L’information perçue par les étudiants

M. Gross, D. Latham, Experiences with and perceptions of information : a phenomenographic study of first-year college students, Library quarterly, 2011, vol 81(2), pp. 161-186

A travers l’analyse de 77 interviews menées auprès d’étudiants de première année, l’étude s’attache à montrer comment l’information est perçue et comment la conception de l’information masque et minimise le besoin pour les individus d’acquérir des compétences informationnelles.

Dans une recherche d’information,  le résultat prime sur le processus qui y aboutit. Les étudiants interviewés n’imaginent pas, en effet,  que le processus requiert des compétences particulières  nécessaires afin de trouver, évaluer et utiliser l’information.

Ces compétences sont définies dans des documents comme celui de l’Association of college and research libraries (ACRL), document traduit en français par un groupe de travail de la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ) : Norme sur les compétences informationnelles dans l’enseignement supérieur (août 2004). Ce document définit 5 principes énonçant que l’étudiant qui possède les compétences informationnelles :

  • détermine la nature et l’étendue de l’information dont il a besoin,
  • accède avec efficacité et efficience à l’information dont il a besoin,
  • évalue de façon critique tant l’information que les sources et intègre l’information sélectionnée à sa base de connaissances personnelles et à son système de valeurs,
  • utilise efficacement l’information, individuellement ou comme membre d’un groupe, en vue d’atteindre un objectif spécifique,
  • comprend plusieurs questions économiques, juridiques et sociales relatives à l’utilisation de l’information et il accède à l’information et l’utilise de façon éthique et conformément à la loi.

Le sujet « compétence informationnelle » se complique aussi parce que de nombreuses autres compétences (ordinateur, media, culturelles, visuelles, etc .) sont reconnues comme relevant des compétences informationnelles.

Les auteurs de l’article distinguent dans leur analyse la recherche d’information effectuée pour des motifs personnels (curiosité ou pour résoudre un problème) de celle réalisée dans le cadre des études (imposée, contrainte). Cependant dans les deux cas, les interviewés utilisent les moteurs de recherche et sollicitent l’aide de personnes (enseignant, bibliothécaires, amis, etc.). A noter qu’ils se voient comme pouvant fournir eux aussi de l’information.

Ils comprennent que la qualité de l’information doit être considérée mais ne s’en inquiètent pas plus que ça, d’autant plus si elle émane du monde académique.

Pour les bibliothécaires et documentalistes qui élaborent des formations à la recherche d’information, c’est intéressant de noter que les interviewés boudent le tutoriels en ligne et expriment une préférence pour les formations données par une personne. Les auteurs préconisent aussi l’élaboration de tests pour évaluer les compétences informationnelles de leur(s) public(s) pour adapter leurs programmes de formation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *