Résultats de l’enquête de la Commission Européenne sur l’information scientifique à l’ère numérique

De juillet à septembre 2011, La Commission Européenne a réalisé une enquête en ligne portant sur l’accès à l’information scientifique à l’ère électronique : accès aux publications scientifiques, aux données de la recherche, et préservation de l’information.

Les résultats de cette enquête sont publiés dans un rapport disponible ici, et s’appuient sur 1140 réponses émanant de 42 pays (129 réponses pour la France). A 37,6%, ce sont des chercheurs qui ont répondu. Viennent ensuite, dans les catégories proposées, des citoyens (27,5%), des membres d’instituts de recherche ou d’université (8,4%), de bibliothèques (7,3%), des éditeurs (6,4%), des membres d’organisations internationales (4,3%), d’organismes finançant la recherche (1%) et enfin des membres de gouvernements de niveau national, régional ou local (0,8%).
Une très  large majorité s’accorde sur le fait que les coûts élevés des abonnements aux revues et les budgets limités des bibliothèques constituent un frein à l’accès à l’IST. Une combinaison d’auto-archivage et de publication en libre accès représente la voie privilégiée que les politiques de recherche devraient encourager.
Les chiffres des réponses sont imposants concernant les obstacles pour l’accès aux données de la recherche : 86% des réponses pointent le manque de moyen pour développer et maintenir les infrastructures nécessaires, 80% le manque de crédits alloués aux chercheurs pour les mettre à disposition, et 79% l’insuffisance de politiques/stratégies au niveau national comme régional.
L’ incertitude quant à savoir qui est responsable de la préservation de l’IST amène 80% des réponses, suivie à 78% par la qualité et l’ interopérabilité des archives.
Il y a un très large consensus (90% de réponses) sur le principe que les publications et les données  issues de recherches financées sur fonds publics devraient être en libre accès. On peut relever aussi une forte attente pour une politique – et des moyens – au niveau européen sur ces questions.
Enfin, en filigrane, je n’ai pu m’empêcher de relever les réponses parfois en décalage des éditeurs (6,4% des répondants) : par exemple, la majorité des répondants de cette catégorie ne pensent pas qu’il y a de problème pour l’accès aux publications scientifiques et que le principal obstacle  est  …  le budget limité des bibliothèques.

Partage de données scientifiques : le Polar Data Catalogue

F. Millerand, Le partage des données scientifiques à l’ère de l’e-science : l’instrumentation des pratiques au sein d’un collectif multidisciplinaire, Terrains & travaux, 2011, n°18, p. 215-237

Pour qui s’intéresse à l’e-science, cet article présente les résultats préliminaires d’une recherche empirique ethnographique réalisée au sein d’une communauté scientifique qui développe une insfrastructure numérique pour la publication et le partage de données de recherche. L’objectif de la recherche est de « saisir les modalités de développement de l’infrastructure et la manière dont ses usages modifient les pratiques de recherches ».  L’auteur s’est plus particulièrement intéressé à « l’activité pratique de publication des métadonnées par les chercheurs ».

Le réseau ArcticNet rassemble des chercheurs en science de la nature (à 80%),  ainsi que des chercheurs en sciences de la santé (10%)  et en sciences sociales (10%). L’auteur relève des différences dans le rapport que les chercheurs ont avec les données : la confidentialité est ainsi mise en avant pour les données en sciences sociales et en sciences de la santé, un fort sentiment de propriété des données domine chez les anthropologues ou dès lors que le recueil des données a été long et laborieux.

Les principaux handicaps au partage des données :

  • risque que les données publiées soient mal réutilisées parce que mal interprétées (et donc mal documentées),
  •  lourdeur de la tâche en terme de temps et d’expertise requise pour décrire les jeux de données.

« Publier des données n’est pas une opération banale mais une activité qui requiert du temps et une certaine expertise. Il faut, d’une part, s’assurer qu’elles soient de bonne qualité et d’autre part, les décrire avec précision de façon à ce qu’elles soient interprétées correctement, et donc réutilisées de façon appropriée ».

L’auteur observe également que les chercheurs sont amenés à porter un autre regard sur leurs données :

  • Les données scientifiques ont un contenu informationnel qu’il s’agit de décrire et structurer. Il apparaît nécessaire de former les chercheurs et les personnels de recherche à la production des documentations des données : apprendre à formater ses données d’une certaine manière, en fonction d’une certaine norme.
  • Les données ainsi partagées changent de statut : elles évoluent vers un statut de ressource commune pour la communauté ou le domaine scientifique.

A noter aussi que ces tâches de saisie sont le plus souvent perçues comme purement techniques et de second ordre et dévolues au personnel de recherche et étudiants.

 

Partager ses données de recherche : oui, mais …

F. LeClere, Too many researchers are reluctant to share their data, The chronicle of higher education, 3/08/2010 (http://chronicle.com/article/Too-Many-Researchers-Are/123749)

et

M.H. Cragin et al, Data sharing, small science, and institutional repositories, All Hands meeting 2009 (pre-print version supposée de celle publiée dans Philosophical transactions of the Royal society, sept 13, 2010, 368(1926)(http://www.allhands.org.uk/2009/09/Cragin_UK_All-Hands_2009_final2.pdf

L’idée qui ressort de ces articles est la même : il y a consensus sur l’idée de partager ses données de recherche, mais très peu de chercheurs passent à la pratique. Outre le manque d’infrastructure, les deux principaux freins sont, d’une part, la crainte d’une mauvaise ré-utilisation/ré-interprétation de ces données risquant éventuellement de remettre en cause l’analyse du chercheur qui les a collectées et, d’autre part la crainte d’une non reconnaissance de paternité de ces données par ceux qui les réutilisent.

Le premier article ajoute aussi comme frein la protection de données personnelles des sujets en sciences sociales.