Où il est question de peer review

Plusieurs articles cet été 2010 sur le système de peer review :

Un dossier dans le numéro d’août de la revue The scientist avec un titre qui donne le ton  “Peer review rejected”.  L’article signé Jef Akst (I hate your paper, http://www.the-scientist.com/2010/8/1/36/1) est intéressant à double titre parce qu’il recense les critiques du système et cite des solutions innovantes apportées par certains journaux.

  • critique n°1 : influence des motifs personnels du reviewer. Les solutions : éliminer l’anonymat (Biology Direct, BMJ, BMC) ; ouvrir le peer review tout en maintenant le processus traditionnel (Atmospheric chemistry and physics); juger un article sur sa solidité scientifique uniquement et non sur son impact ou sa portée (PLoS ONE).
  • critique n°2 : délais trop longs. Les solutions : réduire le délai de publication à quelques jours (PLoS Currents influenza) ; publier l’article révisé sans passer une seconde fois le processus de peer review (Journal of Biology) ; publier des first drafts (European geosciences union journals).
  • critique n°3 : trop d’articles à reviewer. Le solutions : réutiliser les reviews des journaux qui ont rejeté le manuscrit (Neuroscience peer review consortium) ; attendre des volontaires (Chemical physics letters) ; récompenser les efforts des reviewers (Biology direct, BMC, Frontiers, ACP).

Elsevier, quant à lui, teste pendant 3 mois avec la revue Chemical physics letters un système de peer review : des chercheurs reperés par Elsevier ont la possibilité de récupérer le texte intégral d’un article soumis en s’engageant a fournir dans un delai donné leurs commentaires (formulaire a compléter). Ce système s’applique en même temps que le processus classique et sera utilisé en aide à la décision. L’objectif d’Elsevier est de voir si un tel système permettra de réduire les délais du processus de peer-review.http://www.elsevier.com/wps/find/P04.cws_home/peerchoice

Et les SHS dans tout ça ?

L’expérience d’Open peer review de la revue Shakespeare Quarterly a fait l’objet d’une certaine attention.  Le Chronicle of higher education par exemple, dans un article de Jennifer Howard de juillet (http://chronicle.com/article/Leading-Humanities-Journal/123696/ )décrit l’expérience menée par la revue  d’ouvrir largement aux commentaires les articles soumis (open peer review trial) pour un numéro consacré à Shakespeare et les nouveaux medias, expérience qui rencontre un certain succès.  L’article souligne que dans les sciences humaines, une tradition de “conversation”  permet de s’adapter à ce système d’échanges. Le projet est hébergé sur http://mediacommons.futureofthebook.org/mcpress/ShakespeareQuarterly_NewMedia/


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.