Les usagers d’une bibliothèque universitaire

M. Roselli et M. Perrenoud, Du lecteur à l’usager : ethnographie d’une bibliothèque universitaire, Presses universitaires du Mirail, 2010

Deux chercheurs en sociologie livrent dans cet ouvrage les résultats d’une enquête menée auprès des usagers du SCD Toulouse-Le Mirail, bibliothèque de SHS : 170 heures d’observation et 60 entretiens, qui se sont déroulés d’octobre 2006 à mai 2008.

Comment les usagers se déplacent-ils dans les locaux, où s’installent-ils, quels usages font-ils des fonds papiers, des ressources en ligne, ont-ils recours aux personnels, etc ?  Cette approche a permis de s’intéresser aux utilisateurs invisibles dans les statistiques des bibliothèques parce que non inscrits ou non emprunteurs.

Les auteurs brossent une typologie issue des pratiques et dégagent 5 profils-type illustrés de portraits :

–         les usagers de la BU comme salle d’étude travaillent essentiellement sur les cours, des photocopies et leurs propres ouvrages,

–         les errants de l’université de masse se caractérisent par un manque de motivation et une faible confiance dans ce qu’ils ont entrepris,

–         les usagers faisant preuve de bonne volonté culturelle et scolaire,

–         les internautes, eux, jonglent entre usage scolaire et privé de l’outil internet : ils adoptent la même logique de navigation et d’exploration pour la recherche d’information que pour la recherche de documentation,

–         les autonomes ont des pratiques avancées et régulières en recherche documentaire et représentent le groupe le moins nombreux.

Parce qu’il représente le public des centres de documentation des labos, c’est surtout ce dernier profil qui m’a intéressée : il est en effet  composé pour l’essentiel de chercheurs et enseignants-chercheurs.

J’y ai noté la crispation autour du nombre de livres empruntables et la durée d’emprunt (c’est incontestablement une des forces des centres de doc des labos d’offrir beaucoup de souplesse sur ce point-là). Les auteurs ont aussi relevé l’ambiguité entre expertise de la littérature  scientifique et maîtrise des outils documentaires :  « les ressources numériques ont contribué à répandre dans la communauté des chercheurs une habitude de recherche documentaire à distance, plus immédiate et confortable bien que complexe… Cette situation a renforcé chez eux la croyance en une maîtrise spontanée des codes et outils de la recherche documentaire.» (Qu’on ne s’étonne donc pas que les compétences des documentalistes ne soient pas reconnues.)

Pour en revenir aux usagers d’une manière générale, ceux qui planchent sur les indicateurs de performances devraient s’intéresser à ce paradoxe relevé par les auteurs : sont considérés comme lecteurs actifs ceux qui empruntent et donc, pèsent dans les statistiques de prêts mais la plupart du temps, ces lecteurs ne passent à la BU que pour emprunter, leurs recherches documentaires ayant été faites en amont. Ceux que les auteurs nomment les séjourneurs ne sont pas considérés comme actifs bien qu’ils occupent l’espace, les outils, et sollicitent parfois les bibliothécaires.

Les auteurs soulignent l’importance des formations à l’offre des  collections imprimées et numériques : « les étudiants n’ont pas de pré-socialisation à la bibliothèque et surement pas aux ressources numériques comme outils pour le travail d’étude. »

Pour finir sur une note positive : « on s’aperçoit que, contrairement aux discours alarmistes sur la fin de la lecture, le texte numérique crée de nouvelles façons de faire avec les textes et ouvre la gamme des modalités de lecture. »

Voir aussi la recension parue dans La Vie des idées


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *