Extension du domaine de Google scholar

X. Chen, Google Scholar’s dramatic coverage improvement five years after debut Serials Review, 2010, in press

Dans un précédent article paru dans la même revue, X. Chen mettait en balance les bases de données bibliographiques payantes et les résultats des moteurs de recherche. Cette fois-ci, il examine la progression de Google Scholar dans sa couverture des données des publications scientifiques.

L’ étude montre que, 5 ans après ses débuts, Google Scholar est capable de récupérer toutes les données des sites (éditeurs, bases de données) auxquels il a accès (« is allowed to crawl »). Fiabilité donc même si on ne connaît pas exactement les limites de sa couverture. On apprend également que le moteur de recherche produit de bons résultats parce qu’il a des partenariats  (« databases Google Scholar partners with and has access to »).

L’auteur s’attarde aussi sur le dédoublonnage des réponses proposées par le moteur de recherche : là où Google propose toutes les références trouvées, Google Scholar n’en propose qu’une et avec apparemment une préférence pour la version gratuite du texte intégral.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.