De l’utilisation des journaux électroniques par les chercheurs anglais

Le RIN (Research Information Network) a publié en janvier la seconde partie d’une étude sur l’utilisation des journaux électroniques par les chercheurs anglais, menée entre mars 2008 et mars 2010. Un article publié dans Learned Publishing en janvier reprend aussi les éléments de ce rapport : E-journals, researchers – and the new librarians.

L’étude a pour objectif de  repérer les changements de pratiques et de comportements induits par l’accès aux journaux en ligne.

Les données regroupent des résultats d’ enquêtes et d’ interviews menées auprès des membres de 8 universités et d’ un centre de recherche britanniques et regroupant 6 disciplines (biologie, chimie, sciences de la terre et de l’environnement, économie, histoire et physique). L’analyse  des logs sur les sites d’éditeurs (Elsevier et Oxford Journals) complètent l’ensemble.

Ce que j’ai retenu :

Les chercheurs accèdent aux sites des éditeurs en passant par les bases de données ou des moteurs de recherche :  le Web of Science est cité le plus souvent, suivi par  Google/ Google Scholar,  Pubmed. JSTOR est la plate-forme la plus citée pour l’histoire.  Les recommandations faites par les collègues et les alertes sont aussi citées comme points d’accès. Les sites des éditeurs ne sont utilisés que pour lire ou télécharger les articles.

On note une évolution des pratiques de citations entre 1990 et 2007 : le nombre moyen de références citées augmente,  61% en chimie par exemple. Il n’y a qu’en  histoire où le nombre moyen reste stable. L’éventail des sources s’élargit aussi.  Selon les données de l’étude, les chercheurs anglais citent plus de références que leurs homologues.

Les historiens se distinguent aussi par le temps de lecture : ils passent plus de temps en ligne par session, probablement parce qu’il leur est plus difficile de repérer ce qui est pertinent pour leur recherche (l’info n’est pas dans le résumé par exemple). 40% des chercheurs disent ne pas avoir lu en entier le dernier article important qu’ils ont consulté et un tiers reviennent plusieurs fois sur le même article. J’ai relevé une phrase intéressante dans l’article de Learned publishing : « lire ne devrait pas être associé seulement à la consommation du texte intégral de l’article ». Les auteurs de l’article  utilisent l’expression  « power browsing »(que je ne sais pas traduire) qui serait une  « lecture stratégique » par la recherche d’éléments-clés. Ce type de lecture a certainement toujours existé mais la performance est accrue par la mise en ligne. (D’ailleurs, existe-t-il des études menées sur la façon dont les chercheurs lisaient – ou même lisent – leurs articles papier ?).

Les  journaux électroniques jouent un rôle déterminant pas seulement pour  la recherche mais aussi pour l’enseignement et l’apprentissage.

Les « new librarians » du titre de l’article de Learned Publishing sont les passerelles (Web of science, Google et Cie) qualifiées ainsi parce qu’elles font le lien entre l’éditeur et le lecteur. Les bibliothécaires sont cependant cités en tant que tels dans le rapport pour le rôle de formateurs aux ressources électroniques qu’ils jouent auprès des étudiants (ouf !).

Quelques chiffres aussi :

L’usage se concentre sur un petit nombre de titres : 5% des titres représentent entre un tiers et la moitié des pages vues.

L’âge moyen d’un article varie énormément d’une discipline à l’autre : 859 jours en sciences de la vie (soient moins de 2.5 ans)  et 1552 en économie (un peu plus de 4 ans).


2 réflexions au sujet de « De l’utilisation des journaux électroniques par les chercheurs anglais »

  1. Bonjour,

    merci pour ce billet très intéressant, comme toujours sur les carnets du SID. J’aime beaucoup le travail de synthèse que vous faites pour extraire les informations essentielles de vos lectures. C’est très précieux. Une remarque de détail toutefois. Lorsque vous écrivez « journaux électroniques », vous voulez bien dire « revues électroniques » ou s’agit-il d’autre chose ? Et puis pour « power browsing » je proposerais « consultation experte » (plutôt que lecture).

    1. Merci pour votre commentaire. Il s’agit bien sûr de revues électroniques (facilité de traduction puisque le rapport est intitulé « E-journals: their use, value and impact « ).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *