/12/la-nouvelle-science-des-donnees/

Les journalistes s’approprient aussi cette profusion de données disponibles et l’on parle aussi de journalisme de données : http://www.internetactu.net/2010/07/09/journaliste-de-donnees-data-as-storytelling/

Partager ses données de recherche : oui, mais …

F. LeClere, Too many researchers are reluctant to share their data, The chronicle of higher education, 3/08/2010 (http://chronicle.com/article/Too-Many-Researchers-Are/123749)

et

M.H. Cragin et al, Data sharing, small science, and institutional repositories, All Hands meeting 2009 (pre-print version supposée de celle publiée dans Philosophical transactions of the Royal society, sept 13, 2010, 368(1926)(http://www.allhands.org.uk/2009/09/Cragin_UK_All-Hands_2009_final2.pdf

L’idée qui ressort de ces articles est la même : il y a consensus sur l’idée de partager ses données de recherche, mais très peu de chercheurs passent à la pratique. Outre le manque d’infrastructure, les deux principaux freins sont, d’une part, la crainte d’une mauvaise ré-utilisation/ré-interprétation de ces données risquant éventuellement de remettre en cause l’analyse du chercheur qui les a collectées et, d’autre part la crainte d’une non reconnaissance de paternité de ces données par ceux qui les réutilisent.

Le premier article ajoute aussi comme frein la protection de données personnelles des sujets en sciences sociales.

Pourquoi Google scholar demande-t’il parfois des sous ?

S. Warren et K. Duckett, « Why does Google scholar sometimes ask for money ? » Engaging science students in scholarly communication and the economics of information, Journal of library administration, 50(4), 2010

http://www.informaworld.com/smpp/content~db=all~content=a921460715~frm=abslink

Les auteurs décrivent une démarche de sensibilisation au contexte économique de l’information scientifique destinée aux étudiants. L’objectif est de les aider à améliorer l’utilisation des outils et ressources, et, accessoirement, leur faire comprendre le rôle du porte-monnaie de la bibliothèque (merci qui ?).

Les points clé de cette démarche :

  • l’information scientifique est un marché,
  • chaque article est unique, c’est-à-dire qu’il reflète une recherche unique,
  • le web invisible existe ou comment fonctionne un moteur de recherche,
  • trouver l’information ne signifie pas automatiquement y accéder gratuitement (d’où le titre de l’article).

Bases de données payantes contre moteurs de recherche

X. Chen, The declining value of subscription-based abstracting and indexing services in the new knowledge dissemination area, Serials review, 2010, Volume 36, Issue 2, June 2010, Pages 79-85

http://dx.doi.org/10.1016/j.serrev.2010.02.010

Si les journaux scientifiques proposent gratuitement sur internet les sommaires,  les résumés, des mots-clés, des services d’alertes, des fils rss, bref tout contenu repérable par les moteurs de recherche,  les bibliothécaires peuvent légitimement s’interroger sur l’utilité de continuer à s’abonner à prix élevés à des bases de données commerciales.

L’auteur de l’article mène une étude sur l’offre  des journaux : sur la liste de  614 titres obtenue par tirage aléatoire dans les listes de l’ISI web of science,  94.4% proposent les sommaires sur internet,  et Google Scholar retrouve 99% de ces contenus. Il cite une étude de Meier et Conkling (2008) selon laquelle Google scholar couvre 90% de Compendex pour la littérature publiée après 1990 mais la couverture est moins bonne pour les articles d’avant 1990.

Plus intéressant, certaines bases de données commerciales et bouquet de revues présentent gratuitement l’accès à leurs données via Scholar google (CSA Illumina, HeinOnline, JSTOR par ex.) : même si l’usager lambda ne peut utiliser directement les bases de données depuis le site des éditeurs de ces bases, Google Scholar peut, lui, en extraire des données bibliographiques.

L’auteur calcule une moyenne de 28 ans de sommaires en ligne, avec un record  pour l’European journal of organic chemistry qui propose ses sommaires depuis 1832 (177 ans !). Cependant, cette moyenne est un peu biaisée puisque l’auteur ne se base que sur les sites des revues, certaines revues ont en effet leurs archives disponibles sur un autre site (comme JSTOR par exemple).

Google Scholar a aussi accès au texte intégral pour certains éditeurs :  il teste une recherche avec une phrase complète issue d’un texte et Google Scholar retourne la référence de l’article. J’ai fait un test également en prenant une partie de phrase d’un article et, effectivement, Google Scholar renvoie la référence de l’article.

Les auteurs seraient-ils la proie de certains éditeurs ?

Oui si l’on en croit cet article du Charleston advisor, qui qualifie de prédateurs un type particulier d’éditeurs  (Predatory open-access scholarly publishers ,  april 2010 + mise à jour july 2010 (http://charleston.publisher.ingentaconnect.com/content/charleston/chadv/2010/00000011/00000004/art00005)

Une industrie insoupçonnée : celle de start-up qui exploitent le filon du modèle auteur-payeur en créant des revues soit-disant scientifiques en open-access (open-access financé par l’auteur). L’auteur de l’article en a reperé quelques uns, avec des stratégies marketing bien rodées : call for papers, invitation par mail à participer au comité éditorial. Il semble que peu de revues dans le lot aient de comité de lecture, certains titres n’ont que 2 ou 3 articles par numéros, voire aucun. L’auteur note que les revues ont un numéro issn (par curiosité je suis allée en vérifier quelques uns au hasard sur le registre de l’ISSN et j’ai découvert ainsi la notion de « free issn » ???). Tout cela contribue, selon l’auteur,  à l’abondance de publications scientifiques puisque ces sites sont référencés dans les moteurs de recherche, avec l’afflux de publications qu’on peut supposer de mauvaise qualité.

