Partager ses données de recherche : oui, mais …

F. LeClere, Too many researchers are reluctant to share their data, The chronicle of higher education, 3/08/2010 (http://chronicle.com/article/Too-Many-Researchers-Are/123749)

et

M.H. Cragin et al, Data sharing, small science, and institutional repositories, All Hands meeting 2009 (pre-print version supposée de celle publiée dans Philosophical transactions of the Royal society, sept 13, 2010, 368(1926)(http://www.allhands.org.uk/2009/09/Cragin_UK_All-Hands_2009_final2.pdf

L’idée qui ressort de ces articles est la même : il y a consensus sur l’idée de partager ses données de recherche, mais très peu de chercheurs passent à la pratique. Outre le manque d’infrastructure, les deux principaux freins sont, d’une part, la crainte d’une mauvaise ré-utilisation/ré-interprétation de ces données risquant éventuellement de remettre en cause l’analyse du chercheur qui les a collectées et, d’autre part la crainte d’une non reconnaissance de paternité de ces données par ceux qui les réutilisent.

Le premier article ajoute aussi comme frein la protection de données personnelles des sujets en sciences sociales.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.