Les sites mentionnés dans l’article : Medwell, OMICS, Academic journal, Academic journals Inc, ANSINetwork, Dove press, Insight knowledge, Knowledgia review, Libertas academia, Science publications, Scientific journal international.

Tous ces sites ne sont peut-être pas à mettre dans le même panier, puisque certains titres sont indexés par exemple dans Pubmed ou Scopus. Ce qui est troublant c’est le mélange sur un même site de titres qui correspondent aux critères de qualité et d’autres qui s’en affranchissent.

Où il est question de peer review

Plusieurs articles cet été 2010 sur le système de peer review :

Un dossier dans le numéro d’août de la revue The scientist avec un titre qui donne le ton  « Peer review rejected ».  L’article signé Jef Akst (I hate your paper, http://www.the-scientist.com/2010/8/1/36/1) est intéressant à double titre parce qu’il recense les critiques du système et cite des solutions innovantes apportées par certains journaux.

  • critique n°1 : influence des motifs personnels du reviewer. Les solutions : éliminer l’anonymat (Biology Direct, BMJ, BMC) ; ouvrir le peer review tout en maintenant le processus traditionnel (Atmospheric chemistry and physics); juger un article sur sa solidité scientifique uniquement et non sur son impact ou sa portée (PLoS ONE).
  • critique n°2 : délais trop longs. Les solutions : réduire le délai de publication à quelques jours (PLoS Currents influenza) ; publier l’article révisé sans passer une seconde fois le processus de peer review (Journal of Biology) ; publier des first drafts (European geosciences union journals).
  • critique n°3 : trop d’articles à reviewer. Le solutions : réutiliser les reviews des journaux qui ont rejeté le manuscrit (Neuroscience peer review consortium) ; attendre des volontaires (Chemical physics letters) ; récompenser les efforts des reviewers (Biology direct, BMC, Frontiers, ACP).

Elsevier, quant à lui, teste pendant 3 mois avec la revue Chemical physics letters un système de peer review : des chercheurs reperés par Elsevier ont la possibilité de récupérer le texte intégral d’un article soumis en s’engageant a fournir dans un delai donné leurs commentaires (formulaire a compléter). Ce système s’applique en même temps que le processus classique et sera utilisé en aide à la décision. L’objectif d’Elsevier est de voir si un tel système permettra de réduire les délais du processus de peer-review.http://www.elsevier.com/wps/find/P04.cws_home/peerchoice

Et les SHS dans tout ça ?

L’expérience d’Open peer review de la revue Shakespeare Quarterly a fait l’objet d’une certaine attention.  Le Chronicle of higher education par exemple, dans un article de Jennifer Howard de juillet (http://chronicle.com/article/Leading-Humanities-Journal/123696/ )décrit l’expérience menée par la revue  d’ouvrir largement aux commentaires les articles soumis (open peer review trial) pour un numéro consacré à Shakespeare et les nouveaux medias, expérience qui rencontre un certain succès.  L’article souligne que dans les sciences humaines, une tradition de « conversation »  permet de s’adapter à ce système d’échanges. Le projet est hébergé sur http://mediacommons.futureofthebook.org/mcpress/ShakespeareQuarterly_NewMedia/

Les revues comme fournisseurs de services

B-C. Björk et A. Öörni, A Method for Comparing Scholarly Journals as Service Providers to Authors, Serials review, 2009, 35(2), pp. 62-69

http://dx.doi.org/10.1016/j.serrev.2009.03.001

L’objet de cet article est de proposer une méthode pour comparer les journaux scientifiques (benchmarking). Les auteurs classent 31 notions qui peuvent influencer le choix d’un auteur souhaitant soumettre son manuscrit. Le modèle comprend 4 grandes catégories :

  • L’infrastructure qui regroupent les ressources internes de l’éditeur que sont l’équipe éditoriale, les ressources marketing, l’équipement en nouvelles technologie. Le niveau des ressources techniques influence inévitablement les services proposés aux auteurs (soumission électronique du manuscrit, suivi des reviews, liens hypertextes des journaux électroniques).
  • le lectorat : le prestige d’un titre  et le prix de l’abonnement ont une influence sur  le nombre d’abonnements, individuels et institutionnels, qui détermine la circulation du journal. Ces critères deviennent complexes avec le développement des licences, des bouquets, ainsi que pour les titres en open access.
  • le prestige : critère essentiel pour un auteur (bénéfices perçus) = facteur d’impact, rang de la revue, prestige du comité éditorial, celui de l’éditeur. Un titre est une marque.
  • la performance : qualité du process de reviewing, délai de publication et taux de rejet.

Certains critères sont faciles à obtenir : prix de l’abonnement, charge pour l’auteur, facteur d’impact, indexation dans les bases de données biblio. D’autres plus difficiles d’accès, voire considérés comme des secrets commerciaux : nombre d’abonnés, téléchargements, délai de publication, taux de rejet.